Interventions à destination des communautés visant à informer et/ou éduquer sur la vaccination dans la petite enfance

Des chercheurs de la Collaboration Cochrane ont effectué une revue sur les effets de l'information ou de l'éducation communautaire sur la vaccination dans la petite enfance. Après avoir cherché toutes les études pertinentes, ils ont trouvé deux études, publiées en 2007 et 2009. Leurs résultats sont résumés ci-après.

Qu'est-ce que les interventions à destination des communautés sur la vaccination des enfants ?

Bien que les vaccinations dans l'enfance puissent prévenir maladies et décès, de nombreux enfants ne sont pas vaccinés. Il existe un certain nombre de raisons à cela. L'une des raisons peut être que les familles manquent de connaissances sur les maladies que les vaccins peuvent prévenir ou ne savent pas comment se passent les vaccinations ou comment, où et quand faire vacciner leurs enfants. Les gens peuvent aussi s'interroger (ou être mal informés) sur les bénéfices et les risques de différents vaccins.

Informer ou éduquer les gens afin qu'ils puissent prendre des décisions éclairées au sujet de leur santé est une composante importante de tous les systèmes de santé. L'information et l'éducation sur la vaccination visent à accroître les connaissances des gens et à les faire changer d'attitude à propos des vaccins et des maladies que ces vaccins peuvent prévenir. Ces informations sont souvent données lors d'entretiens personnels avec les parents, par exemple lors de visites à domicile ou au centre médical. Une autre revue Cochrane a évalué l'impact de ce genre d'informations. L'information peut également être donnée à de grands groupes de la population locale, par exemple lors de réunions publiques et dans les clubs de femmes, par le biais d'émissions de télévision ou de radio, d'affiches et de dépliants. Dans cette revue, nous avons examiné l'information ou l'éducation à destination des communautés entières plutôt que des parents ou des soignants.

Nous avons trouvé deux études. La première a été menée en Inde. Des familles, des enseignants, des enfants et des chefs de village ont été invités à assister à des réunions au cours desquelles ils ont reçu des informations à propos de la vaccination des enfants et ont pu poser des questions. Des affiches et des dépliants ont également été distribués dans la communauté. La deuxième étude a été menée au Pakistan. Pour celle-ci, des personnes ayant la confiance de leur communauté ont été invitées à des réunions pour discuter du taux actuel de couverture vaccinale dans celle-ci et des coûts et avantages de la vaccination des enfants. Elles ont également été invitées à élaborer des plans d'action locaux, à partager les informations qu'ils avaient reçues et à poursuivre les discussions avec les familles dans leurs communautés.

Qu'arrive-t-il lorsque les membres de la communauté sont informés ou éduqués sur les vaccins ?

Les études ont montré que l'information ou l'éducation communautaire :

- peut améliorer les connaissances sur les vaccins ou les maladies évitables par la vaccination ;

- augmente probablement le nombre d'enfants vaccinés (l'étude menée en Inde aussi bien que celle menée au Pakistan ont montré une probable augmentation du nombre d'enfants vaccinés) ;

- ne fait peut-être pas beaucoup ou aucune différence quant à l'implication des mères dans la décision de vaccination ;

- peut faire évoluer les attitudes en faveur de la vaccination chez les parents de jeunes enfants.

Nous avons jugé que tous ces éléments de preuve apportaient une certitude faible ou modérée.

Les études n'ont pas évalué si ce type d'information ou d'éducation apportait aux participants de meilleures connaissances des services de vaccination ou augmentait leur confiance dans la décision prise. Elles n'ont pas non plus évalué le coût de l'information ou de l'éducation ni ses effets inopinés éventuels.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue apporte des preuves limitées que les interventions à destination des communautés visant à informer et éduquer sur la vaccination dans la petite enfance peuvent améliorer les attitudes envers la vaccination et probablement augmenter la couverture vaccinale dans certaines circonstances. Cependant, certaines de ces interventions peuvent nécessiter d'importantes ressources lorsqu'elles sont mis en œuvre à grande échelle, et d'autres évaluations rigoureuses sont nécessaires. Ces interventions peuvent apporter un maximum de bénéfice quand elles sont ciblées sur les zones ou les groupes qui ont un faible taux de vaccination infantile.’

