Entretien de motivation pour les jeunes vivant avec le VIH

De nombreux jeunes vivent avec le VIH. L'entretien de motivation est un mode de conseil spécifique qui s'est révélé bénéfique dans la population générale. Il aide les gens à adopter de meilleurs comportements de santé. On ignore s'il peut aider les jeunes à vivre avec le VIH. Nous avons trouvé deux essais, portant sur un total de 237 participants, que nous avons inclus dans cette revue.

Les deux essais indiquent que l'entretien de motivation peut aider les jeunes à utiliser des préservatifs plus souvent, mais aussi à réduire la quantité de virus VIH dans leur sang. Un essai rapporte une réduction de la consommation d'alcool. L'entretien de motivation n'a pas eu d'effet sur la rétention dans les soins.

Certains résultats intéressants, tels que l'observance du traitement médicamenteux, le nombre de décès et la qualité de vie, n'ont pas été indiqués par ces essais et devraient être signalés dans des études ultérieures. De plus, toutes ces études ont été réalisées dans un pays à revenu élevé ; par conséquent, ces résultats ne peuvent pas s'appliquer à des pays à revenu faible.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves de qualité modérée, issues de deux essais, qui suggèrent que l'EM est efficace pour réduire la charge virale à court terme et les rapports sexuels non protégés. Il existe des preuves de qualité modérée, issues d'un essai, qui indiquent que l'EM est efficace pour réduire la consommation d'alcool. Il faut réaliser des essais supplémentaires qui rendent compte de critères de jugement tels que l'observance du traitement médicamenteux, la mortalité et la qualité de vie chez les jeunes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Près de la moitié des nouvelles infections au VIH surviennent chez les jeunes. L'entretien de motivation (EM) est une technique de conseil qui est efficace pour générer des changements de comportements positifs dans la population générale. On ignore s'il peut être utilisé pour améliorer le pronostic chez les jeunes vivant avec le VIH.

Objectifs: 

Déterminer si l'EM est efficace pour améliorer le pronostic chez les jeunes vivant avec le VIH.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé une stratégie complète et approfondie afin d'identifier toutes les études pertinentes, indépendamment de la langue ou du statut de publication, dans des bases de données électroniques (PubMed, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), EMBASE, LILACS, CINAHL, PsycINFO), des actes de conférences et des bases de données spécialisées de janvier 1980 à mars 2012.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels des jeunes (âgés de 10 à 24 ans) vivant avec le VIH recevaient un EM, soit seul ou en association avec une autre intervention comparé à toute autre intervention, et qui fournissaient des données concernant les critères de jugement intéressants (observance du traitement médicamenteux, mortalité, qualité de vie, charge virale, numération des lymphocytes T-CD4+, progression du sida, maintien dans les soins, consommation excessive de drogue ou d'alcool et usage du préservatif). Tous les cadres ont été pris en compte.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons identifié 863 références. Deux auteurs ont examiné de façon indépendante les titres et les résumés de tous les essais identifiés, parmi lesquels 28 articles complets ont été étudiés attentivement en vue de leur inclusion sur la base de critères établis au préalable. La qualité des études incluses a été évaluée à deux reprises. Les données ont été extraites au moyen d'un formulaire pré-testé et standardisé. Aucune méta-analyse n'a été réalisée.

Résultats principaux: 

Deux essais menés aux Etats-Unis et rapportés dans quatre articles ont répondu à nos critères d'inclusion. Ils portaient sur un total de 237 participants et comparaient l'entretien de motivation seul à un traitement standard. Aucun de ces essais n'a rendu compte de l'observance du traitement médicamenteux contre le VIH, de la mortalité ou de la qualité de vie. Les deux essais ont fait état de baisses de la charge virale (à court terme) et des rapports sexuels non protégés. Une réduction de la consommation d'alcool n'a été identifiée que dans l'une des deux études qui rapportaient ce critère de jugement. Un essai étudiait la rétention. Les taux de rétention n'ont pas été affectés par l'intervention.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.