Soutien psychosocial pour les aidants informels des personnes atteintes de cancer

Contexte

De plus en plus de personnes qui ne sont pas des professionnels de la santé prodiguent des soins à un conjoint, un membre de leur famille ou un ami atteint d'un cancer, ce qui peut avoir des effets négatifs sur leur santé et leur bien-être. Les interventions psychosociales, ce qui comprend un soutien psychologique ou social et implique une interaction directe entre un professionnel de santé et les aidants (ou les dyades aidant-patient), peuvent aider à prendre en charge les effets négatifs sur la santé des aidants.

Problématique de la revue

Quelle est l'efficacité des interventions psychosociales comparativement aux soins standards prodigués aux aidants informels des personnes atteintes de cancer pour une série de résultats liés à la santé et au bien-être ?

Résultats

Nous avons trouvé 19 essais comparant des interventions psychosociales aux soins standards, dans des études qui comprenaient approximativement quatre mille participants. Les études comprenaient des aidants de personnes atteintes de différents cancers à tous les stades de la maladie. Il y avait des différences dans la composition des interventions. Les interventions comprennent la communication d'information et/ou la formation des aidants (ou aux dyades aidant-patient) concernant les habiletés d'adaptation, la communication ou la résolution de problèmes pour gérer les symptômes ou améliorer les relations. Les interventions étaient dispensées par des infirmières, des psychologues ou d'autres professionnels en consultation externe ou à domicile par téléphone.

Il peut y avoir un gain minime pour la qualité de vie de l'aidant immédiatement après l'intervention, mais cela peut ne pas durer. Les interventions psychosociales peuvent avoir peu ou pas d'effet sur la qualité de vie des patients 6 à 12 mois après l'intervention, mais nous ne savons pas si elles améliorent ou non la qualité de vie des patients immédiatement après l'intervention.

Pour les aidants, les interventions psychosociales peuvent avoir peu ou pas d'effet sur la dépression, l'anxiété, la détresse et la santé physique à tout moment après l’intervention. Pour les patients, elles peuvent avoir peu ou pas d’effet sur l'anxiété et la détresse à tout moment après l'intervention, ou sur la dépression immédiatement après l’intervention et leur santé physique 6 à 12 mois après l'intervention. Les interventions psychosociales ont probablement peu ou pas d'effet sur la santé physique du patient immédiatement après l'intervention ou la dépression du patient 3 à 6 mois après l'intervention.

Trois études ont fait état d'effets indésirables, notamment une augmentation de la détresse, dont celle liée à la fonction sexuelle, et des niveaux de satisfaction relationnelle plus faibles chez les aidants, une augmentation des niveaux de détresse chez les patients et un contenu d'intervention considéré comme inapproprié pour certains participants. Aucune étude ne s'est penchée sur le rapport coût-efficacité ou sur la satisfaction des aidants ou des patients à l'égard des interventions. Comme la qualité des données probantes était généralement faible, les conclusions doivent être traitées avec prudence.

Conclusion

Les interventions psychosociales n'ont pas d'impact cliniquement significatif sur les résultats pour les aidants, peu importe le stade ou le type de cancer du patient. Peut-être que d’autres mesures (p. ex., la qualité des relations) ou d'autres interventions psychosociales (p. ex., la méditation) pourraient être plus utiles aux aidants. Les interventions devraient faire l'objet d'essais mieux menés. L'élaboration d'une intervention devrait impliquer les aidants et porter une attention particulière aux besoins personnels de chacun.

Conclusions des auteurs: 

L'hétérogénéité entre les études rend difficile de tirer des conclusions fermes quant à l'efficacité des interventions psychosociales pour cette population. Il y a un besoin immédiat d'essais rigoureux avec des évaluations de processus et des descriptions d'intervention plus claires et détaillées. Des études coût-efficacité devraient être menées parallèlement aux essais futurs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

De plus en plus, le cancer est reconnu comme une maladie chronique avec une population croissante d'aidants informels qui prodiguent des soins aux patients atteints de cancer. La prestation de soins informels peut nuire à la santé et au bien-être des aidants informels. Nous avons besoin d'un compte-rendu synthétisé des meilleures données probantes pour aider à la prise de décisions sur les moyens efficaces d'aider les aidants informels des personnes atteintes de cancer.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions psychosociales visant à améliorer la qualité de vie (QdV), la santé physique et le bien-être des aidants informels des personnes atteintes de cancer par rapport aux soins standards.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, ProQuest, Open SIGLE, Web of Science depuis le début jusqu'en janvier 2018, registres des essais et bibliographies des études incluses.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant les soins standards et les interventions psychosociales offertes en groupe ou individuellement aux aidants informels adultes de personnes adultes atteints de cancer. Les interventions psychosociales comprenaient des interventions non pharmacologiques qui impliquaient une relation interpersonnelle entre les aidants et les professionnels de santé. Nous avons également inclus des interventions offertes aux dyades aidant-patient. Les interventions offertes aux aidants des personnes recevant des soins palliatifs ou des soins en hôpital ont été exclues. Notre principal critère de jugement était la QdV des aidants. Les critères de jugement secondaires comprenaient la QdV du patient, la dépression des aidants et des patients, l'anxiété, la détresse psychologique, l'état de santé physique et la satisfaction et les effets indésirables de l'intervention.

