Comparaison de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) à action prolongée avec l'hormone folliculo-stimulante (FSH) quotidienne chez les femmes bénéficiant d'une technologie de procréation assistée

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Pour les définitions de la terminologie se reporter au Glossaire

Les techniques de procréation assistée telles que la fécondation in vitro (FIV) et l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (IICS) peuvent aider les couples hypofertiles à fonder une famille. Dans un cycle normal un seul ovule parvient à l'état mature et est apte à la fécondation. Quand des FIV ou IICS sont réalisées, la fécondation de l'ovule se déroule en dehors du corps de la femme. Plusieurs ovules sont nécessaires pour les FIV et IICS afin d'augmenter le nombre d'ovules fécondés convenables pour le transfert dans l'utérus de la femme. Après leur fécondation, les ovules deviennent des embryons. Un, deux et parfois trois embryons sont transférés ; les autres embryons peuvent être placés en cryoconservation et transférés lors d'un cycle de traitement ultérieur.

Le développement de plusieurs ovules est obtenu par une stimulation ovarienne contrôlée (SOC) avec l'hormone folliculo-stimulante (FSH). Actuellement, les schémas posologiques prescrits sont des injections quotidiennes de FSH pendant les sept premiers jours de la SOC. Un nouveau traitement est disponible et une injection unique de FSH à action prolongée, appelée corifollitropine alfa, peut remplacer les sept premières injections de FSH. La dose optimale de FSH à action prolongée est toujours en cours de détermination.

L'objectif de la présente revue était de comparer l'efficacité de la FSH à action prolongée par rapport à la FSH quotidienne en termes de critères de jugement concernant la grossesse et l'innocuité chez les femmes suivant des cycles de traitement de FIV ou IICS. Nous avons inclus quatre essais totalisant 2 335 femmes. Les résultats suggéraient qu'une dose moyenne de FSH à action prolongée permet d'obtenir des nombres de naissances vivantes comparables à ceux de la FSH quotidienne. L'événement indésirable grave, à savoir le syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO), est survenu de façon égale avec les deux traitements.

On peut en conclure que la dose moyenne de FSH à action prolongée est une option thérapeutique sûre et qu'elle est tout aussi efficace comparée aux injections de FSH quotidiennes.

Conclusions des auteurs: 

On peut en conclure que l'administration d'une dose moyenne de FSH à action prolongée est une option thérapeutique sûre et qu'elle est tout aussi efficace comparée à la FSH quotidienne. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si la FSH à action prolongée est sûre et efficace pour une utilisation chez des patientes répondant au traitement par une hyper-réaction ou une faible réaction et chez des femmes présentant toutes les causes d'hypofertilité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les techniques de procréation assistée (TPA) telles que la fécondation in vitro (FIV) et l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (IICS) peuvent aider les couples hypofertiles à fonder une famille. Il est nécessaire d'induire plusieurs follicules, ce qui peut être réalisé par des injections d'hormone folliculo-stimulante (FSH). Actuellement, les schémas posologiques prescrits sont des injections quotidiennes de FSH (injections de FSH urinaire avec ou sans hormone lutéinisante (LH) ou de FSH recombinante (rFSH)).

Les technologies de recombinaison d'ADN ont permis de générer une nouvelle molécule recombinante qui est une FSH à action prolongée, appelée corifollitropine alfa (Elonva) ou FSH-CTP. Une dose unique de FSH à action prolongée peut maintenir le niveau de FSH en circulation au-delà du seuil nécessaire pour soutenir la croissance multi-folliculaire pendant toute une semaine. La dose optimale de FSH à action prolongée est toujours en cours de détermination. Une injection unique de FSH à action prolongée peut remplacer sept injections quotidiennes de FSH pendant la première semaine de stimulation ovarienne contrôlée (SOC) et peut rendre la procréation assistée plus enthousiasmante pour les patients.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité de la FSH à action prolongée par rapport à la FSH quotidienne en termes de critères de jugement concernant la grossesse et l'innocuité chez les femmes suivant des cycles de traitement de FIV ou IICS.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données électroniques, les registres d'essais et les sites Web suivants : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (MDSG), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL, les registres d’essais des bases de données électroniques pour les essais en cours et les essais enregistrés, les Citation Indexes, les résumés de conférences dans Web of Knowledge de l'ISI, LILACS, Clinical Study Results (pour les résultats d'essais cliniques de produits pharmaceutiques commercialisés), PubMed et OpenSIGLE (10 octobre 2011). Nous avons également fait des recherches manuelles.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la FSH à action prolongée à la FSH quotidienne chez les femmes qui étaient des partenaires de couples présentant une hypofertilité et qui suivaient des cycles de traitement de FIV ou IICS avec un protocole d'antagoniste ou d'agoniste de la GnRH, ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait des données et évalué les risques de biais de façon indépendante. Des informations supplémentaires ont été demandées aux auteurs des essais en cas de données manquantes. Nous avons calculé les rapports de cotes (Odds Ratio OR) de Peto pour chaque critère de jugement ; nos principaux critères de jugement étaient le taux de naissances vivantes et le taux de syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR totalisant 2 335 participantes. Une comparaison de FSH à action prolongée par rapport à la FSH quotidienne n'a pas révélé de preuves d'une différence d'effet sur le taux de naissances vivantes global (rapport des cotes de Peto 0,92 ; IC à 95 % 0,76 à 1,10 ; 4 ECR, 2 335 femmes) ou sur le SHO (rapport des cotes (OR) de Peto 1,12 ; IC à 95 % 0,79 à 1,60 ; 4 ECR, 2 335 femmes). Nous avons comparé les sous-groupes par dose de FSH à action prolongée. Il y avait des preuves de la baisse du taux de naissances vivantes chez les femmes qui avaient reçu des doses plus faibles (60 à 120 μg) de FSH à action prolongée comparée à la FSH quotidienne (rapport des cotes (OR) de Peto 0,60 ; IC à 95 % 0,40 à 0.91 ; 3 ECR, 645 femmes). Il n'y avait aucune preuve d'effet sur le taux de naissances vivantes dans le sous-groupe de dose moyenne (rapport des cotes (OR) de Peto 1,03 ; IC à 95 % 0,84 à 1,27) et aucune preuve d'effet sur le taux de grossesses cliniques, le taux de grossesses en cours, le taux de grossesses multiples, le taux de fausses couches ou le taux de grossesses extra-utérines.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.