Interventions des services de santé pour réduire le risque de futurs AVC chez les personnes ayant des antécédents d’AVC ou d’accident ischémique transitoire (AIT)

Problématique

Dans quelle mesure les interventions des services de santé sont-elles efficaces dans la prévention de la récurrence de l’AVC et d’autres événements cardiovasculaires chez les personnes ayant des antécédents d’AVC ou d’accident ischémique transitoire (AIT ; aussi appelé mini-AVC) ?

Contexte

L'AVC et l'AIT sont des accidents causés par des interruptions du débit sanguin vers le cerveau. Les personnes victimes d’un AVC ou d’un AIT sont susceptibles de connaître des récidives. Plusieurs médicaments ainsi que des changements dans le mode de vie peuvent réduire le risque d'AVC en améliorant le contrôle des facteurs de risque modifiables, notamment la tension artérielle, les lipides sanguins, le surpoids, l'hyperglycémie et l'utilisation de médicaments préventifs. Souvent, ces facteurs de risque ne sont pas efficacement gérés après un AVC ou un AIT. Il est important d'identifier les interventions des services de santé qui peuvent aider à prévenir les AVC en améliorant ces facteurs de risque. Dans le cadre de cette revue, les interventions ont ciblé les patients, et/ou les cliniciens (pour informer et/ou changer les comportements) ; ainsi que les organisations (afin de modifier la façon dont les services étaient fournis, par exemple).

Cet article est une mise à jour de notre revue publiée en 2014.

Date des recherches

Nous avons recherché des études jusqu'en avril 2017.

Caractéristiques de l’étude

Cette revue mise à jour contient 16 nouvelles études incluant 25 819 participants, soit un total de 42 études regroupant 33 840 participants victimes d’AVC ou d’AIT avec une moyenne d’âge située entre 60 et 74,3 ans. La plupart des études se sont déroulées dans des centres de soins primaires ou en milieu communautaire. Seize études ont porté sur des interventions éducatives ou comportementales pour les participants et 26 études ont principalement porté sur des interventions organisationnelles. La plupart des interventions ont duré entre trois et douze mois, avec un suivi de trois mois à trois ans.

Principaux résultats

Les changements apportés aux services de santé qui n’ont analysé que l'éducation ou le comportement des patients, sans modification dans l'organisation des soins aux patients, n'ont révélé aucune amélioration manifeste des facteurs de risque d'AVC. Les changements apportés à l'organisation des services de santé se sont traduits par un meilleur contrôle de la tension artérielle. Les effets de ces interventions sur les changements au niveau des lipides sanguins, de la glycémie, de la masse corporelle ou de l'utilisation de médicaments n’ont pas été concluants.

Nous avons relevé 24 études en cours qui laissent penser que la recherche dans ce domaine s'intensifie.

Qualité des données probantes

Les données probantes disponibles ont été considérées comme étant de qualité moyenne voire faible en raison des variations dans les méthodes utilisées et les résultats rapportés.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que les interventions organisationnelles pouvaient potentiellement être associées à une amélioration de l'atteinte de la tension artérielle cible, mais nous n'avons trouvé aucune preuve solide indiquant que ces interventions amélioraient d'autres facteurs de risque modifiables (profil lipidique, HbA1c, observance des traitements médicaux) ou réduisaient l'incidence des événements cardiovasculaires récurrents. Les interventions, y compris l'éducation des patients seule, n'ont pas permis d'améliorer le contrôle des facteurs de risque modifiables ni la prévention des événements cardiovasculaires récurrents.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes victimes d'un AVC ou d'un accident ischémique transitoire (AIT) sont, par la suite, davantage menacés par les AVC et autres événements cardiovasculaires. Les services de neurologie vasculaire doivent être organisés de façon à optimiser l'adoption de stratégies fondées sur des données probantes pour la prévention secondaire des AVC. Les interventions liées au tabagisme ont fait l'objet d'une revue distincte et n'ont donc pas été prises en compte dans la présente revue. Cet article est une mise à jour de notre revue publiée en 2014.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions des services de neurologie vasculaire visant à mettre en œuvre des stratégies de prévention secondaire des AVC sur le contrôle des facteurs de risque modifiables, y compris l'adhésion du patient aux médicaments prescrits et l'occurrence d'événements cardiovasculaires secondaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d’essais cliniques du Groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (avril 2017), le registre d’essais cliniques du Groupe Cochrane sur l’efficacité des pratiques et l'organisation des soins (avril 2017), CENTRAL (la Bibliothèque Cochrane 2017, numéro 3), MEDLINE (1950 à avril 2017), Embase (1981 à avril 2017) et 10 autres bases de données, dont des registres d’essais cliniques. Nous avons identifié d'autres études en consultant des listes de références d'articles et en contactant les auteurs des études incluses.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) qui évaluent les effets des interventions organisationnelles ou éducatives et comportementales (par rapport aux soins habituels) sur le contrôle des facteurs de risque modifiables pour la prévention secondaire des AVC.

Recueil et analyse des données: 

Quatre auteurs de revue ont choisi les études à inclure et ont extrait les données de façon indépendante. La qualité des données probantes est classée selon l'approche GRADE (GRADEpro GDT) comme « élevée », « modérée », « faible » ou « très faible ». Trois auteurs ont évalué le risque de biais dans les études incluses. Nous avons contacté des investigateurs afin d’obtenir les données manquantes. Les résultats sont présentés dans les tableaux « Résumé des résultats ».

Résultats principaux: 

La revue mise à jour comprend 16 nouvelles études incluant 25 819 participants, soit un total de 42 études et 33 840 participants. Nous avons utilisé l'outil d’évaluation des risques de biais de Cochrane et avons évalué trois études comme présentant un risque élevé de biais ; les autres ont été considérées comme présentant un faible risque de biais. Nous avons inclus 26 études qui ont principalement évalué des interventions organisationnelles et 16 études qui ont évalué des interventions éducatives et comportementales destinées aux participants. Nous avons regroupé les résultats lorsque cela était approprié malgré l’existence de certaines hétérogénéités cliniques et méthodologiques.

Les interventions éducatives et comportementales n'ont montré aucune différence nette sur les critères de jugement de la revue tels que la tension artérielle systolique et diastolique moyenne, l'indice de masse corporelle moyen, l'atteinte de la cible HbA1c, le profil lipidique, le taux moyen d’HbA1c, l'observance des traitements médicamenteux ou les événements cardiovasculaires récurrents. Des données de qualité moyenne indiquent que les interventions organisationnelles ont permis d'améliorer le contrôle de la tension artérielle, notamment d'atteindre plus facilement la cible de valeur de tension artérielle (rapport de cotes (RC) de 1,44, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,09 à 1,90 ; 13 études ; 23 631 participants). Cependant, il n'y a pas eu de changements significatifs de la tension artérielle systolique moyenne (différence moyenne (DM), -1,58 mmHg IC à 95 % de -4,66 à 1,51 ; 16 études ; 17 490 participants) et de la tension artérielle diastolique moyenne (DM -0,91 mmHg IC à 95 % de -2,75 à 0,93 ; 14 études ; 17 178 participants). Il n'y a eu aucun changement significatif concernant les autres critères de jugement de la revue.

Notes de traduction: 

Post-édition : Julie Bossée - Révision : Noëmie Van Landeghem (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.