Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline pour le traitement de l'hémorragie sous-arachnoïdienne

L'hémorragie méningée (appelée aussi hémorragie sous-arachnoïdienne) est une cause peu fréquente d'accident vasculaire cérébral qui se produit souvent à un jeune âge et est responsable d'une mortalité prématurée relativement importante. Le déficit neurologique ischémique retardé (DNIR), une pathologie entrainant la détérioration de l'état du patient, a longtemps été considéré comme la principale cause potentiellement soignable de décès et d'invalidité chez les patients victimes d'une hémorragie méningée. L'endothéline, un agent durable qui provoque la constriction des vaisseaux sanguins, a été incriminé dans le DNIR. Les médicaments qui inversent cet effet (les antagonistes des récepteurs de l'endothéline, ou ARE) ont émergé comme un traitement prometteur pour l'hémorragie méningée. Cette revue de quatre essais, impliquant au total 2 024 participants, a montré que les ARE réduisaient le risque de DNIR mais n'amélioraient pas les résultats cliniques et avaient des effets secondaires potentiellement graves, tels que la tension artérielle basse et l'infection pulmonaire. Il n'existe pas suffisamment de preuves pour conclure que les ARE sont bénéfiques dans l'hémorragie méningée.

Conclusions des auteurs: 

Les ARE semblent réduire le DNIR et le vasospasme angiographique, mais des événements indésirables ont été observés et l'impact sur ​​les critères de jugement cliniques n'est pas clair. De nouveaux ECR bien conçus devront être réalisés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA), appelée aussi hémorragie méningée, est une affection grave et potentiellement mortelle dans laquelle du sang s'échappe des vaisseaux sanguins à la surface du cerveau. Le déficit neurologique ischémique retardé (DNIR) et le phénomène associé de vasospasme, qui entrainent une détérioration différée de l'état du patient, ont longtemps été considérés comme la principale cause potentiellement soignable de décès et d'invalidité chez les patients victimes d'HSA. L'endothéline est un vasoconstricteur endogène puissant et durable qui a été incriminé dans la pathogenèse du DNIR. C'est pourquoi les antagonistes des récepteurs de l'endothéline (ARE) ont émergé comme une option thérapeutique prometteuse pour le vasospasme cérébral induit par l'HSA.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérabilité des ARE pour l'HSA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (décembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 11), MEDLINE (de 1950 à décembre 2011), EMBASE (de 1946 à décembre 2011) et la Chinese Biomedical Database (de 1978 à décembre 2011). Afin d'identifier d'autres essais publiés, non publiés ou en cours, nous avons cherché dans des bases de données chinoises et des registres d'essais en cours supplémentaires, ainsi que dans Google Scholar et Medical Matrix, nous avons aussi recherché manuellement dans des journaux, passé au crible des références bibliographiques et contacté des chercheurs et des compagnies pharmaceutiques.

Critères de sélection: 

Nous n'avons inclus que des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant comparé un ARE à un placebo pour l'HSA chez des patients adultes (âgés d'au moins 18 ans) dont les symptômes cliniques répondaient aux critères diagnostiques de l'HSA, avec confirmation par scanner ou angiographie. Deux auteurs ont sélectionné de façon indépendante des ECR conformément aux critères d'inclusion. Nous avons résolu les désaccords par la discussion avec un troisième auteur de la revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné des articles pertinents et évalué leur éligibilité au moyen des critères d'inclusion et d'exclusion. Nous avons résolu les désaccords par la discussion avec un troisième auteur de la revue. Nous avons utilisé le modèle à effets aléatoires et exprimé les résultats sous la forme du risque relatif (RR) pour les résultats dichotomiques et de la différence moyenne (DM) pour les résultats continus, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR totalisant 2 024 participants, qui avaient comparé les ARE à un placebo pour l'HSA. Tous les ECR étaient des études multicentriques, en double aveugle et à faible risque de biais. Les ARE réduisaient l'incidence du DNIR (RR 0,80 ; IC à 95 % 0,67 à 0,95) et du vasospasme angiographique (RR 0,62 ; IC à 95 % 0,52 à 0,72), mais pas celle des conséquences néfastes (RR 0,87 ; IC à 95 % 0,74 à 1,02) ou de la mortalité (RR 1,05 ; IC à 95 % 0,77 à 1,45). Les ARE avaient accru l'incidence de l'hypotension (RR 2,53 ; IC à 95 % 1,77 à 3,62) et de la pneumonie (RR 1,56 ; IC à 95 % 1,23 à 1,97).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.