L'immunisation contre l'hépatite A pour les personnes non encore exposées à l'hépatite A

L'hépatite A est une maladie virale contagieuse, répandue dans de nombreux pays à faible revenu. On estime que chaque année, à travers le monde, environ1,5 millions de personnes sont touchées, Le virus de l'hépatite A est limité à l'homme et à plusieurs espèces de primates non humains. Il se transmet principalement d'une personne à l'autre par voie oro-fécale, ou par ingestion d'aliments ou d'eau contaminés. Depuis 1995, la vaccination est utilisée pour prévenir l'hépatite A chez les personnes non encore exposées au virus de l'hépatite A. Seuls trois des essais inclus ont été considérés comme étant à faible risque de biais, c'est-à-dire sans surestimation des bénéfices ni sous-estimation des préjudices en raison d'erreurs systémiques. Chez les personnes non encore exposées à l'hépatite A, la vaccination à base de virus vivants atténués ou de virus inactivés a eu un effet clair de réduction du risque de développer une hépatite A cliniquement apparente. La revue a également montré que les vaccins contre l'hépatite A réduisaient significativement le risque de carence en anticorps contre l'hépatite A. Le vaccin inactivé semble être relativement sûr. Les données n'étaient pas suffisantes pour tirer des conclusions sur les vaccins vivants atténués, quant à la production d'anticorps protecteurs et aux événements indésirables.

Conclusions des auteurs: 

Les vaccins anti-hépatite A sont efficaces pour la prophylaxie pré-exposition de l'hépatite A chez les personnes sensibles. Cette revue a mis en évidence une protection significative pour au moins deux ans avec le vaccin inactivé et pour au moins cinq ans avec le vaccin vivant atténué. Il y avait des preuves étayant l'innocuité du vaccin à base de VHA inactivé. Des données probantes de meilleure qualité seront nécessaires pour déterminer l'innocuité des vaccins à base de virus vivant atténué.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Dans de nombreuses régions du monde, l'hépatite A constitue une cause importante de morbidité et de pertes socio-économiques. Alors que les vaccins contre l'hépatite A ont le potentiel de prévenir la maladie, une incertitude subsiste sur le degré de protection offert contre les conséquences cliniques ainsi qu'au sein de populations différentes. Il existe deux façons de vacciner contre l'hépatite A (VHA) : les vaccins à base de virus inactivés et ceux à base de virus vivants atténués. Il est important de déterminer l'efficacité et l'innocuité de chacun de ces deux types de vaccins.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité protectrice clinique, l'efficacité de séro-protection ainsi que l'innocuité et les risques de la vaccination contre l'hépatite A chez les personnes non préalablement exposées à l'hépatite A.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane hépato-biliaire, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded et la China National Knowledge Infrastructure (CNKI), jusqu'au mois de novembre 2011.

Critères de sélection: 

Des essais cliniques randomisés comparant le vaccin anti-VHA à un placebo, à l'absence d'intervention ou à des vaccins de contrôle appropriés chez des participants de tous âges.

Recueil et analyse des données: 

L'extraction des données et l'évaluation du risque de biais ont été menées par deux auteurs et vérifiées par un troisième auteur. Lorsque c'était nécessaire, les auteurs ont contacté des chercheurs afin d'obtenir des données manquantes. Le principal critère de jugement était la survenue d'une hépatite A cliniquement apparente (hépatite infectieuse). Les critères de jugement secondaires étaient la carence en immunoglobuline G (IgG) séro-protectrice anti-VHA et le nombre et les types d'événements indésirables. Nous avons présenté les résultats sous la forme du risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %. Les résultats dichotomiques ont été rapportés sous forme de risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %, au moyen d'une analyse en intention de traiter. Nous avons effectué une évaluation du risque d'erreurs systématiques (biais) et analysé séquentiellement les essais pour estimer le risque d'erreurs aléatoires (effet de hasard).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un total de 11 études cliniques, dont trois seulement ont été considérées à faible risque de biais ; deux étaient des études quasi-randomisées dans lesquelles nous ne sommes intéressés qu'aux préjudices causés. Neuf essais randomisés avec 732 380 participants avaient étudié le critère de jugement principal d'hépatite A confirmée cliniquement. Parmi ceux-ci, quatre essais avaient évalué le vaccin à base de VHA inactivé (41 690 participants) et cinq essais avaient évalué le vaccin à base de VHA vivant atténué (690 690 participants). Dans les trois essais randomisés à faible risque de biais (tous portant sur le vaccin inactivé), une hépatite A cliniquement apparente était survenue chez 9 participants sur 20 684 (0,04 %) du groupe de vaccination anti-VHA, à comparer à 92 sur 20 746 (0,44 %) dans le groupe témoin (RR 0,09 ; IC à 95 % 0,03 à 0,30). Dans les neuf essais randomisés, une hépatite A cliniquement apparente était survenue chez 31 participants sur 375 726 (0,01 %) du groupe de vaccination anti-VHA, à comparer à 505 sur 356 654 (0,18 %) dans le groupe témoin (RR 0,09 ; IC à 95 % 0,05 à 0,17). Ces résultats étaient soutenus par des analyses séquentielles d'essais. Des analyses en sous-groupes ont confirmé l'efficacité clinique du vaccin anti-hépatite A inactivé (RR 0,09 ; IC à 95 % 0,03 à 0,30) comme du vaccin anti-hépatite A vivant atténué (RR 0,07 ; IC à 95 % 0,03 à 0,17) sur l'hépatite A confirmée cliniquement. Le vaccin à base de virus inactivé de l'hépatite A avait eu un effet significatif de réduction de la carence de séro-protection (moins de 20 mIU / L) (RR 0,01 ; IC à 95 % 0,00 à 0,03). Aucun essai n'avait fait état d'un seuil de séro-protection inférieur à 10 mUI / L. Le risque d'effets indésirables non-graves, tant locaux que systémiques, était comparable au placebo pour ce qui concerne les vaccins anti-VHA inactivés. Les données étaient insuffisantes pour tirer des conclusions sur les événements indésirables liés au vaccin à base de VHA vivant atténué.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.