Les programmes de perte de poids ont-il des effets bénéfiques sur l'asthme chez les personnes asthmatiques ?

L'asthme est une maladie qui affecte les personnes quelque soit la race, l'âge et le sexe. Les personnes asthmatiques font face à des épisodes récurrents de toux, de sensation d'oppression ou d'essoufflement, ce qui peut limiter les activités quotidiennes. Au cours des dernières décennies, la recherche a montré que les personnes en surpoids ou obèses ont plus de chances d'avoir de l'asthme et de développer des symptômes graves. Cette revue a essayé de découvrir si les interventions pour perdre du poids chez les patients asthmatiques en surpoids ou obèses améliorent le contrôle de l'asthme et la perte de poids obtenue.

Nous avons inclus quatre études totalisant un maximum de 197 participants provenant de quatre pays (Brésil, Finlande, Mexique et Australie) dans la revue. Les interventions comprenaient des régimes à faible teneur énergétique, des médicaments anti-obésité et une activité physique, soit seules ou en association. Les études présentaient un risque élevé de biais et les résultats ont montré que les interventions pour perdre du poids ont permis de perdre du poids dans les groupes sous traitement par rapport aux groupes témoins. La perte de poids était également associée à une amélioration des symptômes, un besoin moins important d'une médication anti-douleur sur le court terme et une certaine amélioration de la fonction pulmonaire. Les données permettant de commenter l'effet de l'intervention sur la qualité de vie, l'utilisation des soins médicaux et les effets indésirables n'étaient pas pertinentes.

Il est indispensable de réaliser des études mieux conçues et détaillées, en particulier chez les enfants et dans les pays à ressources limitées comme en Afrique, où les régimes à faible teneur énergétique pré-emballés, ainsi que les interventions structurées basées sur une activité physique utilisés dans ces pays inclus, peuvent ne pas être réalisables ou applicables.

Conclusions des auteurs: 

Implications pour la pratique  

Cette revue a découvert un essai randomisé qui démontrait que la perte de poids peut être bénéfique pour améliorer le contrôle de l'asthme chez les patients en surpoids ou obèses, conjointement à une perte de poids dans les groupes avec intervention sur le court terme. En appliquant le système GRADE aux résultats de cette revue, on remarque toutefois que la qualité des données est faible parce que même si les quatre études sont des ECR, il existait de sérieuses limitations méthodologiques dans les études (risque incertain de biais de sélection et risque élevé de biais de détection) ainsi que de l'imprécision (échantillon de petite taille). Il y avait des données insuffisantes pour commenter l'effet des interventions pour perdre du poids sur la qualité de vie et l'utilisation des soins médicaux. De plus, les données sur les effets indésirables étaient insuffisantes pour permettre un équilibre approprié des inconvénients et des avantages des interventions. En se basant sur ces données de faible qualité, l'avantage de la perte de poids en tant qu'intervention pour le contrôle de l'asthme reste incertain, et en tant que tel, les cliniciens devraient se préparer à aider les patients à prendre une décision qui est cohérente avec leurs propres valeurs.

Implications pour la recherche  

Le fait que la plupart des études incluses étaient d'une qualité méthodologique faible souligne le besoin d'ECR bien conçus supplémentaires, mettant l'accent sur des méthodes appropriées de génération de séquences d'attribution et d'assignation secrète et des périodes de suivi plus longues. Ces études doivent mentionner plus en détails des résultats pertinents (à la fois significatifs en termes statistiques et autres) comme : les symptômes/le contrôle de l'asthme, l'utilisation d'une médication de secours, la modification des paramètres de la fonction pulmonaire (moyenne réelle/valeurs médianes), l'utilisation de l'hôpital, la qualité de vie et les effets indésirables. Il est également nécessaire d'appliquer des durées plus longues d'intervention et de suivi pour évaluer l'effet des mesures durables pour atteindre l'objectif de la perte de poids et pour déterminer si ces effets sont toujours significatifs après une période prolongée.

Il est également nécessaire de réaliser des études bien conçues pour les enfants et les adolescents, ainsi que dans les pays à faible revenu comme l'Afrique, où les régimes à faible teneur énergétique pré-emballés ainsi que les interventions structurées basées sur une activité physique utilisées dans ces études incluses, peuvent ne pas être réalisables ou applicables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'asthme et l'obésité sont tous deux des problèmes de santé publique avec une prévalence croissante à l'échelle mondiale. Plusieurs études épidémiologiques ont montré une association entre l'asthme et l'obésité, pour autant il n'existe pas de données de qualité satisfaisante sur l'effet de la perte de poids sur le contrôle de l'asthme.

Objectifs: 

Évaluer l'effet des différentes interventions pour perdre du poids sur les mesures de contrôle de l'asthme et de perte de poids chez les patients en surpoids ou obèses souffrant d'asthme chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies aériennes (CAGR) (dérivé des recherches systématiques des bases de données bibliographiques, comprenant le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED et PsycINFO, et une recherche manuelle dans les journaux sur la respiration et les résumés des conférences). Nous avons également effectué une recherche sur les sites internet des essais en cours et les bases de données des mémoires jusqu'en mars 2012. Nous avons contacté les experts du secteur et avons effectué une recherche dans les listes bibliographiques pour les études supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur les interventions pour perdre du poids pour les participants en surpoids ou obèses souffrant d'asthme par rapport à aucune intervention ou une autre intervention pour perdre du poids.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité et le risque de biais des études, et ont extrait les données à l'aide d'un formulaire d'extraction des données. Nous n'avons entrepris aucune méta-analyse étant donné qu'il n'y avait aucune donnée appropriée à combiner.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre études terminées réalisées sur des adultes (n = 197). Deux étaient publiées en tant qu'extraits et deux en tant qu'articles complets. Les interventions comprenaient une activité physique supervisée, un régime avec un apport calorique faible et des médicaments anti-obésité (seules ou en association), elles étaient comparées aux soins habituels (deux études), à un régime avec un apport calorique faible (une étude), alors qu'une étude avait trois bras d'intervention (activité physique versus régime pauvre en calories versus une association des deux). Deux études ont été réalisées dans des pays à revenu élevé, alors que deux ont été menées dans des pays à revenu moyen supérieur.

Toutes les études présentaient un risque de sélection incertain et un risque élevé de détection des biais. Une des études a montré une diminution significative en termes statistiques des scores des symptômes dans le groupe sous traitement par rapport au groupe témoin : la différence entre les groupes dans le score du questionnaire respiratoire St George (SGRQ) était de -10 unités (IC à 95 % -18 à -1 ; P = 0,02). Une étude a montré une diminution des doses de la médication de secours dans le groupe sous traitement par rapport au groupe témoin sur le court terme. La perte de poids était associée à une certaine amélioration du volume maximal expiratoire seconde (FEV1) et de la capacité vitale forcée (FVC) dans une étude qui était statistiquement significative mais pas importante sur le plan clinique ; il n'y avait aucune amélioration du débit expiratoire de pointe (DEP). Aucune donnée n'a été mentionnée sur l'utilisation des soins médicaux et les effets indésirables. Une étude signalait une perte de poids significative en termes statistiques dans le groupe sous traitement par rapport aux groupes témoins avec l'absence d'intervention, qui était encore importante après un an de suivi.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.