La thérapie cognitivo-comportementale brève par rapport à la durée standard dans la schizophrénie

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les personnes souffrant de schizophrénie entendent souvent des voies imaginaires ou voient des choses imaginaires (hallucinations) et ont d'étranges croyances (illusions). Les caractéristiques de la maladie sont une altération de la pensée, des sentiments, des croyances et des perceptions. Les personnes atteintes de schizophrénie peuvent également avoir du mal à trouver un emploi, se faire des amis et socialiser avec d'autres personnes.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) fonctionne en se concentrant sur les pensées, les émotions et les comportements et en défiant les pensées étranges ou dysfonctionnelles. La TCC a initialement été développée pour aider les personnes atteintes de troubles psychologiques, tels que la psychonévrose. Plus récemment, elle a été utilisée pour aider les personnes atteintes de la psychose (TCCp). Travaillant avec un thérapeute, les personnes établissent le lien entre leurs pensées, leurs sentiments ou leurs actions. Elles sont encouragées à réévaluer leurs croyances, leurs perceptions et leurs raisonnements, ainsi qu'à contrôler leurs propres pensées, leurs sentiments, leurs comportements et leurs symptômes. La TCCp fournit des méthodes alternatives permettant de gérer les pensées étranges et les symptômes de la schizophrénie, ce qui devrait réduire la détresse et améliorer le fonctionnement des patients.

La TCCp standard implique généralement environ 16 séances (de 12 à 20 sessions) pendant 4 à 6 mois, tandis qu'une TCCp brève implique environ 6 à 10 sessions en moins de 4 mois.

L'objectif de cette revue était de comparer deux types de TCCp, la TCCp brève par rapport à la TCCp standard chez les personnes atteintes de schizophrénie. Une recherche a été menée en 2013 pour identifier les études randomisées pertinentes. Seulement sept études potentiellement pertinentes ont été trouvées. Cependant, bien que toutes les études aient randomisé les personnes atteintes de schizophrénie, aucune d'entre elles n'avait comparé une TCCp brève par rapport à la TCCp standard. En général, elles avaient comparé la TCCp brève par rapport aux soins standards ou à d'autres thérapies. Par conséquent, il n'existe aucune information, ni aucune littérature disponible pour comparer la TCCp brève par rapport à la TCCp standard dans la schizophrénie et la psychose.

Il est nécessaire de réaliser une recherche à grande échelle et des essais comparant une TCCp brève par rapport à une TCCp standard pour évaluer les besoins. Cette recherche devra évaluer les coûts, présenter des définitions précises de la TCCp brève et de la TCCp standard et se concentrer sur la période de temps ou le nombre de sessions, c'est-à-dire la «dose efficace» de TCCp.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur, Ben Gray, Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement aucune littérature disponible pour comparer la TCCp brève par rapport à la TCCp de durée standard chez les personnes atteintes de schizophrénie. Par conséquent, nous ne pouvons pas conclure si la TCCp brève est aussi efficace, moins efficace ou encore plus efficace que les sessions de durée standard concernant le même traitement. Ce manque de preuves pour la TCCp brève entraine de graves implications pour la recherche et la pratique. Des essais randomisés, bien conçus et documentés sont recommandés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thérapie cognitivo-comportementale chez les personnes atteintes de schizophrénie est une approche psychothérapeutique établissant des liens entre les pensées, les émotions et les comportements et défiant les pensées dysfonctionnelles. Certaines preuves suggèrent que la thérapie cognitivo-comportementale traitant les personnes souffrant de psychose (TCCp) pourrait être un traitement efficace chez les personnes atteintes de schizophrénie. Cependant, il existe des limitations pour fournir ce service en raison de la disponibilité des ressources et des problèmes de formation. Une manière de résoudre ce problème pourrait être d'offrir une brève version de la TCCp.

Objectifs: 

Examiner les effets de la TCCp brève (de 6 à 10 sessions régulières administrées en moins de 4 mois et à l'aide d'un manuel) pour les personnes atteintes de schizophrénie par rapport à la TCCp standard (12 à 20 sessions régulières administrées sous 4 à 6 mois et à l'aide d'un manuel).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (21 août 2013) qui est basé sur des recherches régulières issues de CINAHL, BIOSIS, AMED, EMBASE, PubMed, MEDLINE, PsycINFO et des registres d'essais cliniques. Il n'existe aucune restriction de langue, de date, de document type, ou de statut de publication pour l'inclusion des données dans le registre. Nous avons examiné toutes les références bibliographiques des articles sélectionnés pour d'autres essais pertinents. Nous avons également contacté des experts du domaine concernant les études sur la TCCp brève.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés portant sur des adultes atteints de schizophrénie ou de troubles de même nature, comparant la thérapie cognitivo-comportementale brève par rapport à la durée standard chez les personnes atteintes de psychose.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment analysé et évalué les études à inclure à l'aide de critères d'inclusion prédéfinis.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé seulement sept études qui utilisaient une brève version de la TCCp, mais aucune étude ne comparait la TCCp brève par rapport à la TCCp de durée standard. Aucune étude n'a pu être inclut.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.