Traitements médicaux pour les cancers de la gorge (cancer oropharyngé) qui sont associés à une infection par le papillomavirus humain (HPV)

De récentes études suggèrent une connexion entre un virus (papillomavirus humain) et le cancer de la gorge (cancer oropharyngé) chez certains patients. Cette revue a été effectuée pour évaluer de nouveaux traitements potentiels ayant émergé suite à cette information.

Lorsqu'il est diagnostiqué, le cancer de la gorge peut être à un stade avancé et la radiothérapie (qui utilise des radiations pour tuer les cellules cancéreuses) ou la chimiothérapie (médicaments qui tuent les cellules cancéreuses) sont les traitements les plus fréquemment utilisés. Les deux ont des effets secondaires et peuvent entraîner une diminution des capacités à parler, manger ou boire. De nouveaux traitements (biologiques) émergent aujourd'hui qui aideront le système immunitaire à combattre le cancer.

Nous manquons à l'heure actuelle de preuves de qualité élevée pour évaluer ces nouveaux protocoles de traitement, mais il y en aura potentiellement après 2014, lorsque plusieurs études en cours seront terminées. Des critères de jugement importants à mesurer seront la probabilité de survie aux divers traitements, ainsi que les effets secondaires et la qualité de vie à plus long terme. Cette revue sera mise à jour pour inclure ces nouvelles preuves lorsqu'elles seront disponibles.

Cette revue est actuellement à jour jusqu'à juin 2013.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas suffisamment de preuves de qualité élevée pour étayer ou réfuter la désescalade thérapeutique pour les carcinomes de l'oropharynx associés au papillomavirus humain. Les futurs essais devront être multicentriques afin de garantir une puissance statistique adéquate. Les événements indésirables, la morbidité associée au traitement, les critères de jugement relatifs à la qualité de vie et les analyses de coût devraient y être rapportés dans un format standard pour faciliter la comparaison avec d'autres études.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les carcinomes épidermoïdes oropharyngés associés au papillomavirus humain sont un sous-groupe distinct de tumeurs qui pourraient avoir un meilleur pronostic que la maladie classique liée au tabac / à l'alcool. Les complications iatrogènes, associées à la pratique standard, sont à l'origine d'une mortalité estimée à 2 % environ et d'une morbidité élevée. En conséquence, les cliniciens étudient activement les protocoles de désescalade thérapeutique pour la maladie à l'étiologie virale établie.

Objectifs: 

Résumer les preuves disponibles concernant les protocoles de désescalade thérapeutique pour les carcinomes épidermoïdes oropharyngés localement avancés associés au papillomavirus humain.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie ; le registre Cochrane des essais contrôlés ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; Cambridge Scientific Abstracts ; ICTRP et d'autres sources afin de trouver des essais publiés et non publiés. La recherche la plus récente a été effectuée le 25 juin 2013.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés étudiant les protocoles de désescalade thérapeutique pour les carcinomes de l'oropharynx localement avancés associés au papillomavirus humain. Les catégories spécifiques de désescalade thérapeutique étaient : 1) bioradiothérapie (groupe expérimental) versus chimioradiothérapie (témoin) ; 2) radiothérapie (groupe expérimental) versus chimioradiothérapie (témoin) ; et 3) radiothérapie à faible dose (groupe expérimental) versus à dose standard (témoin). Les critères de jugement intéressants étaient la survie globale et spécifique à la maladie, la morbidité associée au traitement, la qualité de vie et le coût.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs ont indépendamment sélectionné les études à partir des résultats de recherche et extrait les données. Nous avions prévu d'utiliser l'outil Cochrane « Risque de biais » pour évaluer la qualité des études.

Résultats principaux: 

Nous n'avons pas identifié d'essais contrôlés randomisés achevés pouvant être inclus dans cette version de la présente revue systématique. Nous avons cependant identifié sept essais en cours qui rempliront nos critères d'inclusion. Les rapports de ces études seront publiés à partir de 2014. Nous avons exclu 30 études pour des raisons méthodologiques (sept essais randomisés avec analyse post-hoc d'après l'état du papillomavirus humain, 11 essais prospectifs et 12 études en cours).

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.