Interventions pour traiter les maladies osseuses chez les enfants atteints de la maladie rénale chronique

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La maladie rénale chronique (MRC) qui conduit à l'insuffisance rénale et au besoin de se soumettre à une dialyse et à une greffe de rein est associée à des anomalies du niveau de calcium et de phosphore dans le sang qui donnent lieu à des niveaux élevés de l'hormone parathyroïdienne (PTH) et à la manifestation de maladies osseuses. Cela peut causer des déformations, douleurs osseuses, fractures et limiter le taux de croissance. Les traitements généralement utilisés (composés de la vitamine D et chélateurs phosphatiques) ont pour but la prévention ou la correction de ces résultats. Cependant, ces traitements peuvent élever les niveaux de calcium dans le sang, favoriser l'apparition de dépôts dans les vaisseaux sanguins et conduire à la manifestation d'une maladie cardiovasculaire précoce, un trouble connu chez les adultes atteints de la MRC. Cette revue n'a identifié que 15 ECR de petite envergure rassemblant 369 enfants et comparant les différents composés de la vitamine D, les différentes voies et fréquences d'administration des composés de la vitamine D et les différents chélateurs phosphatiques. Seulement cinq ECR ont rapporté des taux de croissance et aucune différence n'a été détectée entre les traitements. La maladie osseuse rénale, selon les évaluations des changements des niveaux de l'hormone PTH, a été améliorée par toutes les préparations de vitamine D, indépendamment de la préparation utilisée ou de la voie ou fréquence d'administration. Moins d'épisodes de niveaux élevés de calcium dans le sang et des niveaux généraux plus bas de calcium sérique se sont produits avec le liant ne contenant pas de calcium, le sevelamer, par rapport aux liants contenant du calcium. Au fur et à mesure que de nouveaux traitements apparaissent pour traiter la maladie osseuse rénale, les comparaisons avec les thérapies standard actuelles seront nécessaires dans des ECR bien conçus chez les enfants utilisant des mesures de résultats, y compris celles de pertinence clinique directe pour les enfants et leurs familles, telles que les taux de croissance, la réduction des fractures et douleurs osseuses et la réduction de la calcification des vaisseaux sanguins.

Conclusions des auteurs: 

La maladie osseuse, évaluée en fonction des changements des niveaux de l'hormone PTH a été améliorée par toutes les préparations de vitamine D. Cependant, aucune différence régulière n'a été relevée entre les voies d'administration, les fréquences du dosage ou les préparations de vitamine D. Bien que moins d'épisodes de niveaux élevés de calcium ne se soient produits avec le liant ne contenant pas de calcium, le sevelamer, par rapport aux chélateurs contenant du calcium, aucune différence n'a été relevée dans le taux global de phosphore et de calcium sériques ; et les valeurs du phosphore ont été réduites de façon similaire. Tous les ECR étaient de petite envergure avec peu de données sur les résultats centrés sur le patient (croissance, déformations osseuses) et des données limitées sur les paramètres biochimiques, ce qui a conduit à une imprécision considérable des résultats et à la limitation de l'applicabilité des soins aux enfants atteints de MRC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie osseuse est fréquente chez les enfants atteints d'une maladie rénale chronique (MRC) ; si elle n'est pas traitée, elle peut causer des déformations et douleurs osseuses, fractures et limiter le taux de croissance.

Objectifs: 

Examiner les bénéfices et inconvénients des interventions pour prévenir et traiter la maladie osseuse chez les enfants atteints de la MRC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé de Cochrane Renal Group, le registre Cochrane des essais contrôlés, MEDLINE, EMBASE, les listes de référence et les résumés ont été consultés sans restriction de langues.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparent les différentes interventions utilisées pour prévenir ou traiter les maladies osseuses chez les enfants atteints de la MRC, phases 2-5D avec le placebo, aucun traitement ou d'autres agents ont été inclus. Les études qui examinent les différentes voies ou fréquences de traitement ont également été incluses.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par deux auteurs. Le modèle à effets aléatoires a été utilisé et les résultats ont été rapportés sous la forme de risques relatifs ou de différences de risque pour les résultats dichotomiques et de différences moyennes pour les résultats continus avec des intervalles de confiance à 95%:

Résultats principaux: 

Quinze études (369 enfants) ont été identifiées. Par rapport au calcitriol oral, le calcitriol intrapéritonéal a significativement réduit la concentration de l'hormone parathyroïdienne (PTH) sérique mais aucune différence importante n'a été observée dans l'histologie des os ou autres mesures biochimiques (2 ECR). Aucune différence notoire n'a été détectée dans la croissance, l'hormone PTH, le taux de calcium ou de phosphore sérique entre le calcitriol quotidien et intermittent (3 ECR). La thérapie avec vitamine D a réduit de façon considérable les niveaux de PTH par rapport au placebo ou à aucun traitement. Le nombre d'enfants atteints d'hypercalcémie n'a pas énormément varié entre les groupes (4 ECR). Aucune différence importante n'a été détectée dans les taux de croissance, l'histologie des os ou les paramètres histologiques entre le calcitriol et le dihydrotachystérol ou le calciférol (2 ECR). Bien que moins d'épisodes d'hypercalcémie aient été rapportés avec le sevelamer, on ne détecta pas de différences significatives dans les niveaux de calcium, de phosphore et de l'hormone PTH entre les chélateurs phosphatiques contenant du calcium et l'hydroxyde d'aluminium ou le sevelamer (4 ECR).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.