Buflomédil dans le traitement de l'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique aigu

Problématique de la revue

Nous avons examiné les éléments de preuve de l'effet du buflomédil sur les décès, l'invalidité et les fonctions neurologiques chez les personnes victimes d'AVC ischémique aigu.

Contexte

Le buflomédil a été utilisé chez les personnes souffrant de maladies des artères des jambes, et certains avantages lui ont été démontrés chez les personnes ayant des antécédents d'AVC. Le type le plus commun d'AVC est dû au rétrécissement ou à l'obstruction d'une artère dans le cerveau (c.-à-d. l'AVC ischémique). Le buflomédil peut dilater les vaisseaux sanguins du cerveau, et cela pourrait bénéficier aux personnes victimes d'AVC ischémique. Cependant, il n'a pas été approuvé pour le traitement de l'AVC dans la pratique clinique. Nous voulions savoir si le buflomédil était efficace et sûr pour traiter les victimes d'AVC dans les premiers jours suivant celui-ci.

Caractéristiques des études

Les preuves sont à jour jusqu'à septembre 2014. Nous avons trouvé 26 essais contrôlés randomisés avec 2 756 participants. Tous ces essais ont été réalisés en Chine et portaient sur des victimes d'AVC adultes des deux sexes. Tous les participants se trouvaient à l'hôpital, dans les premiers jours après la survenue de l'AVC. Dans la plupart des essais, le buflomédil était administré par voie intraveineuse, à une dose journalière de 200 mg pendant 14 jours.

Principaux résultats

Il n'y avait pas suffisamment de preuves pour démontrer si le buflomédil réduisait les risques de décès ou d'incapacité à long terme chez les victimes d'AVC. Bien que tous les essais aient évalué les résultats immédiatement à la fin du traitement, aucune preuve solide n'a été mise en évidence concernant les effets du buflomédil sur des critères à court terme. En outre, les preuves sur les préjudices que le médicament pourrait causer étaient insuffisantes.

Qualité des preuves

La qualité des preuves était généralement faible. Il n'y avait pas suffisamment de données et la plupart des essais souffraient d'une mauvaise conception ou d'une déclaration incomplète des informations pertinentes. Pour apporter des données probantes sur l'utilisation du buflomédil en traitement de routine de l'AVC ischémique aigu, des essais randomisés de haute qualité sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes sur l'efficacité ou l'innocuité du buflomédil sont insuffisantes pour étayer son utilisation dans le traitement de l'AVC ischémique aigu. Compte tenu de ces incertitudes, les données justifient la nécessité d'un ECR de puissance adéquate sur le buflomédil chez les personnes victimes d'AVC ischémique aigu.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Peu de stratégies sont efficaces dans le traitement de l'AVC ischémique aigu. Le buflomédil est un agent vasoactif utilisé dans les maladies artérielles périphériques. Des études ont suggéré que le buflomédil pourrait avoir des effets bénéfiques chez les personnes atteintes de maladies vasculaires cérébraux, y compris d'AVC ischémique aigu, mais il n'a pas été approuvé pour le traitement de l'AVC dans la pratique clinique.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du buflomédil dans le traitement de l'AVC ischémique aigu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons interrogé le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (septembre 2014), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2014, Numéro 4), MEDLINE (de 1950 à février 2014), EMBASE (de 1980 à février 2014), la base de données ProQuest Dissertations and Theses (juillet 2014), Web of Science (y compris Conference Proceedings Citation Index Science (CPCI-S)) (juillet 2014) et quatre bases de données chinoises (février 2014). Nous avons également effectué des recherches dans cinq registres d'essais en cours et les bibliographies des essais inclus.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus dans la revue les essais contrôlés randomisés (ECR) enquêtant sur l'efficacité du buflomédil chez les personnes victimes d'AVC ischémique aigu. Le principal critère de jugement de cette revue étaient les décès et l'incapacité/la dépendance à long terme. Les autres critères comprenaient les décès à court terme, l'incapacité à court terme, les déficits neurologiques et les événements indésirables. Nous avons inclus les essais comparant le buflomédil à un placebo, les essais comparant le buflomédil associé aux soins médicaux habituels par rapport aux soins médicaux habituels seuls, ou ceux comparant le buflomédil associé à une autre intervention par rapport à celle-ci seule. Nous avons exclu les essais comparant le buflomédil seul à d'autres interventions potentiellement actives.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les références, sélectionne les études, extrait les données et évalué les risques de biais dans les essais inclus. Nous avons rapporté le risque relatif (RR) pour les données dichotomiques et la différence moyenne standardisée (DMS) pour les données continues. Nous avons effectué une méta-analyse à l'aide d'un modèle à effets aléatoires des décès et de l'amélioration des déficits neurologiques. Les données sur l'incapacité/la dépendance et les effets indésirables n'étaient pas appropriées pour une méta-analyse et ont donc été rapportées de façon narrative. Nous avons effectué des analyses de sous-groupe en fonction du temps du recrutement depuis l'AVC, de la voie d'administration, de la dose quotidienne et de la durée de traitement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 26 essais (2 756 participants), tous menés en Chine. Tous les participants étaient hospitalisés, dans les premiers jours après la survenue de l'AVC (moyenne d'âge de 58 à 75 ans, proportion d'hommes de 45 % à 80 %). Dans la plupart des essais, le buflomédil était administré par voie intraveineuse, à une dose journalière de 200 mg pendant 14 jours. La qualité méthodologique était généralement faible et plusieurs essais étaient mal consignés.

Un seul essai rapportait la mortalité et l'incapacité à long terme ; dans celui-ci, les survivants d'AVC dans le groupe de buflomédil avaient un risque plus faible de décès ou d'incapacité que ceux du groupe témoin (200 participants, RR 0,71, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,53 à 0,94). Tous les 26 essais ont évalué les résultats à la fin du traitement (huit essais avec 1 056 participants rapportaient les décès, un essai avec 85 participants rapportait l'incapacité, et 26 essais avec 2 756 participants rapportaient les déficits neurologiques), mais aucune preuve solide n'a été mise en évidence pour l'un de ces critères à court terme. Dix-sept essais (1 899 participants) ont étudié la présence d'événements indésirables au cours du traitement, dont six (853 participants) ne rapportaient aucun événement indésirable important chez les participants et les 11 autres (1 046 participants) rapportaient un total de 38 événements indésirables dans le groupe de buflomédil et deux dans le groupe témoin. Globalement, pour chacun de ces résultats, la qualité des preuves était faible selon les principes GRADE.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.