L'endoscopie par vidéocapsule pour le diagnostic des varices œsophagiennes chez des personnes atteintes de maladie hépatique chronique ou de thrombose de la veine porte

Contexte

En cas de cirrhose hépatique, quelle qu'en soit la cause, les modifications de la structure du foie et le flux sanguin à l'intérieur du foie augmentent la pression dans la veine porte (appelée hypertension portale), qui est la veine qui conduit le sang des intestins vers le foie. L'hypertension portale induit la dilatation des veines dans la paroi de l'oesophage, qui se rompent souvent avec une hémorragie sévère. Ainsi, lorsqu'une cirrhose du foie est diagnostiquée, une œsophago-gastro-duodénoscopie (OGD) est recommandée pour détecter la présence de varices œsophagiennes (zones de dilatation anormale des veines). Pendant l'OGD, une petite caméra située à l'extrémité d'un tube est insérée dans l’œsophage par la bouche. Les images sont reprises sur un écran. La présence de grosses varices ou de tâches rouges, même sur de petites varices, identifie un risque élevé de rupture et de saignement. Si des varices à haut risque sont trouvées, un traitement par bêta-bloquant est efficace pour réduire le risque de saignement. L'endoscopie par vidéocapsule est un examen moins invasif que l'OGD car les participants n'avalent seulement qu'un petit dispositif capable de produire des images des parois de l'œsophage et qui pourrait être en mesure de détecter la présence de veines dilatées.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des études cliniques, dans des bases de données scientifiques, comparant l'OGD à l'endoscopie par vidéocapsule et documentant la taille et l'apparence de varices chez des enfants ou des adultes atteints d'une maladie hépatique chronique ou d'une thrombose de la veine porte (rétrécissement de la veine porte). Les éléments de preuve sont actualisés au mois d'octobre 2013.

Principaux résultats

Nous avons trouvé 16 études qui évaluaient la capacité de l'endoscopie par vidéocapsule à diagnostiquer la présence de varices et à estimer le risque de saignement en la comparant par rapport à l'OGD chez des adultes atteints de cirrhose. L'endoscopie par vidéocapsule, même si elle est mieux acceptée par les participants, ne peut pas remplacer l'OGD pour la détection des varices œsophagiennes car environ 15 % ne sont pas détectées et 15 % ne sont pas confirmées par une OGD. Même l'exactitude dans la détection des grosses varices ou des tâches rouges sur les varices était très inférieure par rapport à l'OGD. Ainsi, en conclusion, l'endoscopie par vidéocapsule n'est pas suffisamment exacte pour remplacer l'OGD dans la détection des varices œsophagiennes chez des participants atteints de cirrhose.

Qualité des preuves

Dans neuf des seize études il y avait des problèmes concernant la sélection des participants et l'absence d’intégralité des données rapportées ce qui diminue l'exactitude des estimations et la transférabilité des résultats.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne pouvons pas recommander l'utilisation de l'endoscopie par vidéocapsule, effectuée avant une oesophago-gastro-duodénoscopie, comme examen de tri chez les adultes atteints de cirrhose, malgré la faible incidence des effets indésirables et la meilleure tolérance rapportée par les patients. Ainsi, nous ne pouvons pas conclure que l'endoscopie par vidéocapsule puisse remplacer l'oesophago-gastro-duodénoscopie pour la détection des varices œsophagiennes chez les adultes atteints de cirrhose. Nous n'avons pas trouvé de données évaluant l'endoscopie par vidéocapsule chez les enfants et chez les personnes atteintes de thrombose portale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les directives actuelles recommandent d'effectuer une oesophago-gastro-duodénoscopie au moment du diagnostic d'une cirrhose hépatique afin de dépister des varices œsophagiennes. Ces recommandations requièrent des personnes qu'elles subissent une procédure invasive, désagréable, à plusieurs reprises avec ses risques afférents, malgré le fait que la moitié des gens ne présentent pas de varices œsophagiennes identifiables 10 ans après le diagnostic initial de la cirrhose. L'endoscopie par vidéocapsule est un examen non invasif proposé comme méthode alternative pour le diagnostic des varices œsophagiennes.

