Comparaisons des approches appliquées à la formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien pour le traitement de l’incontinence chez les femmes

Les fuites d’urine involontaires (ou incontinence) sont une affection courante touchant près d’un quart des femmes. Le premier traitement qui leur est généralement proposé se compose d’exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. Le renforcement musculaire, l’amélioration de l’endurance et de la coordination des muscles du plancher pelvien peuvent permettre de réduire les fuites urinaires. Cette revue se composait de 21 études, avec un total de 1 490 femmes et examinait si une méthode d’apprentissage, de supervision ou d’exécution de ces exercices était plus efficace qu’une autre. Les femmes en contact régulier et répété avec la personne leur ayant enseigné ces exercices et surveillant leur progression avaient plus tendance à signaler des améliorations après le traitement. D’autres recherches doivent être effectuées car l’interprétation des études était problématique, nous ne pouvions donc tirer aucune conclusion fiable concernant plusieurs des autres méthodes possibles d’apprentissage, de supervision ou d’exécution de ces exercices.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue a révélé que les preuves existantes étaient insuffisantes pour émettre des recommandations appuyées concernant la meilleure approche appliquée à la formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. Nous estimons que des rendez-vous raisonnablement fréquents sont proposés aux femmes pendant la période d’entraînement, car les quelques données disponibles indiquaient que les femmes bénéficiant d’une supervision régulière (par ex. : hebdomadaire) avaient plus tendance à signaler des améliorations par rapport aux femmes suivant une formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvienavec peu voire aucune supervision.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien sont les thérapies physiques les plus couramment recommandées aux femmes souffrant d’incontinence urinaire liée au stress. Cette formation est parfois recommandée en cas d’incontinence urinaire mixte, et plus rarement, d’impériosité. La supervision et le contenu des programmes de formation aux exercices des muscles du plancher pelvien sont particulièrement variables et certains programmes utilisent des stratégies supplémentaires afin d’augmenter les effets de l’adhésion ou de la formation.

Objectifs: 

Comparer les effets des différentes approches de formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l’incontinence, qui contient des essais identifiés issus du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et CINAHL, ainsi que des recherches manuelles dans les journaux et les actes de conférence (recherches du 17 mai 2011) et dans les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection: 

Des essais randomisés ou quasi-randomisés effectués chez des femmes souffrant d’incontinence urinaire mixte, d’urgence ou liée au stress (en fonction des symptômes, des signes ou de la dynamique urinaire). Un bras de l’étude incluait une formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. Un autre bras présentait une approche alternative à la formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien, comme les différentes méthodes d’apprentissage, la supervision ou l’exécution de cette formation..

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué l’éligibilité et la qualité méthodologique des essais de façon indépendante. Nous avons extrait, puis recoupé les données. Nous avons résolu les désaccords par des discussions. Nous avons traité les données comme décrit dansle guide Cochrane pour les revues systématiques des interventions (version 5.2.2). Nous avons créé des sous-groupes d’essais par intervention.

Résultats principaux: 

Nous avons analysé l’éligibilité de 574 enregistrements et inclus 21 essais dans la revue. Ces 21 essais ont randomisé 1 490 femmes et effectué 11 comparaisons. Elles concernaient : les différences au niveau de la supervision de la formation (volume, individuelle et collective), de l’approche (une par rapport à une autre, les effets d’un composant supplémentaire) et de la formation aux exercices (type de contraction, fréquence del’exercice). Chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire liée au stress, 10 % de celles ayant bénéficié d’une supervision collective hebdomadaire ou bihebdomadaire, en plus des rendez-vous individuels avec leur thérapeute, n’ont signalé aucune amélioration du post-traitement par rapport aux 43 % du groupe qui s’est uniquement rendu à des rendez-vous individuels (risque relatif (RR) de l’absence d’amélioration 0,29, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,15 à 0,55, quatre essais). En interprétant ces chiffres différemment, 90 % de celles combinant une supervision collective et individuelle ont signalé des améliorations par rapport à 57 % des femmes ayant uniquement bénéficié d’une supervision individuelle. Alors que les femmes, bénéficiant d’une supervision collective fréquente et individuelle combinée de la formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien, étaient plus susceptibles de constater des améliorations, l’intervalle de confiance était large et plus de la moitié du groupe témoin (les femmes n’ayant pas bénéficié d’une supervision collective hebdomadaire ou bihebdomadaire supplémentaire) avait signalé une amélioration. Cette découverte d’amélioration subjective dans les deux groupes de traitement actif, avec davantage d’améliorations signalées par les femmes bénéficiant d’un contact plus rapproché avec un professionnel de la santé, était cohérente tout au long de cette revue.

Nous pensons qu’il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’interprétation des résultats de la revue doit être réalisée avec prudence : seules quelques données étaient disponibles dans les comparaisons ; un nombre d’essais prêtaient à confusion en comparant deux bras à plusieurs différences dans les approches de formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien ; il existait une possibilité de relation entre l’attention et la notification d’améliorations supplémentaires chez les femmes dont l’attribution de traitement n’était pas masquée ; certains essais choisissaient des interventions dont les effets de la formation aux exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien étaient incertains ; et certains essais ne décrivaient pas correctement leur intervention.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.