Hormone gonadotrophine chorionique pour la prévention des fausses couches à répétition

Une fausse couche est la perte d'une grossesse avant 24 semaines de gestation. Les fausses couches à répétition correspondent à la perte d'au moins trois grossesses consécutives et peuvent provoquer des dommages physiques et psychologiques avec une augmentation de la dépression, de l'anxiété et une baisse de l’estime de soi. Les fausses couches à répétition peuvent être liées à une maladie systémique maternelle, comme le diabète, à une maladie thyroïdienne et au syndrome des ovaires polykystiques. Dans de nombreux cas, l’étiologie des fausses couches à répétition peut demeurer inconnue malgré des investigations approfondies. Les stratégies actuelles de prévention des fausses couches à répétition comprennent l'administration d'hormones impliquées dans le maintien de la grossesse, dont l'une est la gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Cette hormone est importante pour la production continue de progestérone par le corps jaune et peut jouer un rôle dans l'implantation de l'embryon.

La présente revue a inclus cinq études contrôlées randomisées impliquant 596 femmes. Dans le cadre de la comparaison des femmes traitées par hCG versus placebo ou l’absence de traitement, nous avons trouvé un effet bénéfique de l’utilisation de l'hCG. Toutefois, lorsque deux des études plus anciennes, dotées d'une moins bonne méthodologie, ont été exclues, il n’y avait plus de preuve de l’effet bénéfique de l'hCG pour prévenir les fausses couches à répétition. En conséquence, nous n'avons pas été en mesure d’émettre des recommandations solides. Il n'y avait pas d'effets indésirables documentés associés à l'utilisation de l’hCG. Des études supplémentaires de bonne qualité avec des tailles d’échantillons plus grandes sont nécessaires afin d'évaluer l'utilisation de l'hCG comparativement à d'autres traitements et à des stratégies non pharmacologiques telles que le contact et l’assistance précoces et accessibles d’un soignant.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves en faveur d'une supplémentation en hCG pour éviter les fausses couches à répétition demeurent équivoques. Un essai contrôlé randomisé bien conçu, doté d'une puissance suffisante et d'une bonne qualité méthodologique est nécessaire pour déterminer si l'hCG a un effet bénéfique dans les fausses couches à répétition.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fausses couches à répétition se définissent comme la perte d'au moins trois grossesses consécutives. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les causes fausses couches à répétition qui restent inconnues pour beaucoup de couples. La gonadotrophine chorionique humaine (hCG) est vitale pour maintenir le corps jaune, mais elle peut avoir d'autres rôles lors de l'implantation qui militent en faveur de son utilisation comme agent thérapeutique pour les fausses couches à répétition.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité de l'hCG pour prévenir d'autres fausses couches chez les femmes ayant des antécédents de fausses couches à répétition inexpliquées.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 septembre 2012) et dans les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés étudiant l'efficacité de l'hCG versus placebo ou l'absence de traitement dans la prévention des fausses couches à répétition. Des essais quasi-randomisés sont inclus. Les essais randomisés en cluster et les essais avec un plan d'étude croisé sont exclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les essais à inclure et évalué la qualité méthodologique de chaque étude de manière indépendante. Deux auteurs de la revue ont extrait les données et vérifié leur exactitude.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq études (portant sur 596 femmes). La méta-analyse a suggéré une réduction statistiquement significative du taux de fausses couches avec l'administration d'hCG. Le nombre de femmes à traiter pour éviter une perte de grossesse ultérieure s'élevait à sept. Toutefois, lorsque deux études de moins bonne qualité méthodologique ont été supprimées, il n'y avait plus d'effet bénéfique statistiquement significatif (risque relatif = 0,74 ; intervalle de confiance à 95 % de 0,44 à 1,23). Il n'y avait pas d'effets indésirables documentés de l'utilisation de l'hCG.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.