L'acide valproïque et le valproate de sodium dans la douleur neuropathique et la fibromyalgie

La douleur neuropathique est provoquée par des lésions nerveuses, souvent accompagnées par des changements dans le système nerveux central, et la fibromyalgie est un douloureux syndrome complexe lié à ces changements. De nombreuses personnes souffrant de ces problèmes sont handicapées par une douleur modérée ou grave pendant de nombreuses années. Les analgésiques classiques ne constituent généralement pas des traitements efficaces. À la lumière des similitudes existant entre les mécanismes physiopathologiques et biochimiques observés dans l'épilepsie et dans les douleurs neuropathiques, il n'est pas surprenant que les agents antiépileptiques puissent être utilisés pour traiter la douleur neuropathique. Le but de cette étude était d'étudier l'efficacité et les effets indésirables associés à l'utilisation du valproate de sodium et de l'acide valproïque pour le traitement de la douleur neuropathique chronique et la fibromyalgie. Nous avons identifié trois études pertinentes, deux concernant la neuropathie diabétique et une troisième concernant la névralgie post-herpétique. Deux des trois études faisaient état d'une réduction significativement plus grande de la douleur avec le valproate qu'avec le placebo, mais les études étaient de petite taille (≤ 45 participants)et ne fournissaient pas suffisamment de données pour une analyse groupée, et les méthodes d'analyse utilisées pouvaient avoir surestimé l'effet du traitement. Les événements indésirables tels que nausées, sédation, somnolence, vertiges et fonction hépatique anormale sont plus fréquents avec du valproate qu'avec le placebo, mais ces études n'étaient pas adaptées à une évaluation complète des préjudices.

Les preuves sont insuffisantes pour promouvoir l'utilisation de l'acide valproïque ou du valproate de sodium en tant que traitement de première intention pour les douleurs neuropathiques.

Conclusions des auteurs: 

Ces trois études font tout juste allusion au fait que le valproate de sodium pourrait réduire la douleur dans la neuropathie diabétique, et le divalproex sodique dans la névralgie post-herpétique, mais l'utilisation de l'analyse « completer » pourrait aboutir à surestimer l'efficacité, et il y avait trop peu de données pour l'analyse groupée bénéfice/préjudice, ou pour avoir confiance dans les résultats des études prises individuellement. Les preuves sont insuffisantes pour promouvoir l'utilisation de l'acide valproïque ou du valproate de sodium en tant que traitement de première intention pour les douleurs neuropathiques. Il y a des preuves plus solides d'une efficacité plus grande pour un nombre restreint d'autres médicaments.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'acide valproïque et son sel de sodium (valproate de sodium) sont des médicaments antiépileptiques qui sont parfois utilisés pour traiter la douleur neuropathique chronique et la fibromyalgie, bien qu'ils ne soient pas homologués pour cet usage..

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables de l'acide valproïque et du valproate de sodium dans la gestion de la douleur neuropathique chronique et de la fibromyalgie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur l'acide valproïque et le valproate de sodium pour douleurs aiguës et chroniques dans Medline, EMBASE et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL)jusqu'à Juin 2011, ainsi que dans les listes de référence de papiers et de revues analysés..

Critères de sélection: 

Des ECR en double aveugle et d'une durée d'au moins huit semaines, rendant compte des effets analgésiques et des événements indésirables avec l'acide valproïque et le valproate de sodium dans le traitement de la douleur neuropathique chronique et de la fibromyalgie..

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont indépendamment extrait les résultats et évalué leur qualité. Nous avons extrait les données sur l'efficacité et les événements indésirables, et examiné les aspects en rapport avec la qualité des études.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois études, deux en neuropathie diabétique (42 participants traités avec du valproate, 42 avec un placebo), et une en névralgie post-herpétique (23 traités avec du divalproex sodique, 22 avec un placebo). La durée des études était de huit ou 12 semaines. Aucune étude n'a été trouvée concernant la fibromyalgie.

Une seule étude faisait état de l'un de nos critères principaux de jugement (>50% de soulagement de la douleur), tandis que toutes les trois rendaient compte des moyennes par groupe concernant la réduction de la douleur entre le niveau de départ et le niveau final. Dans les trois études, les résultats d'efficacité n'étaient donnés que pour les personnes ayant participé à l'étude jusqu'au bout. Une étude en neuropathie diabétique et l'étude en névralgie post-herpétique faisaient état de différences significatives entre le groupe actif et le groupe placebo, mais les données étaient insuffisantes pour les grouper dans une analyse fiable.

Plus d'événements indésirables avaient été signalés avec le traitement actif qu'avec le placebo et comprenaient nausées, somnolence et tests fonctionnels hépatiques anormaux. Un participant prenant du valproate de sodium avait été retiré à cause d'une grave perturbation des enzymes hépatiques.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.