Analogues de l'hormone de libération de gonadotrophine pour les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire qui suivent une chimiothérapie

Problématique de la revue
Il s'agit de la première mise à jour d'une revue publiée dans la Cochrane Database of Systematic Reviews (2011, numéro 11).
La chimiothérapie a amélioré le pronostic pour les personnes atteintes de cancer et de certaines affections non cancéreuses, cependant, ce traitement, chez les femmes, peut être associé à une insuffisance fonctionnelle ovarienne. Une hormone appelée hormone libérant la gonadotrophine (GnRH), à la fois agoniste et antagoniste, peut rendre les ovaires moins sensibles aux effets des médicaments de chimiothérapie. Nous avons mené cette étude pour établir si les analogues de la GnRH peuvent prévenir les dommages aux ovaires causés par la chimiothérapie chez les femmes préménopausées qui suivent un traitement de chimiothérapie pour le cancer ou d'autres maladies.

Caractéristiques des études
Nous avons consulté la littérature médicale jusqu'en novembre 2018 et sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR), où les femmes ont été réparties au hasard en deux groupes (ou plus), pour vérifier si les analogues de la GnRH administrés avant ou pendant la chimiothérapie pouvaient prévenir les dommages causés aux ovaires des femmes par cette dernière. Les études incluses ont été financées par des universités, des centres de recherche ou des sociétés pharmaceutiques. Cependant, les essais étaient de faible qualité méthodologique.

Résultats principaux
Nous avons inclus 12 ECR portant sur 1 369 femmes subissant une chimiothérapie. Les études ont examiné des femmes ayant reçu de l'agoniste de la GnRH en association avec une chimiothérapie comparativement à la chimiothérapie seule (groupe 1) ou des femmes ayant reçu l’adjuvant agoniste-antagoniste de la GnRH en association avec une chimiothérapie comparativement à la chimiothérapie seule (groupe 2).

Pour le groupe 1, nous avons constaté que l'agoniste de la GnRH avait un effet protecteur sur la fonction ovarienne, ce qui pourrait réduire le taux d'insuffisance ovarienne prématurée (preuve de certitude modérée) et augmenter le taux d'ovulation (preuve de faible certitude). L'incidence de récupération ou de maintien des menstruations (règles) pendant la période de suivi de 12 mois dans le groupe des agonistes de la GnRH était plus élevée que dans le groupe témoin, mais nous n'avons observé aucune différence lorsque les femmes étaient suivies pendant plus de 12 mois (données peu certaines). Il n'y avait pas de différence dans les taux de grossesse entre les groupes (preuve de faible certitude) ; cependant, il n'était pas clair si les femmes essayaient de devenir enceintes. Il n'y avait aucune différence dans les effets secondaires, y compris les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, les maux de tête et la dépression entre les groupes (preuves très faibles à modérées).

Un ECR a fourni des preuves limitées pour le groupe 2 et a montré que l’adjuvant agoniste-antagoniste de la GnRH n'avait aucun effet protecteur sur les ovaires en ce qui concerne le rétablissement ou le maintien des règles et le taux de grossesse (preuves de très faible certitude).

Conclusions
L'agoniste de la GnRH semble être efficace pour protéger les ovaires pendant la chimiothérapie, en termes de rétablissement ou de maintien des règles, de défaillance ovarienne prématurée et d'ovulation. Les données probante concernant les taux de grossesse étaient insuffisantes et doivent faire l'objet d'un examen plus approfondi. Les données probantes étaient également insuffisantes pour évaluer l'effet de l’adjuvant agoniste-antagoniste de la GnRH sur la fonction ovarienne avec la chimiothérapie.

