Effets de la pose de drains après l'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques de l'aine

Qu'est-ce que les ganglions lymphatiques ?

Les ganglions lymphatiques font partie du système immunitaire ; ils grossissent (enflent) lorsque le corps lutte contre une infection. Ils sont situés à différents endroits du corps, notamment le cou, les aisselles et l'aine.

Pourquoi retirer des ganglions lymphatiques ?

L'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques situés dans l'aine (ganglions inguinaux) est un geste important dans le traitement de plusieurs types de cancer, notamment le mélanome et d'autres types de cancer de la peau, ainsi que les épithéliomas de la verge, de la vulve et de la peau environnante. Des complications telles que l'infection de la plaie, un hématome (« bleu ») ou une accumulation de liquide lymphatique dans la région (sérome) se produisent parfois après l'ablation de ces ganglions.

Pourquoi poser des drains après une opération chirurgicale ?

Les chirurgiens peuvent insérer des tubes de drainage en matière plastique dans la région de laquelle les ganglions lymphatiques ont été retirés. Ces drains, posés à la fin de l'opération, une fois que les ganglions ont été retirés, servent à évacuer le sang et autres liquides qui pourraient s'accumuler dans les plaies et causer des complications. Ils sont généralement laissés en place jusqu'à ce que la quantité de liquide qui s'en écoule en 24 heures ait diminué jusqu'à un certain volume (généralement moins de 30 ml à 100 ml), quoique certains chirurgiens les retirent à un moment donné après l'opération (dans un délai qui varie entre un jour et plus d'une semaine). Les patients peuvent rester à l'hôpital tant que le drain est en place, mais de nombreux chirurgiens laissent leurs patients quitter l'hôpital avec le drain, qui est alors entretenu en ambulatoire.

Cependant, on ne sait pas si la pose d'un drain réduit, augmente ou n'a pas d'effet sur les complications après ce type de chirurgie. En outre, le meilleur moment pour retirer les drains n'est pas déterminé.

Objectif de la revue

L'objectif de cette revue était d'examiner tous les essais cliniques randomisés (ECR) comparant le devenir des patients chez lesquels un drain a été posé après l'ablation des ganglions inguinaux avec ceux qui n'ont pas eu de drain. Nous avons également cherché des ECR examinant l'effet du retrait des drains à des moments différents. Nous avons effectué une recherche dans la littérature jusqu'en septembre 2014 pour recueillir toutes les preuves disponibles.

Ce que la revue a permis de découvrir

Nous n'avons pas identifié d'ECR qui comparaient ce qui arrive selon que l'on utilise ou non des drains après l'ablation chirurgicale des ganglions inguinaux, et ne savons donc toujours pas si les drains sont bénéfiques dans ce contexte.

Conclusions des auteurs: 

Des ECR de bonne qualité sont nécessaires pour guider la pratique clinique sur cette question peu étudiée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une dissection des ganglions inguinaux est couramment effectuée pour le traitement de divers cancers, notamment le mélanome et les épithéliomas de la peau, de la verge ou de la vulve. Il n'est pas certain que la pose d'un drain réduise les taux de complications et, si un drain est posé, le moment optimal pour le retirer après l'opération est également inconnu.

Objectifs: 

Évaluer le niveau actuel de preuve pour déterminer si la pose d'un drain est bénéfique après dissection inguinale en termes de réduction des séromes, des hématomes, des déhiscences de la plaie et du taux d'infection des plaies, et pour identifier le type de drain et la durée optimale du drainage après dissection inguinale si ce geste s'avère bénéfique.

La stratégie de recherche documentaire: 

En septembre 2014, nous avons effectué une recherche dans les bases de données électroniques suivantes, en utilisant une stratégie de recherche prédéfinie : registre spécialisé du Groupe Cochrane sur les plaies, registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La Bibliothèque Cochrane). En novembre 2013 nous avons effectué une recherche dans Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations), Ovid EMBASE et EBSCO CINAHL. Nous n'avons imposé aucune restriction de langue, de date de publication ou de contexte à la recherche ni à la sélection des études.

Critères de sélection: 

Nous avons examiné tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le drainage des plaies à l'absence de drainage après dissection inguinale, lorsque le ganglion lymphatique le plus haut excisé était le ganglion de Cloquet (le ganglion inguinal le plus haut). Aucune restriction de langue de publication ou de lieu de l'essai n'a été appliquée. Deux auteurs de la revue ont déterminé indépendamment l'éligibilité de chaque essai.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs, travaillant indépendamment, ont trié les études identifiées par la recherche ; il n'y a pas eu de désaccords.

Résultats principaux: 

Nous n'avons identifié aucun ECR répondant aux critères d'inclusion de la revue.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.