La vitamine C pour le traitement de l'asthme et de la bronchoconstriction provoquée par l'exercice

Question de la revue

Cette revue a cherché à savoir si la vitamine C pourrait être utile pour les personnes souffrant d'asthme ou de dyspnée provoquée par l'exercice.

Contexte

L’asthme est une affection pulmonaire inflammatoire qui se caractérise par le rétrécissement des voies respiratoires et est associé à une respiration sifflante, un essoufflement, de la toux et une sensation d'oppression. La vitamine C a été proposée comme traitement possible de l'asthme.

Les caractéristiques de l'étude

Onze études totalisant 419 personnes souffrants d'asthme ou de dyspnée provoquée par l'exercice ont été inclues dans cette revue comparant la vitamine C au placebo (absence de vitamine C). La plupart des études portaient sur les adultes et une petite étude portait sur les enfants. Du fait du petit nombre d'études disponibles pour la revue et de leurs différents plans d’étude, nous n’avons pu décrire que les études individuelles, plutôt que de regrouper les résultats pour obtenir une moyenne des essais. Le plan d'étude n'était pas correctement décrit dans la plupart des rapports d'étude et par conséquent, il était impossible de déterminer le risque de biais pour la plupart des études. Très peu de données étaient disponibles dans les essais pour nos principaux critères de jugement et cela pourrait signifier des rapports sélectifs de résultats.

Les principaux résultats

Aucune étude n’indiquait de bénéfice de la vitamine C en tant que traitement de l'asthme. Cependant, à ce stade, il n'est pas possible d'établir de conclusions claires sur la base de ces études. Cette revue conclut qu'il n'existe pas suffisamment de preuves actuellement disponibles pour évaluer l'utilisation de la vitamine C en tant que traitement de l'asthme. Des recherches supplémentaires plus larges et bien planifiées sont nécessaires pour fournir des conseils plus clairs. Certaines données indiquaient que la vitamine C a été utile en tant que traitement de la dyspnée provoquée par l'exercice en termes de symptômes et de facilité à respirer. Toutefois, étant donné que ces résultats ont été fournis par de très petites études, ils ne fournissent pas de réponses complètes pour orienter le traitement.

Qualité des preuves

La manière dont les patients étaient assignés à recevoir de la vitamine C ou non n'était pas clairement décrite dans 10 des 11 études et nous avons considéré ceci de façon approfondie dans la revue en termes de notre niveau d'incertitude dans l'interprétation des résultats. Du fait de cette prise en compte et de l'imprécision des résultats, nous avons jugé que les estimations de l'utilité de la vitamine C en tant que traitement pour l’asthme étaient d'une qualité faible à modérée.

De plus, pour la dyspnée provoquée par l'exercice, les trois études fournissant des données pour la revue étaient de petite taille et nous sommes conscients de la nécessité à être très prudents pour tirer des conclusions concernant les résultats.

Ce résumé simplifié est à jour en décembre 2012.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves ne sont actuellement pas disponibles pour fournir une évaluation solide sur l'utilisation de la vitamine C dans la prise en charge de l'asthme ou de la bronchoconstriction provoquée par l'exercice. D'autres recherches sont très susceptibles d'avoir un impact important sur notre confiance dans les estimations de l'effet et sont susceptibles de modifier les estimations. À ce jour, aucune donnée n’indique que la vitamine C peut être recommandée en tant qu'agent thérapeutique dans le traitement de l'asthme. Certaines données indiquaient que la vitamine C était utile dans le traitement de la dyspnée provoquée par l'exercice pour la fonction pulmonaire et les symptômes; toutefois, étant donné que ces résultats ont été fournis uniquement par des études de petite taille, ils ne sont pas concluants. La plupart des études publiées à ce jour sont trop petites et trop contradictoires pour fournir des informations supplémentaires. Des essais bien planifiés, avec des critères de jugement cliniques de bonne qualité, tels que les taux d'exacerbation et les résultats portant sur la qualité de vie liée à la santé, sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les antioxydants alimentaires, tels que la vitamine C, dans la muqueuse épithélial et les liquides muqueux du poumon, pourraient être bénéfiques dans la réduction du stress oxydatif (Arab 2002). Ils peuvent donc être bénéfiques pour réduire les symptômes des affections inflammatoires des voies respiratoires telles que l'asthme et peuvent également être bénéfiques dans la réduction de la bronchoconstriction provoquée par l'exercice, qui est une caractéristique bien reconnue de l'asthme et est considérée comme un marqueur de l'inflammation des voies respiratoires. Cependant, l'association entre les antioxydants et la gravité de l'asthme ou la bronchoconstriction provoquée par l'exercice n’est pas entièrement assimilée.