Conclusions des auteurs: 

L'agoniste de la GnRH semble être efficace pour protéger les ovaires pendant la chimiothérapie, en termes de maintien et de reprise des règles, d'insuffisance ovarienne précoce liée au traitement et d'ovulation. Les preuves en faveur de la protection de la fertilité étaient insuffisantes et doivent faire l'objet d'un examen plus approfondi. Les données probantes étaient également insuffisantes pour évaluer l'effet de l'agoniste de la GnRH et des antagonistes de la GnRH adjuvants sur la protection ovarienne contre la chimiothérapie. Les études incluses différaient sur certains aspects importants du schéma d’étude, et la plupart de ces études ne comportaient pas d'analyse de sous-groupes déterminés par l'âge. Des ECR de grande envergure et bien conçus avec une durée de suivi plus longue devraient être menés pour clarifier les effets des analogues de la GnRH dans la prévention de l'insuffisance ovarienne induite par la chimiothérapie, en particulier sur différents groupes d'âge ou différents schémas chimiothérapeutiques. En outre, les études devraient porter sur les effets sur les taux de grossesse et le traitement antitumoral.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit d'une mise à jour de la revue originale publiée dans la Base de données Cochrane des revues systématiques 2011, numéro 11, et mise à jour en 2015, numéro 4.

La chimiothérapie a considérablement amélioré le pronostic chez les femmes atteintes d'affections malignes et non malignes. Ce traitement est toutefois associé à une toxicité ovarienne. L'utilisation d'analogues de l'hormone de libération de gonadotrophine (GnRH), agonistes et antagonistes, peut avoir un effet protecteur sur les ovaires. Le principal mécanisme d'action des analogues de la GnRH est de supprimer les niveaux de gonadotrophine pour simuler le milieu hormonal pré-pubertaire et ainsi empêcher la maturation des follicules primordiaux et ainsi diminuer le nombre de follicules qui sont plus vulnérables à la chimiothérapie.

Objectifs: 

Évaluer l’efficacité et la sécurité des analogues de la GnRH donnés avant ou en parallèle d’une chimiothérapie afin de prévenir les dommages ovariens liés à la chimiothérapie chez les femmes préménopausées avec affections malignes ou non-malignes.

La stratégie de recherche documentaire: 

La recherche a été lancée pour la revue initiale en juillet 2011, et pour la première mise à jour en juillet 2014. Pour cette mise à jour, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes en novembre 2018 : le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase et la Base de données chinoise sur la biomédecine (CBM).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR), dans toutes les langues, qui ont examiné l'effet des analogues de la GnRH sur l'insuffisance ovarienne induite par la chimiothérapie chez les femmes pré-ménopausées, étaient éligibles à l'inclusion dans cette étude.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont extrait des données de façon indépendante et évalué la qualité des essais à l'aide de l'outil Cochrane " Risk of bias ". Nous avons analysé les données binaires à l'aide de ratios de risque (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % et, pour les données continues, nous avons utilisé la différence moyenne normalisée (DMS) pour combiner les essais. Nous avons appliqué le modèle des effets aléatoires dans nos analyses. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour produire un tableau " Résumé des résultats " pour nos principaux résultats d'intérêt.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 ECR portant sur 1 369 femmes âgées de 12 à 51,1 ans. Les participantes avaient reçu un diagnostic de cancer du sein, de cancer de l'ovaire ou de lymphome de Hodgkin, et la plupart d'entre elles ont reçu une chimiothérapie à base de complexes alkylants ou de platine. Les études incluses ont été financées par une université (n = 1), des centres de recherche (n = 4) et des sociétés pharmaceutiques (n = 1). Les essais présentaient un risque élevé ou incertain de biais.

