Le rôle de la greffe allogénique de cellules souches pour les patients atteints d'un lymphome cutané primaire à cellules T en stade avancé

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les lymphomes cutanés primaires à cellules T (LCCT) sont un sous-groupe de cancers du sang appelé lymphomes non hodgkiniens. Les LCCT se manifestent principalement dans la peau. Ils se caractérisent par une prolifération incontrôlée de lymphocytes T, un type particulier de globules blancs. La plupart des personnes sont âgées de plus de 60 ans. Comparés à d'autres maladies malignes des lymphocytes T, ils bénéficient d'un meilleur pronostic de par leur progression habituellement lente, mais à ce jour ils sont encore incurables. Le sous-type le plus commun de LCCT est le mycosis fongoïde (MF) qui suit généralement un cours indolent dans les stades précoces. Toutefois, environ 20 % des personnes en stade précoce de la maladie vont développer une aggravation qui va progresser vers un stade tumorale ou la variante leucémique appelée syndrome de Sézary. La plupart de ces personnes sont ensuite soumises à des chimiothérapies cytotoxiques avec un ou plusieurs agents (mono- ou polychimiothérapies). Bien que les taux de réponse initiaux soient élevés, les rémissions sont souvent de courte durée et la prolongation de la durée de vie est discutable. En outre, ce traitement est associé dans de nombreux cas à une toxicité considérable. Ces dernières années, plusieurs publications ont fait état de réponses durables à la suite d'une greffe allogénique de cellules souches (GACS) qui, à l'opposé de l'autogreffe de cellules souches, utilise des cellules souches qui ne sont pas du patient lui-même mais d'un donneur. Avant la greffe, un conditionnement à pleine intensité ou à intensité réduite (CIR) doit être effectué afin d'induire la réduction de la tumeur. Le CIR permet d'éviter les régimes conventionnels de traitement à haute dose et semble être tout aussi efficace, mais avec une toxicité nettement moindre. L'utilisation du conditionnement à intensité réduite offre la possibilité de traiter les personnes plus âgées qui constituent la majorité des patients.

Des chercheurs de la Cochrane Collaboration ont effectué une revue de l'effet de la greffe allogénique de cellules souches versus thérapie conventionnelle chez les patients atteints de lymphome cutané à cellules T. Après avoir recherché toutes les études pertinentes, ils n'ont pu en identifier aucune.

D'après les expériences publiées, nous ne pouvons donc que résumer des séries de cas et des évaluations cliniques, ce qui exclut la possibilité d'évaluer clairement les possibilités et les limites de ce traitement. Il a néanmoins été démontré que la GACS pouvait induire des succès durables avec des effets secondaires acceptables. Par conséquent, la greffe allogénique de cellules souches doit être considérée comme une option de traitement prometteuse pour les patients à un stade avancé de LCCT.

Des essais prospectifs contrôlés, randomisés génétiquement, doivent être lancés pour évaluer le rôle précis de la GACS dans les lymphomes cutanés à cellules T en stade avancé.

Conclusions des auteurs: 

Nous avions prévu de faire rapport des preuves provenant d'essais contrôlés randomisés, génétiquement ou non génétiquement, comparant la thérapie conventionnelle et la greffe allogénique de cellules souches. Toutefois, aucun essai randomisé portant sur cette question n'a été identifié.
Néanmoins, des essais prospectifs contrôlés, randomisés génétiquement, devront être lancés afin d'évaluer le rôle précis de la GASC dans la LCCT de stade avancé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les lymphomes cutanés primaires à cellules T (LCCT) appartiennent au groupe des lymphomes non hodgkiniens et suivent généralement un cours indolent. Cependant, certains patients progressent vers des stades tumoraux ou leucémiques avancés. Jusqu'à présent, aucun traitement curatif n'a été mis au point pour ces cas. Ces dernières années, plusieurs publications ont rendu compte de réponses durables chez certains patients après une greffe allogénique de cellules souches (GACS).

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'innocuité des thérapies conventionnelles à la greffe allogénique de cellules souches chez les patients atteints de lymphomes cutanés primaires à cellules T en stade avancé.

La stratégie de recherche documentaire: 

La stratégie de recherche incluait le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (de 1950 à mai 2011), des bases de données d'essais en cours accessibles sur Internet (www.controlled-trials.com ; www.clinicaltrials.gov), des actes de conférence de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO, de 2009 à aujourd'hui) et de l'American Society of Hematology (ASH, de 2009 à aujourd'hui). Nous avons également contacté des membres du Groupe de travail sur les lymphomes cutanés de l'Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) pour trouver des études en cours. Nous avons recherché manuellement des références provenant d'essais identifiés et d'articles de revue pertinents. Nous avons de plus recherché manuellement jusqu'à 2010 parmi les essais contrôlés randomisés du Groupe européen pour la transplantation de sang et de moelle osseuse (EBMT), de la Conférence internationale sur les lymphomes cutanés à cellules T, de l'ASCO et de l'ASH.

Critères de sélection: 

Tout essai contrôlé randomisé génétiquement (ECR) comparant la thérapie par GACS plus conditionnement, quelques soient les agents, avec la thérapie conventionnelle dans le traitement du LCCT avancé, était éligible à l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Les données devaient être extraites des études éligibles par deux auteurs pour que leur qualité soit évaluée. Le critère primaire de résultat était la survie globale et les critères secondaires étaient le délai avant progression, le taux de réponse, la mortalité liée au traitement, les effets indésirables et la qualité de vie.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 2 077 références mais aucune ne correspondait à un essai contrôlé randomisé, génétiquement ou non, pertinent. Toutes les 41 études que l'on croyait être potentiellement appropriées ont été exclues après examen du texte intégral parce qu'elles n'étaient pas randomisées, ne comprenaient pas de LCCT ou étaient des articles de revue.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.