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Différentes stratégies sont utilisées pour communiquer avec les parents, les soignants et les communautés à propos de la vaccination des enfants afin d'éclairer les décisions et d'améliorer la couverture vaccinale. Ces stratégies comprennent des interventions dans lesquelles l'information se adresse à des groupes plus étendus dans la communauté, par exemple par le biais de réunions publiques, d'émission de radio ou de prospectus. Cette revue est l'une des deux réalisées à propos des interventions de communication pour la vaccination des enfants. L'autre étude est consacrée aux interventions d'information ou d'éducation individuelle des parents.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions à destination des communautés visant à informer et/ou éduquer les populations à propos de la vaccination des enfants de six ans et moins.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et cinq autres bases de données jusqu'à juillet 2012. Nous avons cherché de la littérature grise dans le Grey Literature Report et OpenGrey. Nous avons également contacté des experts dans le domaine et les auteurs des études incluses. Aucune restriction de langue, de date ou de contexte n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et quasi-essais contrôlés randomisés individuels ou en grappes, séries chronologiques interrompues et études de mesures répétées, et études avant-après contrôlées. Nous avons inclus des interventions à destination des collectivités visant à informer et/ou éduquer sur la vaccination des enfants de six ans et moins, quel qu'en soit le contexte. Nous avons défini les interventions à destination des communautés comme celles qui visent une zone géographique et/ou les interventions dirigées vers des groupes de personnes qui partagent au moins une caractéristique sociale ou culturelle commune. Les critères d'évaluation principaux étaient les connaissances des participants en matière de vaccins ou de maladies évitables par la vaccination et de services de vaccination, de statut vaccinal des enfants et d'effets indésirables inopinés. Les critères secondaires étaient les suivants : avis des participants sur la vaccination, participation à la prise de décisions concernant la vaccination, confiance dans la décision prise et utilisation des ressources ou coût de l'intervention.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné indépendamment les références pour identifier les études à inclure. Nous avons extrait les données et évalué le risque de biais dans toutes les études incluses.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux essais randomisés par grappes comparant les interventions à destination des communautés aux pratiques de vaccination de routine. Dans une étude menée en Inde, des familles, des enseignants, des enfants et des chefs de village ont été invités à assister à des réunions d'information pendant lesquelles ils ont été informés sur la vaccination des enfants et ont pu poser des questions. Dans une deuxième étude au Pakistan, des personnes ayant la confiance de leur communauté ont été invitées à des réunions pour discuter du taux actuel de couverture vaccinale dans celle-ci et des coûts et avantages de la vaccination des enfants. Elles ont été invitées à élaborer des plans d'action locaux, à partager les informations qu'ils avaient reçues et à poursuivre les discussions avec les familles dans leurs communautés.

Les essais montrent des signes de faible certitude que les interventions à destination des communautés visant à informer et éduquer sur la vaccination des enfants peuvent améliorer la connaissance de vaccins ou des maladies évitables par la vaccination chez les participants à l'intervention (différence moyenne ajustée 0,121, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,055 à 0,189). Ces interventions augmentent probablement le nombre d'enfants qui sont vaccinés. L'étude menée en Inde a montré que l'intervention avait probablement augmenté le nombre d'enfants vaccinés (risque relatif (RR) 1,67, IC à 95 % de 1,21 à 2,31 ; preuves de certitude modérée). L'étude menée au Pakistan a montré une probable augmentation de l'acceptation de la vaccination contre la rougeole (RR 1,63, IC à 95 % de 1,03 à 2,58) et du DTCoq (diphtérie, tétanos et coqueluche) (RR 2,17, IC à 95 % de 1,43 à 3,29) (preuves de certitude modérée dans les deux cas), mais peut-être pas de différence ou très peu dans le nombre d'enfants vaccinés contre la polio (RR 1,01, IC à 95 % de 0,97 à 1,05 ; preuves de faible certitude). Il existe également des preuves de faible certitude que ces interventions peuvent changer les attitudes en faveur de la vaccination chez les parents de jeunes enfants (différence moyenne ajustée 0,054, IC à 95 % de 0,013 à 0,105), mais elles font peut-être peu ou pas de différence dans la participation des mères à la prise de décisions concernant la vaccination des enfants (différence moyenne ajustée 0,043, IC à 95 % de -0,009 à 0,097).

Les études n'ont pas évalué les connaissances des participants sur les services de vaccination, leur confiance dans la décision de vaccination, le coût des interventions ni les dommages involontaires à la suite de l'intervention. Nous n'avons pas relevé d'études comparant les interventions d'information et/ou d'éducation à destination des communautés avec des interventions en direction des parents ou des soignants individuels, ni d'études comparant deux interventions d'information et/ou d'éducation sur la vaccination des enfants à destination des communautés.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.