Interventions pour la prévention d'infections liées aux cathéters veineux centraux chez des enfants atteints d'un cancer

Le traitement d'enfants atteints d'un cancer implique généralement l'administration de médicaments, liquides et produits sanguins par voie veineuse. De plus, de petits prélèvements sanguins sont fréquemment effectués chez l'enfant afin d'être testés en laboratoire. Tout ceci peut être réalisé à l'aide d'un cathéter veineux central (CVC) qui est formé d'une petite tubulure insérée par voie cutanée dans les vaisseaux sanguins au niveau du cou ou de la racine du bras. Ceci permet d'effectuer des tests répétés et d'administrer un traitement à un enfant atteint d'un cancer sur une période de plusieurs mois tout en minimisant la gêne. Un CVC inséré dans une veine accroît aussi les risques d'infections potentiellement mortelles. Notre revue a systématiquement évalué les recherches effectuées sur les stratégies visant à prévenir ces infections chez des enfants atteints d'un cancer.

Au total, trois études de recherche ont été identifiées. Deux études montraient une possible diminution des infections sanguines liées à un CVC à condition que l'intérieur du CVC soit nettoyé et rempli à intervalles réguliers avec de l'urokinase (médicament qui dissout les caillots sanguins) avec/sans héparine (médicament qui prévient la formation de caillots sanguins) par rapport à l'héparine seule. Une étude a montré que le changement du pansement du cathéter recouvrant la peau à l'emplacement d'insertion du CVC tous les 15 jours au lieu de tous les 4 jours n'augmentait pas le nombre de retraits de CVC en raison de leur infection. Aucune étude de recherche concernant plusieurs autres éventuelles stratégies susceptibles de réduire les infections liées au CVC chez des enfants atteints d'un cancer n'a été identifiée.

Conclusions des auteurs: 

Trois ECR concernant uniquement deux types d'interventions visant à prévenir les infections liées à un CVC chez des enfants atteints d'un cancer ont été identifiés. Le nettoyage du CVC avec de l'urokinase (avec ou sans héparine), comparé à l'héparine seule, peut éventuellement faire baisser les taux d'ILC. Le changement du pansement du cathéter tous les 15 jours par rapport à un changement tous les 4 jours n'augmente pas le nombre de retraits prématurés du cathéter pour cause d'infection, malgré des données insuffisantes pour évaluer si les taux d'infection liée au cathéter avaient changé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation de cathéters veineux centraux (CVC) dans le traitement d'enfants atteints d'un cancer est associée à des complications infectieuses. Les actuelles recommandations fondées sur des preuves visant à prévenir des infections liées au cathéter concernent principalement la population adulte. Elles ne sont pas spécifiques au cancer (certainement pas au cancer de l'enfant). Deux revues Cochrane existantes ont étudié les antibiotiques prophylactiques et les anticoagulants pour la prévention d'infections liées à un CVC.

Objectifs: 

L'objectif principal était de déterminer d'éventuelles interventions efficaces pour la prévention d'infections liées à un CVC chez des enfants atteints d'un cancer. Les autres objectifs consistaient à examiner l'efficacité de chaque intervention dans les sous-groupes suivants : cathéters implantés et externes, malignités hématologiques et non hématologiques et les patients bénéficiant d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) et ceux ne recevant aucune GCSH.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library 2008, numéro 4), MEDLINE (de janvier 1950 à janvier 2009), EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2009) et CINAHL(R) (de janvier 1982 à mars 2009). Nous avons également effectué des recherches dans les listes bibliographiques des articles pertinents et les actes de conférences internationales pertinentes (de 2004 à 2008).

Critères de sélection: 

Des études randomisées et quasi randomisées comparant toute intervention (autres que les anticoagulants, les antibiotiques systémiques et les techniques de verrous antibiotiques) à l'absence d'intervention, un placebo ou toute autre intervention pour prévenir les infections liées à un CVC chez des enfants atteints d'un cancer.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné des études, évalué leur qualité méthodologique et extrait des données. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des données supplémentaires et des clarifications concernant les méthodes utilisées, le cas échéant.

Résultats principaux: 

Trois essais impliquant deux interventions différentes ont été inclus. Deux essais, impliquant 680 enfants, comparaient le nettoyage d'un CVC avec de l'urokinase (avec ou sans héparine) à l'héparine seule. Aucun de ces essais n'a rendu compte du critère de jugement principal concernant une septicémie liée au cathéter (SLC). Il y avait une baisse non significative du taux d'infection liée au cathéter (ILC) (rapport de risques 0,72, intervalle de confiance à 95 % 0,12 à 4,41) dans le bras de l'urokinase (avec ou sans héparine) par rapport au bras de l'héparine.

Un essai, impliquant 113 enfants, comparait la fréquence de changement du pansement du cathéter tous les 15 jours à un changement tous les 4 jours. Il ne signalait aucune SLC ou ILC. Il n'y avait aucun retrait prématuré du cathéter pour cause d'infection dans aucun des bras de l'essai.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.