Objectifs: 

Examiner les effets de la supplémentation en vitamine C sur les exacerbations et la qualité de vie liée à la santé (QVLS) chez les adultes et les enfants souffrant d'asthme ou de bronchoconstriction provoquée par l'exercice par rapport à un placebo ou à l'absence de vitamine C.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires. Ce registre contient des rapports d'essais identifiés par des recherches systématiques dans plusieurs bases de données bibliographiques, des recherches manuelles dans les journaux et des résumés de conférences. Nous avons également consulté les sites Internet des registres d'essais. Les recherches ont été effectuées en décembre 2012.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR). Nous avons inclus les adultes et les enfants souffrants d’asthme. Dans des analyses séparées, nous avons pris en compte les essais présentant un diagnostic de la bronchoconstriction provoquée par l'exercice (ou l'asthme d'effort). Nous avons inclus les essais comparant la supplémentation en vitamine C à un placebo, ou la supplémentation en vitamine C à l'absence de supplémentation. Nous avons inclus les essais dans lesquels la prise en charge de l'asthme fournissait des traitements de fond similaires, ceci dans les groupes de traitement et les groupes témoins. Le principal objectif de cette revue porte sur la prise quotidienne de la supplémentation en vitamine C pour prévenir les exacerbations et améliorer la QVLS. L'utilisation à court terme de la vitamine C au moment d'exacerbations ou pour les symptômes du rhume banal chez les personnes atteintes d'asthme ne figurent pas dans cette revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres et résumés des études potentiellement pertinentes et examiné les textes des rapports d'étude pour l'inclusion. Nous avons utilisé la méthode standard prévue par la Collaboration Cochrane.

Résultats principaux: 

Onze essais, comportant 419 participants, répondaient à nos critères d'inclusion. Dans 10 études, les participants étaient des adultes et une seule portait sur les enfants. Dans la plupart des études, le rapport des plans d'étude n'était pas suffisant pour déterminer le risque de biais. De plus, la faible disponibilité des données pour nos résultats principaux peut indiquer un rapport sélectif des résultats. Quatre études étaient en groupes parallèles et les autres étaient des études croisées. Huit études incluaient des personnes asthmatiques et trois études totalisaient 40 participants atteints d'asthme d'effort. Cinq études rapportaient des résultats en utilisant des doses uniques avant des défis bronchiques ou des tests d'exercice. Il y avait une hétérogénéité marquée dans les dosages de vitamine C utilisés dans les études sélectionnées, provoquant des difficultés à réaliser des analyses.

Une étude sur 201 adultes asthmatiques ne rapportait aucune différence significative dans notre critère de jugement principal, la qualité de vie liée à la santé (QVLS) et la qualité globale de ces preuves étaient faible. Aucune donnée n’était disponible pour évaluer les effets de la supplémentation en vitamine C avec nos autres résultats primaires, les exacerbations chez les adultes. Une étude de petite taille a rapporté des données sur les crises d'asthme chez les enfants et il n'y avait ni exacerbation de vitamine C, ni groupe sous placebo (preuves de très faible qualité). Dans une autre étude menée sur 41 adultes, les exacerbations n’étaient pas définies conformément à nos critères d'inclusion et les données n'étaient pas disponibles dans un format éligible par notre méthode pour l'évaluation. Les données correspondant à la fonction pulmonaire et aux symptômes ont été fournies par des études individuelles. La qualité de ces preuves était modérée, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les implications cliniques qui peuvent être liées aux changements dans ces paramètres. Dans chacun de ces critères de jugement, il n'y avait aucune différence significative entre la vitamine C et un placebo. Aucun événement indésirable n’a été rapporté, les preuves sont également de très faible qualité.

Les études portant sur la bronchoconstriction provoquée par l'exercice suggéraient une certaine amélioration de la fonction pulmonaire avec la supplémentation en vitamine C, mais les études étaient peu nombreuses et de petite taille, avec des données limitées et des preuves de faible qualité.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.