Le traitement hormonal substitutif (THS) pour les femmes ayant déjà été traitées pour un cancer de l'endomètre

Problématique
Le cancer de l'endomètre se développe à partir de la paroi de l'utérus. Ce cancer est le sixième le plus fréquent dans le monde et touche les femmes principalement pendant ou après la ménopause (la dernière période menstruelle). Les taux de survie sont excellents au stade précoce, alors que le cancer ne s'est pas propagé à l'extérieur de l'utérus : le taux de survie à cinq ans va jusqu’à 97 %. Le traitement du cancer de l'endomètre implique généralement une ablation de l'utérus, des trompes de Fallope (reliant l'utérus aux ovaires) et des ovaires (produisant les ovules) (hystérectomie et salpingo-ovariectomie bilatérale). Cette opération peut causer l'apparition de symptômes ménopausiques chez les femmes diagnostiquées avant la ménopause, mais les femmes peuvent également déjà souffrir de symptômes ménopausiques quand elles sont diagnostiquées.

Le traitement hormonal substitutif (THS) est utilisé pour traiter les symptômes de la ménopause tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et la sécheresse vaginale. Chez les femmes ménopausées plus jeunes, le THS peut potentiellement contribuer également à la solidité des os et à prévenir l'ostéoporose (fragilité des os). Cependant, l'innocuité du THS après un cancer de l'endomètre demeure incertaine. Les œstrogènes, l’hormone principale de certains types de THS, peuvent stimuler le développement de certaines cellules cancéreuses de l'endomètre. Par conséquent, le THS pourrait potentiellement augmenter la croissance des cellules cancéreuses de l'endomètre restantes après le traitement (en raison d'une propagation microscopique non détectée à l'extérieur de l'utérus, des trompes de Fallope et des ovaires), favorisant ainsi une nouvelle croissance (récidive) de tumeur. Certains médecins peuvent ne pas prescrire de THS après un diagnostic de cancer de l'endomètre à cause de ce risque théorique. Néanmoins, la plupart des femmes traitées pour un cancer de l'endomètre de stade précoce n'ont pas de cellules cancéreuses résiduelles après la chirurgie. Les symptômes ménopausiques peuvent lourdement affecter la qualité de vie et une ménopause précoce peut nuire à la santé à long terme. Le traitement hormonal substitutif pourrait améliorer la qualité de vie et la santé à long terme. De plus, les femmes traitées pour un cancer de l'endomètre ont besoin d’être en mesure d'évaluer les risques et les avantages du THS pour décider de leur traitement.

Objectif de la revue
L’objectif de cette revue systématique était de déterminer l'efficacité (l’amélioration des symptômes) et l'innocuité du THS chez les femmes qui ont été traitées pour un cancer de l'endomètre. Dans ce cas, l'innocuité du THS comprenait les effets sur le taux de survie et le risque spécifique de récidive du cancer de l'endomètre.

Quels sont les principaux résultats ?
Nous avons fait des recherches dans les bases de données d'essais cliniques pour trouver des preuves de l'efficacité et de l'innocuité du THS chez les femmes ayant eu un cancer de l'endomètre jusqu'en mai 2017. Nous n'avons trouvé qu'une seule étude qui a réparti au hasard les femmes pour qu'elles reçoivent soit un THS, soit un placebo (substance inactive). Cette étude n'a pas révélé de différences sur la probabilité de récidive du cancer entre les deux groupes. Elle ne dégage pas la responsabilité du THS pour le risque de récidive d’un nouveau cancer. Aucune information n’est fournie sur le taux de survie ou sur le soulagement des symptômes. Cependant, l'étude n'a pas été achevée en raison d'une participation insuffisante à l'essai clinique. Par conséquent, elle n'était pas assez importante pour affirmer de façon définitive si l'utilisation du THS peut être recommandée après un traitement du cancer de l'endomètre précoce.

Qualité des preuves
Nous ne savons pas si le THS augmente le risque de récidive après un diagnostic de cancer de l'endomètre, car les données actuelles n’étaient que peu fiables. Nous n'avons identifié qu'un seul essai randomisé, mais qui n'impliquait pas suffisamment de femmes pour répondre définitivement à la question. Cet essai comportait également des biais potentiels qui amenuisaient notre confiance envers les résultats.

