Cette revue a recherché les essais sur le suivi des femmes atteintes du cancer du col de l'utérus après leur premier traitement pour déterminer la meilleure approche pour ce type de soins. 

Le cancer du col de l'utérus est la deuxième cause la plus fréquente de décès chez les femmes, ceci dans le monde entier. De nouveaux diagnostiques, traitements et stratégies de suivi, méritent d’être étudier. Après la fin du traitement contre le cancer du col de l'utérus, les femmes sont suivies à intervalles réguliers par leur docteur / professionnel de la santé pour déterminer si le cancer est revenu ou à continuer de croître même avant que la femme ressente ces symptômes. Le suivi permet également aux médecins de surveiller les effets secondaires suite au traitement. À ce jour, les femmes vivant au Royaume-Uni sont généralement suivies tous les trois mois durant la première année, tous les six mois durant les deux années suivantes, puis chaque année pendant cinq ans après l'achèvement du traitement. L’objectif de ces suivis est de fournir un traitement au plus tôt si le cancer réapparait et permettre ainsi d’améliorer la survie et la qualité de vie des femmes atteintes de cancer. Des preuves issues d'ECR sont nécessaires pour établir si cela est véridique. Si c’est le cas, nous devons également déterminer les périodes de suivi les plus adéquates, quels professionnels de la santé sont plus à même d’effectuer le suivi et en quoi consiste les rendez-vous de suivi, par exemple, quelles investigations seraient utiles.

Dans cette revue, nous avons recherché des essais contrôlés randomisés qui comparaient différentes approches de suivi après le premier traitement contre le cancer du col de l'utérus. Nous avions pour objectif de comparer le suivi médical, ou dispensé par le personnel infirmier, qui est appliqué selon une procédure écrite, par rapport au suivi médical, ou dispensé par le personnel infirmier, mais qui répond aux besoins des femmes plutôt que de suivre une procédure et effectuer le suivi à des moments prédéterminés. Nous avons également cherché à comparer ces types de suivi par rapport au suivi initié par le patient.

Bien que nous ayons vérifié 1 377 titres et résumés, nous n'avons trouvé aucun essai pertinent répondant aux critères d'inclusion. Par conséquent, nous ne disposons d'aucune preuve permettant de suggérer une forme de suivi plus qu’une autre en termes de prolongation de la survie, d’amélioration de la qualité de vie ou de guidance au niveau de la prise en charge des problèmes qui peuvent survenir en raison du traitement et qui peuvent s’aggraver avec le temps lors du traitement par radiothérapie. Cette revue souligne le besoin d'études de bonne qualité pour comparer différentes approches de suivi après le traitement de première ligne contre le cancer du col de l'utérus. À l’avenir, ces informations seront nécessaires pour aider les femmes et les professionnels de santé à planifier efficacement le suivi une fois le traitement contre le cancer du col de l'utérus achevé.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve permettant d'orienter les décisions concernant les différents protocoles de suivi après le traitement primaire chez les femmes atteintes de cancer du col de l’utérus. Idéalement, un ECR à grande échelle ou, au moins, des études non randomisées bien planifiées (ENR) qui utilisent une analyse multi-variée pour ajuster les déséquilibres de base, sont nécessaires afin de comparer ces protocoles de suivi. De telles études ont pu inclure des essais prospectifs qui déterminaient les avantages et les inconvénients des différents protocoles de suivi une fois le traitement primaire contre le cancer du col de l'utérus achevé, ceci avec un ECR qui comparait les protocoles de suivi prédéfinis par rapport au suivi selon l’initiative du patient ou à l'absence de suivi jusqu' à ce que le patient soit dirigé auprès des services d'oncologie gynécologique lorsque des signes ou des symptômes de récidive ont été identifiés dans le contexte de soins primaires ou de proximité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer du col de l'utérus est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes de moins de 65 ans et est la cause la plus fréquente dans le monde de décès par cancer gynécologique. Malgré la surveillance des femmes après l'achèvement du traitement primaire contre le cancer du col de l'utérus, qui est censée avoir un impact sur leur survie globale (SG), aucun suivi strictement défini dans les protocoles n’est disponible pour ces femmes. Une diversité variée de la prise en charge a été observée dans le suivi des femmes qui ont terminé le traitement principal contre le cancer du col de l'utérus. Traditionnellement, les femmes ayant été traitées suite à un cancer du col de l'utérus sont soumises à un suivi de routine à long terme, voir à vie. L'objectif principal de cette pratique a été de détecter et de traiter la récurrence au plus tôt. Cette revue évalue systématiquement les preuves disponibles sur le rôle des différentes formes de suivi suite à un cancer du col de l'utérus et l'utilisation optimale d'examens.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices, les effets délétères et les coûts des différents protocoles de suivi chez les femmes qui ont terminé le traitement principal contre le cancer du col de l'utérus.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL ( La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 1), le registre du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques (GCCG), MEDLINE et EMBASE jusqu' en janvier 2013. Nous avons également consulté les registres des essais cliniques, les résumés de réunions scientifiques et les références bibliographiques des directives cliniques et des articles de revue et contacté des experts dans le domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant comparé différents protocoles de suivi après traitement primaire chez les femmes atteintes de cancer du col de l’utérus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué si les études potentiellement pertinentes remplissaient les critères d'inclusion. Aucun essai n'a été identifié et donc aucune donnée n’a été analysée.

Résultats principaux: 

La stratégie de recherche documentaire a identifié 1 377 références uniques, qui ont toutes été exclues sur la base des titres et des résumés.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.