L'impact de la sous-traitance sur la santé et l'utilisation des services de santé dans les pays à faibles et moyens revenus

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les résultats présentés sont issus de trois études portant sur l'efficacité de la sous-traitance des services à des fournisseurs privés. Toutes les études présentaient des limitations méthodologiques. Les preuves existantes suggèrent que la sous-traitance des services pourrait améliorer l'accessibilité et l'utilisation des services de santé pour les populations pauvres des zones mal desservies, mais les données de base sont insuffisantes. On ignore également quelles actions particulières mises en œuvre par les ONG pourraient permettre d'atteindre ce résultat.

Conclusions des auteurs: 

Trois études suggèrent que la sous-traitance pourrait être une réponse appropriée pour améliorer la fourniture de services dans certains environnements, par exemple dans les pays fragiles ou en situation d'après-conflit. L'efficacité de cette approche par rapport à un investissement comparable du secteur public n'est pas établie car aucun contrôle précis n'était disponible dans les environnements concernés. En outre, le recours à des fournisseurs privés dans certains environnements mais pas dans d'autres pourrait être source de confusion. La présence d'experts en gestion ou de médecins expatriés, par exemple, pourrait entraîner une amélioration de la fourniture de médicaments ou une utilisation accrue des services.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La littérature récente sur le manque d'efficacité et d'acceptabilité des services de santé publique a généré un certain intérêt pour l'utilisation de partenariats avec le secteur privé pour fournir ces services publics.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la sous-traitance des services de santé pour améliorer l'accès aux soins dans les pays à faibles et moyens revenus et, le cas échéant, les résultats cliniques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté de nombreuses bases de données internationales, y compris le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE, ainsi que des études sur le développement et des bases de données économiques. Nous avons également consulté les sites et ressources Web de nombreuses agences, organisations et universités internationales pour identifier la littérature grise pertinente. Les recherches originales ont été menées entre novembre 2005 et avril 2006. Une recherche mise a jour a été effectuée dans MEDLINE en mai 2009.

Critères de sélection: 

La sous-traitance de services de santé peut être définie comme la fourniture de services de santé par des prestataires privés pour le compte du gouvernement. Les études devaient intégrer une mesure objective d'au moins l'un des critères de jugement suivants : utilisation des soins de santé, dépenses de santé, résultats cliniques ou résultats en matière d'équité. Les études devaient également utiliser l'un des plans d'étude suivants : essai contrôlé randomisé, essai contrôlé non randomisé, étude de séries chronologiques interrompues ou étude contrôlée avant-après.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons essayé de présenter les résultats des différentes études de manière systématique mais la diversité des sources, des contextes et des méthodes utilisées nous a obligés à effectuer une synthèse narrative.

Résultats principaux: 

Trois études étaient conformes à nos critères d'inclusion (et une seule après une nouvelle analyse des données). Ces études suggéraient que la sous-traitance des services à des fournisseurs privés pouvait améliorer l'accès et accroître l'utilisation des services de santé. Une étude rapportait une réduction des dépenses assumées par les patients et une amélioration de certains résultats cliniques. Les faiblesses méthodologiques et les particularités de l'environnement du programme concerné ne permettent pas de tirer des conclusions générales.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.