Quelles en ont été les conclusions ?
Des données limitées et très peu fiables suggèrent que le THS peut avoir peu ou pas d'effet sur le risque de récidive du cancer de l'endomètre chez les femmes qui ont été traitées chirurgicalement pour ce cancer de stade précoce. Aucune donnée n’a permis d’affirmer que le THS a un effet sur le taux de survie après une hystérectomie pour le cancer de l'endomètre.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il n'y a pas suffisamment de preuves de haute qualité pour informer les femmes qui envisagent un THS après un traitement du cancer de l'endomètre. Les données disponibles (à la fois l'ECR unique et les données non randomisées) ne suggèrent pas de préjudice important si le THS est utilisé après un traitement chirurgical du cancer de l'endomètre de stade précoce. On ne dispose d'aucune information sur l'utilisation du THS pour le cancer de l'endomètre de stade supérieur (stade II de la FIGO et plus). L'utilisation du THS après un traitement du cancer de l'endomètre devrait être individualisée en tenant compte des symptômes et des préférences de la femme et de l'incertitude des preuves pour et contre l'utilisation du THS.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer de l'endomètre est le sixième cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde et survient le plus souvent après la ménopause (75 %) (globocan.iarc.fr). Environ 319 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués dans le monde en 2012. Le cancer de l'endomètre est généralement considéré comme un cancer potentiellement "guérissable", car environ 75 % des cas sont diagnostiqués avant que la maladie ne se soit propagée hors de l'utérus (FIGO (Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique) stade I). Le taux de survie à cinq ans pour tous les stades est d'environ 86 %. Si le cancer est confiné à l'utérus, le taux de survie à cinq ans peut atteindre 97 %. La majorité des femmes diagnostiquées d'un cancer de l'endomètre présentent une maladie de stade précoce, ce qui conduit à un pronostic optimiste après hystérectomie et ablation des ovaires (ovariectomie), avec ou sans radiothérapie. Cependant, les femmes peuvent présenter des changements physiologiques et psychologiques précoces post-ménopausiques, soit préexistants, soit à la suite d'une ovariectomie, selon l'âge et le statut ménopausique au moment du diagnostic. Le manque d'œstrogènes peut provoquer des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, une atrophie des voies génitales et des effets indésirables à long terme, comme l'ostéoporose et les maladies cardiovasculaires. Ces changements peuvent être temporairement gérés avec des œstrogènes, sous forme de traitement hormonal substitutif (THS). Toutefois, il existe un risque théorique de favoriser la croissance des cellules tumorales résiduelles et d'augmenter la récidive du cancer. Cela peut donc diminuer les chances de survie d’une femme atteinte d’un cancer potentiellement guérissable. Chez les femmes préménopausées atteintes d'un cancer de l'endomètre, le traitement provoque une ménopause précoce, ce qui peut nuire à leurs chances de survie. De plus, la plupart des femmes atteintes d'une maladie de stade précoce seront guéries de leur cancer, ce qui rendra les questions de qualité de vie (QdV) à long terme plus pertinentes. Après une ovariectomie bilatérale, les femmes préménopausées peuvent développer des symptômes ménopausiques importants et débilitants. Il est donc nécessaire de recueillir des informations sur les risques et les avantages du THS, afin de permettre aux femmes de prendre une décision éclairée en tenant compte des avantages et des inconvénients de cette thérapie en fonction de leur situation personnelle.

Objectifs: 

Évaluer les risques et les avantages du THS (œstrogène seul ou œstrogène avec progestatif) chez les femmes ayant déjà été traitées pour un cancer de l'endomètre.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2017, numéro 5), MEDLINE (1946 à avril, semaine 4, 2017) et Embase (1980 à 2017, semaine 18). Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques, des résumés de réunions scientifiques et des listes de références d'articles de revues.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) dans toutes les langues, qui étudiaient le soulagement des symptômes et l'innocuité du THS chez les femmes traitées pour un cancer de l'endomètre, où il était admis que l’innocuité n’augmentait pas le risque de récidive du cancer de l'endomètre chez ces femmes par rapport aux femmes non traitées par THS.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante si les études potentiellement pertinentes répondaient aux critères d'inclusion. Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons recensé 2 190 dossiers uniques, évalué le texte intégral de sept études et inclus une étude réalisée avec 1 236 participantes. Cette étude fait état d’une récidive tumorale chez 2,3 % des femmes du groupe œstrogène contre 1,9 % des femmes sous placebo (risque relatif (RR) de 1,17, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,54 à 2,50 ; très faible certitude). L'étude a signalé qu'une femme du groupe THS (0,16 %) et trois femmes du groupe placebo (0,49 %) avaient développé un cancer du sein (nouvelle tumeur maligne) pendant le suivi (RR de 0,80, IC à 95 % de 0,32 à 2,01 ; 1 236 participantes, 1 étude ; données très peu fiables). L'étude ne rapportait pas le soulagement des symptômes et les taux de survie globale ou de survie sans progression du THS par rapport au placebo. Cependant, l’étude fait état du pourcentage de femmes vivantes sans signe de maladie (94,3 % dans le groupe THS et 95,6 % dans le groupe placebo) et le pourcentage de femmes vivantes indépendamment de l'évolution de la maladie (95,8 % dans le groupe THS et 96,9 % dans le groupe placebo) à la fin des 36 mois du suivi. L'étude ne signale pas de délai de récidive et n’a pas été suffisamment alimentée en raison d'une fermeture anticipée. Les auteurs l'ont fermée à la suite de la publication de l'étude de la Women's Health Initiative (WHI) qui, à l'époque, laissait entendre que les risques de l'hormonothérapie exogène l'emportaient sur les avantages, ce qui a eu un impact sur la participation à l’étude. Aucune évaluation de l'efficacité n'a été rapportée.

Notes de traduction: 

Post-édition : Tiphaine André - Révision : Julie Bossée (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.