Objectifs: 

Déterminer l'exactitude diagnostique de l'endoscopie par vidéocapsule pour le diagnostic des varices œsophagiennes chez les enfants et les adultes atteints d'une maladie hépatique chronique ou d'une thrombose de la veine porte, quel qu'en soit l'étiologie. Examiner l'exactitude de l'endoscopie par vidéocapsule comme méthode de tri ou pour remplacer l'oesophago-gastro-duodénoscopie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre des études sur la précision des tests diagnostiques du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires (octobre 2013), MEDLINE (Ovid SP) (de 1950 à octobre 2013), EMBASE (Ovid SP) (de 1980 à octobre 2013), ACP Journal Club (Ovid SP) (de 1991 à octobre 2013), la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE) (Ovid SP) (troisième trimestre), Health Technology Assessment (HTA) (Ovid SP) (troisième trimestre), NHS Economic Evaluation Database (NHSEED) (Ovid SP) (troisième trimestre), et Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) (ISI Web of Knowledge) (de 1955 à octobre 2013). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou le type de document.

Critères de sélection: 

Les études ayant évalué l'exactitude diagnostique de l'endoscopie par vidéocapsule pour le diagnostic des varices œsophagiennes utilisant l'oesophago-gastro-duodénoscopie comme norme de référence chez des enfants ou des adultes de tout âge, atteints d'une maladie chronique du foie ou d'une thrombose de la veine porte.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les directives disponibles dans le manuel Cochrane pour les revues systématiques sur la précision des tests diagnostiques ( Cochrane Handbook for Diagnostic Test of Accuracy Reviews ). Nous avons calculé les estimations regroupées de sensibilité et de spécificité en utilisant le modèle bivarié en raison de l'absence d'une corrélation négative dans l'espace ROC (receiver operating characteristic) et d'un effet de seuil.

Résultats principaux: 

La recherche a identifié 16 études éligibles, dans lesquelles seuls des adultes atteints de cirrhose étaient inclus. Dans une étude, des personnes atteintes de thrombose de la veine porte étaient également incluses. Nous avons classé la plupart des études comme étant à risque élevé de biais dans les domaines « sélection des participants » et « flux et succession dans le temps ». Une étude a évalué l'exactitude de l'endoscopie par vidéocapsule dans le diagnostic des grandes (à haut risque) varices œsophagiennes. Dans les 15 autres études, qui ont évalué l'exactitude de l'endoscopie par vidéocapsule pour le diagnostic de varices œsophagiennes de toute taille chez les personnes atteintes de cirrhose, 936 participants ont été inclus ; l'estimation globale de la sensibilité était de 84,8 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % de 77,3 % à 90,2 %) et de la spécificité de 84,3 % (IC à 95 % de 73,1 % à 91,4 %). Huit de ces études incluaient des personnes ayant une suspicion de varices ou des personnes ayant déjà eu un diagnostic de varices ou même ayant eu un traitement de varices ou les deux, introduisant un biais de sélection. Sept études ayant inclus seulement des personnes avec une suspicion de varices non-connues étaient à faible risque de biais; l'estimation globale de la sensibilité était de 79,7 % (IC à 95 % de 73,1 % à 85,0 %) et de la spécificité de 86,1 % (IC à 95 % de 64,5 % à 95,5 %). Six études ont évalué l'exactitude diagnostique de l'endoscopie par vidéocapsule pour le diagnostic de grandes varices œsophagiennes, associées à un risque plus élevé de saignement; globalement la sensibilité était de 73,7 % (IC à 95 % de 52,4 % à 87,7 %) et la spécificité de 90,5 % (IC à 95 % de 84,1 % à 94,4 %). Deux études ont également évalué la présence de tâches rouges, qui sont un autre marqueur de risque élevé de saignement ; les estimations de la sensibilité et de la spécificité variaient considérablement. Deux études ont obtenu des résultats similaires avec l'utilisation d'un dispositif modifié comme examen évalué (string capsule). En raison de l'absence de données, nous n'avons pas pu effectuer toutes les analyses de sous-groupe prévues. La concordance interobservateurs pour l'interprétation des résultats de l'endoscopie par vidéocapsule et les événements indésirables attribuables à l'endoscopie par vidéocapsule était mal évaluée et mal consignée. Seulement quatre études ont évalué la concordance interobservateurs dans l'interprétation des résultats de l'endoscopie par vidéocapsule : la concordance était moyenne. La préférence des participants pour l'endoscopie par vidéocapsule ou pour l'œsophago-gastro-duodénoscopie étaient consignée de manière différente, mais semblait en faveur de l'endoscopie par vidéocapsule dans neuf des 10 études. Dans 10 études, les participants ont signalé un léger inconfort en avalant la capsule. Une seule étude a identifié d'autres événements indésirables importants, notamment, chez deux participants, l'enclavement de la capsule en raison de sténoses œsophagiennes non identifiées antérieurement. Aucun événement indésirable n'a été rapporté comme conséquence de l'examen de référence.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.