Intervention comportementale intensive précoce (ICIP) pour améliorer les comportements et les compétences fonctionnels des jeunes enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'intervention comportementale intensive précoce (ICIP) est l'un des traitements les plus fréquemment utilisés chez les jeunes enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA). L'objectif de notre revue était d'examiner l'état des recherches sur l'ICIP. Nous avons trouvé un total de cinq études comparant l'ICIP aux services génériques d'éducation spécialisée pour les enfants scolarisés atteints de TSA. Une seule étude affectait aléatoirement les enfants à un groupe de traitement ou à un groupe de comparaison, ce qui est considéré comme la technique de recherche de référence. Les quatre autres études reposaient sur le choix des parents pour affecter les enfants aux différents groupes. Nous avons examiné et comparé les résultats de l'ensemble des cinq études. Au total, 203 enfants (tous ayant moins de six ans au début du traitement) étaient inclus dans les cinq études. Nous avons observé que les enfants recevant le traitement d'ICIP présentaient de meilleurs résultats que les enfants des groupes de comparaison après environ deux ans de traitement pour ce qui est des tests de comportement adaptatif (comportements qui augmentent l'indépendance et la capacité d'adaptation à son environnement), de l'intelligence, des habiletés sociales, des capacités linguistiques et de communication, des symptômes autistiques et de la qualité de vie. Les résultats corroborent l'utilisation de l'ICIP pour certains enfants atteints de TSA. Cependant, la qualité de ces résultats est faible puisque les études ne portaient que sur un petit nombre d'enfants et qu'une seule étude affectait aléatoirement les enfants aux groupes.

Conclusions des auteurs: 

Certaines données indiquent que l'ICIP est un traitement comportemental efficace pour certains enfants atteints de TSA. Cependant, l'état actuel des preuves est limité car elles s'appuient sur des données issues d'études non randomisées (ECC) en raison du manque d'ECR. Des études supplémentaires reposant sur des ECR sont nécessaires pour tirer des conclusions plus solides sur les effets de l'ICIP sur les enfants atteints de TSA.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La prévalence croissante des troubles du spectre autistique (TSA) accroît le besoin en traitements comportementaux fondés sur des preuves afin de réduire l'impact des symptômes sur le fonctionnement des enfants. Actuellement, il n'existe aucun traitement curatif ou psychopharmacologique permettant de traiter efficacement l'intégralité des symptômes du trouble. L'intervention comportementale intensive précoce (ICIP), un traitement basé sur les principes de l'analyse appliquée du comportement et dispensé pendant plusieurs années à raison de 20 à 40 heures par semaine, est l'un des traitements les mieux établis pour les TSA.

Objectifs: 

Évaluer systématiquement les données sur l'efficacité de l'ICIP dans l'amélioration des comportements et des compétences fonctionnels des jeunes enfants atteints de TSA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes le 22 novembre 2011 : CENTRAL (2011 numéro 4), MEDLINE (de 1948 à la 2ème semaine de novembre 2011), EMBASE (de 1980 à la 46ème semaine de 2011), PsycINFO (de 1806 à la 3ème semaine de novembre 2011), CINAHL (de 1937 à aujourd'hui), ERIC (de 1966 à aujourd'hui), Sociological Abstracts (de 1952 à aujourd'hui), Social Science Citation Index (de 1970 à aujourd'hui), WorldCat, le metaRegister of Controlled Trials et la Networked Digital Library of Theses and Dissertations. Nous avons effectué une recherche dans les listes bibliographiques des articles publiés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR), essais contrôlés quasi-randomisés ou essais cliniques contrôlés (ECC) comparant l'ICIP à l'absence de traitement ou au traitement standard. Les participants devaient avoir moins de six ans au début du traitement et respecter les paramètres de leur groupe d'assignation avant de commencer le traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné les études et évalué leur éligibilité à l'inclusion, et évalué le risque de biais de chaque étude incluse. Tous les résultats étaient continus et ont permis de calculer des effets observés sur la différence moyenne standardisée avec correction pour tenir compte de la petite taille des échantillons. Lorsque cela était possible, nous avons effectué une méta-analyse à effets aléatoires, autrement dit nous avons considéré que les études individuelles produisaient des estimations différentes des effets du traitement.

Résultats principaux: 

Un ECR et quatre ECC totalisant 203 participants ont été inclus. Le fait que les quatre ECC s'appuient sur des données synthétiques limite leur valeur et il convient de garder ceci à l'esprit lors de l'interprétation des résultats. Toutes les études utilisaient un groupe de comparaison de type traitement standard. Nous avons synthétisé les résultats des quatre ECC en utilisant un modèle à effets aléatoires de méta-analyse des différences moyennes standardisées. Des effets positifs en faveur du groupe de traitement d'ICIP ont été observés pour tous les critères de jugement. L'effet de taille moyen pour le comportement adaptatif était de g = 0,69 (IC à 95 % 0,38 à 1,01 ; P < 0,0001). L'effet de taille moyen pour le QI était de g = 0,76 (IC à 95 % 0,40 à 1,11 ; P < 0,0001). Les trois mesures des capacités linguistiques et de communication ont donné des résultats en faveur de l'ICIP : langage expressif g = 0,50 (IC à 95 % 0,05 à 0,95 ; P = 0,03), langage réceptif g = 0,57 (IC à 95 % 0,20 à 0,94 ; P = 0,03), et capacités de communication au quotidien g = 0,74 (IC à 95 % 0,30 à 1,18; P = 0,0009). L'effet de taille moyen pour la socialisation était de g = 0,42 (IC à 95 % 0,11 à 0,73 ; P = 0,0008), et pour les aptitudes à la vie quotidienne il était de g = 0,55 (IC à 95 % 0,24 à 0,87 ; P = 0,0005). Des analyses descriptives supplémentaires d'autres aspects liés à la qualité de vie et à la psychopathologie sont présentées. Cependant, en raison de l'inclusion d'études non randomisées, il existe un risque élevé de biais et le niveau de preuve est globalement considéré comme « faible » selon le système GRADE, qui évalue la qualité des données des méta-analyses afin d'établir des recommandations pour la pratique médicale.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.