Comparaison 1 : Agoniste de la GnRH plus chimiothérapie versus chimiothérapie seule
L'incidence de récupération ou de maintien des règles était de 178 sur 239 (74,5 %) dans le groupe des agonistes de la GnRH et de 110 sur 221 (50,0 %) dans le groupe témoin pendant une période de suivi ne dépassant pas 12 mois (RR 1,60, IC 95 % 1,14 à 2,24 ; 5 études, 460 participantes ; I2 = 79 % ; faible certitude), avec un effet global favorisant un traitement par agoniste de la GnRH (P = 0,006). Cependant, nous n'avons observé aucune différence au cours d'une période de suivi de plus de 12 mois entre ces deux groupes (P = 0,24). Dans le groupe des agonistes de la GnRH, 326 des 447 participantes ont eu un rétablissement ou un maintien des règles (72,9 %) comparativement au groupe témoin, où 276 des 422 participantes ont eu un rétablissement ou un maintien des règles (65,4 %) pendant une période de suivi supérieure à 12 mois (RR 1,08, IC 95 %, 0,95 à 1,22 ; 8 études, 869 participantes ; I2 = 56 % ; preuve de faible certitude).

L'incidence d'insuffisance ovarienne prématurée était de 43 cas sur 401 (10,7 %) dans le groupe des agonistes de la GnRH et de 96 cas sur 379 (25,3 %) dans le groupe témoin (RR 0,44, IC à 95 % 0,31 à 0,61 ; 4 études, 780 participantes ; I2 = 0 % ; preuves de certitude modérées), avec un effet global favorisant un traitement par agoniste de la GnRH (P < 0,00001).

L'incidence des grossesses était de 32 sur 356 (9,0 %) dans le groupe des agonistes de la GnRH et de 22 sur 347 (6,3 %) dans le groupe témoin (RR 1,59, IC 95 % : 0,93 à 2,70 ; 7 études, 703 participantes ; I2 = 0 % ; faible certitude), sans différence entre groupes (P = 0,09). Toutefois, nous restons prudents quant à cette conclusion, car nous ne disposions pas de suffisamment de données pour savoir si les participantes avaient l'intention de tomber enceintes.

L'incidence de l'ovulation était de 29 sur 47 (61,7 %) dans le groupe des agonistes de la GnRH et de 12 sur 48 (25,0 %) dans le groupe témoin (RR 2,47, IC 95 % : 1,43 à 4,26 ; 2 études, 95 participantes ; I2 = 0 % ; faible certitude) avec un effet global favorisant le traitement par GnRH (P = 0,001).

Les effets indésirables les plus fréquents des analogues de la GnRH comprenaient les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, les symptômes urogénitaux et les sautes d'humeur. L'analyse regroupée des données sur l'innocuité n'a révélé aucune différence dans les effets indésirables entre le groupe agoniste de la GnRH et le groupe témoin.

Comparaison 2 : Traitement de l'agoniste-antagoniste de la GnRH adjuvant avec chimiothérapie contre chimiothérapie seule
Un seul ECR a discuté du traitement des agonistes-antagonistes de la GnRH.en adjuvant Les données probantes limitées ont montré que l'incidence de la récupération ou du maintien des règles était de 20 sur 25 (80 %) à la fois dans le groupe de traitement et le groupe témoin au cours d'une période de suivi de 12 mois (RR 1,00, IC à 95 % : 0,76 à 1,32 ; 50 participantes ; données très peu certaines), sans différence selon le groupe (P = 1,00). Dans le groupe de traitement adjuvant, 13 participantes sur 25 avaient récupéré ou conservé leurs règles (52,0 %) comparativement au groupe témoin, où 14 participantes sur 25 avaient récupéré ou conservé leurs règles (56,0 %) pendant une période de suivi de plus de 12 mois (RR 0,93, IC 95 % : 0,56 à 1,55 ; 50 participantes ; preuve très peu certaine), sans différence entre les groupes (P = 0,78). L'incidence des grossesses était de 1 sur 25 (4,0 %) dans le groupe de traitement adjuvant et de 0 sur 25 (0 %) dans le groupe témoin (RR 3,00, IC à 95 %, 0,13 à 70,30 ; 50 participantes ; données très peu certaines), sans différence entre les groupes (P = 0,49).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.