La losigamone comme traitement associé dans l'épilepsie partielle

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'épilepsie est un trouble neurologique courant, affectant environ 50 millions de personnes dans le monde. Presqu'un tiers de ces personnes ne sont pas bien soignées par un médicament antiépileptique unique et nécessitent souvent un traitement comptant deux ou plusieurs médicaments antiépileptiques (ou traitement associé). Nous avons trouvé deux essais évaluant le traitement associé par losigamone, réalisés sur 467 patients âgés de plus de 18 ans. Les résultats de cette revue ont montré que la fréquence des crises d'épilepsie chez les patients sous losigamone comme traitement associé avait tendance à être réduite de 50 % ou plus, sur une courte durée. Cependant, ce traitement était associé à davantage d'arrêts prématurés dus aux effets indésirables, que le traitement par placebo. L'effet indésirable le plus courant dû à la losigamone était des vertiges. Des essais supplémentaires à long terme, contrôlés par placebo, en double aveugle, randomisés et bien conçus sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats de cette revue ont montré que la losigamone pouvait réduire la fréquence des crises d'épilepsie mais qu'elle était aussi associée à davantage d'arrêts de traitement lorsqu'elle était utilisée comme traitement associé chez les personnes souffrant d'épilepsie partielle. Cependant, les essais inclus étaient d'une durée à court-terme et de qualité incertaine. Des essais supplémentaires à long terme, contrôlés par placebo, en double aveugle, randomisés et bien conçus sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est un trouble neurologique courant, affectant environ 50 millions de personnes dans le monde. Presqu'un tiers de ces personnes ne sont pas bien soignées par un médicament antiépileptique unique et nécessitent souvent un traitement comptant deux ou plusieurs médicaments antiépileptiques. Ces dernières années, beaucoup de nouveaux médicaments antiépileptiques ont été étudiés à titre de traitement associé de l'épilepsie partielle. La losigamone est l'un de ces médicaments et constitue le sujet principal de cette revue systématique.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la losigamone lorsqu'elle est utilisée comme traitement associé de l'épilepsie partielle.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (1er mai 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 4 sur 12, The Cochrane Library 2012) et MEDLINE (1er mai 2012). Nous avons cherché dans des registres d'essais et contacté le fabricant de losigamone et certains auteurs d'études incluses pour obtenir plus d'informations. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés sur le traitement d'appoint associé par losigamone versus placebo dans le traitement associé de l'épilepsie partielle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données de manière indépendante. Les critères principaux concernaient la réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises d'épilepsie, et l'absence de crise ; les critères secondaires portaient sur les arrêts de traitement ainsi que les effets secondaires. Les résultats sont présentés sous la forme de risques relatifs (RR) avec leur intervalle de confiance (IC) à 95 % ou 99 % (pour les effets indésirables listés afin de prendre en compte les tests multiples).

Résultats principaux: 

Deux études impliquant un total de 467 participants étaient éligibles à l'inclusion. Les deux essais évaluaient la losigamone 1 200 ou 1 500 mg/d comme traitement associé de l'épilepsie partielle. Un essai a été évalué comme étant d'une bonne qualité méthodologique alors que l'autre était d'une qualité incertaine. Concernant l'efficacité, les résultats ont montré que les patients sous losigamone présentaient une réduction significative de 50 % voire plus de la fréquence des crises d'épilepsie (RR 1,75, IC à 95 % 1,14 à 2,72), mais que cette réduction était aussi associée à une augmentation des arrêts de traitement, comparé aux patients sous placebo (RR 2,16 ; IC à 95 % 1,28 à 3,67). Les résultats concernant l'innocuité indiquaient une proportion plus importante de patients faisant partie du groupe sous traitement à la losigamone ayant souffert d'effets indésirables, que dans le groupe sous traitement placebo (RR 1,34, IC à 95 % 1,00 à 1,80), les vertiges constituant le seul effet indésirable propre au traitement à la losigamone (RR 3,82, IC à 99 % 1,69 à 8,64). La proportion des patients ne souffrant plus de crise d'épilepsie n'était pas renseignée dans le rapport d'essai. L'analyse en sous-groupe sur les différentes doses d'administration de losigamone a montré qu'une dose plus élevée de losigamone (1 500 mg/d) comparée à de moindres doses, est associée à une meilleure réduction de la fréquence des crises d'épilepsie, seulement cette augmentation est aussi associée à davantage d'arrêts de traitement dus aux effets indésirables.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.