Recueil et analyse des données: 

Des paires d'auteurs de la revue ont examiné de façon indépendante éligibilité des études, extrait des données et effectué des évaluations du " risque de biais ". Nous avons synthétisé les résultats à l'aide d'une méta-analyse, dans la mesure du possible, et nous avons présenté les résultats restants dans une synthèse narrative.

Résultats principaux: 

Dix-neuf essais (n = 3 725) ont été inclus dans la revue. Tous les essais ont été présentés en anglais et ont été menés dans des pays à revenu élevé. Les essais visaient les aidants de patients atteints d'un certain nombre de cancers, qu'il s'agisse de patients nouvellement diagnostiqués, de patients en attente de traitement, de patients actuellement en traitement ou de patients en post-traitement. La plupart des essais cliniques ont mené des interventions auprès de dyades aidant-patient (principalement des dyades de conjoints) et il y a eu des variations dans les modalités de l’intervention en groupe ou individuel. Il y avait beaucoup d'hétérogénéité entre les interventions, bien que la majorité d'entre elles aient été définies comme psychoéducatives. Tous les essais ont été jugés " à risque élevé de biais ".

Comparativement aux soins standards, les interventions psychosociales peuvent améliorer légèrement la qualité de vie des aidants immédiatement après l'intervention (différence moyenne standardisée (DMS) 0,29, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,04 à 0,53 ; études = 2 265 participants) et peuvent avoir peu ou aucun effet sur la qualité de vie de l’aidant à 12 mois (DMS 0,14, 95% IC - 0,11 à 0,40 ; études = 2,239 participants) après intervention (données de qualité faible pour les deux).

Les interventions psychosociales ont probablement peu ou pas d'effet sur la dépression des aidants informels immédiatement jusqu'à un mois après l'intervention (DMS 0,01, IC à 95 % -0,14 à 0,15 ; études = 9 702 participants) (données de qualité moyenne). Les interventions psychosociales peuvent avoir peu ou pas d'effet sur l'anxiété de l’aidant immédiatement après l'intervention (DMS -0,12, IC à 95 % -0,33 à 0,10 ; études = 5 329 participants), la dépression de trois à six mois (DMS 0,03, IC à 95 % -0,33 à 0,38 ; études = 5 379 participants) et la QdV du patient 6 à 12 mois (DMS -0,05, IC à 95 % -0,37 à 0,26 ; études = 3 294 participants) post-intervention (preuves de faible qualité pour tous). On ne savait pas si les interventions psychosociales amélioraient immédiatement la QdV des patients (DMS -0,03, 95 % IC -0,50 à 0,44 ; études = 2 292 participants) ou l'anxiété des aidants de 3 à 6 mois (DMS-0,25, IC à 95 % -0,64 à 0,13 ; études = 4 272 participants) après intervention (très faible qualité des preuve pour les deux). Deux études qui n'ont pu être regroupées dans la méta-analyse de l'état de santé physique des aidants informels ont révélé peu ou pas d'effet immédiatement après l'intervention et un effet d'intervention minime 12 mois après l'intervention. La satisfaction des aidants ou des patients ou le rapport coût-efficacité des interventions n'ont été évaluées dans aucune étude. Les interventions ont démontré une bonne faisabilité et acceptabilité.

Les interventions psychosociales ont probablement peu ou pas d'effet sur l'état de santé physique du patient immédiatement après l'intervention (DMS 0,17, 95 % IC -0,07 à 0,41 ; études = 4 461 participants) et la dépression du patient 3 à 6 mois après l'intervention (DMS-0,11, IC 95 % -0,33 à 0,12 ; études = 6 534 participants) (preuves de qualité moyenne pour les deux).

Les interventions psychosociales peuvent avoir peu ou pas d'effet sur la détresse psychologique de l’aidant immédiatement jusqu'à un mois (DMS -0,08, IC à 95 % -0,42 à 0,26 ; études = 3 134 participants) et 7 à 12 mois (DMS 0,08, IC à 95 % -0,42 à 0,58 ; études = 2, 62 participants) après intervention ; la dépression immédiatement (DMS 0,12, IC à 95 % -0,31 à 0,07 ; études = 9,852 participants) ; l’anxiété immédiatement (DMS -0,13, IC à 95 % -0,41 à 0,15 ; études = 4 422 participants) et de 3 à 6 mois (DMS -0,22, IC à 95 % -0,45 à 0,02 ; études = 4 370 participants) après l’intervention ; la détresse psychologique immédiatement (DMS -0,02, IC à 95 % -0,47 à 0,44 ; études = 2,74 participants) et 7 à 12 mois (DMS -0.27, IC à 95 % -0,78 à 0,24 ; études = 2, 61 participants) après l’intervention ; et l’état de santé physique de 6 à 12 mois (DMS 0,06, IC à 95 % -0,18 à 0,30 ; études = 2, 275 participants) après l'intervention (preuves de faible qualité pour tous).

Trois essais ont reporté des effets indésirables associés aux interventions, comparativement aux soins standards, notamment une plus grande détresse, une détresse liée à la fonction sexuelle et des niveaux de satisfaction relationnelle plus faibles chez les aidants, des niveaux de détresse plus élevés chez les patients, et que certains contenus étaient perçus comme inappropriés par certains participants.

Les essais qui n'ont pas pu être regroupés dans la méta-analyse n'ont pas eu tendance à indiquer l'ampleur de l'effet et il était difficile de discerner l'efficacité de l'intervention. Des effets d'intervention variables ont été signalés pour les mesures des patients et des aidants.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Julie Cattini et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.