Les interventions de manipulation visant à réduire la subluxation du coude chez les jeunes enfants

Qu'est-ce que la subluxation du coude ?

La subluxation du coude est une dislocation de l'articulation du coude chez un jeune enfant. Elle est souvent causée par un adulte ou une personne de plus grande taille, tirant soudainement sur le bras de l'enfant quand celui-ci est droit, ou lorsqu'un enfant fait un geste brusque pour s'éloigner d'un adulte. Elle peut également être provoquée par une chute ou une torsion. L'enfant ressent une douleur immédiate et ne peut pas utiliser son bras.

Comment est-elle traitée ?
Le traitement consiste habituellement à manipuler le bras pour remettre les os du coude en position normale. Elle est généralement traitée par une intervention manuelle. Il existe deux manœuvres typiques, la supination et la pronation. Dans la supination, l'avant-bras est tordu ou tourné vers l'extérieur (paume de la main tournée vers le haut), et il s'en suit parfois une flexion du coude (flexion). Bien qu'elle soit souvent utilisée, elle n'est pas toujours couronnée de succès. Dans la pronation, l'avant-bras est tordu ou tourné vers l'intérieur (paume de la main tournée vers le bas). Les deux méthodes sont généralement sans danger, bien que des ecchymoses peuvent se produire et elles peuvent être douloureuses.

Résultats de la recherche

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données de la littérature médicale jusqu'en septembre 2016. Nous avons trouvé neuf petites études portant sur un total de 906 enfants, tous âgés de moins de sept ans. Environ six des 10 enfants étaient des filles. Huit études ont été réalisées dans un service d'urgences ou des centres de soins ambulatoires. Une étude a été réalisée dans une unité orthopédique pédiatrique spécialiséé. Huit essais comparaient la pronation à la supination. Une étude a comparé deux méthodes de supination.

Résultats principaux

La méthode de pronation (avec la main vers le bas) pourrait être plus efficace pour le repositionnement lors de la première tentative pour les enfants souffrant d'une subluxation du coude. Nous avons estimé que si six enfants étaient traités avec la méthode de pronation plutôt que la méthode de la supination, cela permettrait d'éviter un échec en plus lors de la première tentative. Les preuves étaient insuffisantes pour pouvoir conclure qu'une méthode était moins douloureuse que l'autre. Si une deuxième tentative était effectuée avec la même méthode, la pronation pourrait être plus efficace en seconde tentative. Dans certains cas, jusqu'à quatre sur 100, aucune des séries de tentatives n'a été couronnée de succès. Aucune des études n'a rapporté de données sur les effets secondaires ou le nombre d'enfants qui ont eu une autre subluxation du coude ultérieurement (récidive).

L'étude comparant deux méthodes de supination a fourni des preuves de très faible qualité pour pouvoir conclure que l'échec après la première tentative était similaire dans les deux méthodes.

Qualité des preuves

Les neuf études présentaient des limitations méthodologiques pouvant affecter la fiabilité de leurs résultats et les exposaient à un risque élevé de biais. Dans la comparaison pronation-supination, la qualité des preuves pour l'échec à la première tentative était faible, ce qui signifie que nous ignorons les résultats. La très faible qualité des preuves concernant les autres critères de jugement pour les deux comparaisons signifie que nous sommes très incertains concernant les résultats.

Conclusions

Des preuves de faible qualité suggèrent que la méthode de pronation est plus efficace que la méthode de la supination pour réduire la subluxation du coude chez les jeunes enfants. Aucune conclusion ne peut être tirée sur d'autres critères de jugement, notamment la douleur et les effets secondaires.

Conclusions des auteurs: 

Il y avait des preuves de faible qualité issues de huit essais de petite envergure démontrant que la méthode de pronation pourrait être plus efficace lors de la première tentative par rapport à la méthode de la supination pour manipuler le coude subluxé chez les jeunes enfants. Pour les autres critères de jugement, aucune conclusion n'a pu être tirée, soit parce que les preuves étaient de très faible qualité ou parce que les critères de jugement n'étaient pas rapportés. Nous avons suggéré qu'un essai clinique randomisé de bonne qualité comparant l'hyperpronation et la supination-flexion est nécessaire pour fournir des preuves définitives. Nous recommandons que cela soit précédé d'une enquête auprès des cliniciens, afin de déterminer l'importance de l'équilibre clinique et d'optimiser le plan d'étude ainsi que le recrutement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La subluxation du coude (coude de nourrice) est une blessure courante chez les jeunes enfants. Elle résulte souvent d'une soudaine traction sur le bras, causée généralement par un adulte ou une personne plus grande que l'enfant qui tire le radius à travers le ligament annulaire, entraînant une subluxation (dislocation partielle) de la tête radiale. Elle peut également être provoquée par une chute ou une torsion. L'enfant ressent une soudaine douleur aiguë et le bras affecté subit une perte de fonctions. La subluxation du coude est habituellement traitée par réduction manuelle de la tête radiale subluxée. Diverses manœuvres peuvent être appliquées ; le plus souvent, la supination de l'avant-bras, souvent combinée à la flexion, et l'(hyper)pronation. Il n'a pas encore été démontré quelle manœuvre était la plus efficace . Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2009 et précédemment mise à jour en 2011.

Objectifs: 

Comparer les effets (bénéfiques et néfastes) des différentes méthodes utilisées pour manipuler le coude subluxé chez les jeunes enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires, le registre Cochrane des essais contrôlés, MEDLINE, Embase, CINAHL, LILACS, PEDro, des registres d'essais cliniques et les références bibliographiques des articles. Date de la dernière recherche : septembre 2016.

Critères de sélection: 

Des essais cliniques contrôlés randomisés ou quasi-randomisés évaluant des interventions de manipulation pour la subluxation du coude ont été inclus. Notre principal critère de jugement était l'échec de la première tentative, entrainant le recours à un traitement supplémentaire.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment les essais à inclure, ils ont évalué le risque de biais et extrait les données. Nous avons regroupé les données à l'aide d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux: 

Dans l'ensemble, neuf essais totalisant 906 enfants (tous âgés de moins de sept ans et 58 % d'entre eux étaient des filles) ont été inclus, et cinq d'entre eux ont été récemment identifiés dans cette mise à jour. Huit essais ont été réalisés dans un service d'urgences ou des centres de soins ambulatoires, et une étude a été réalisée dans une unité pédiatrique tertiaire orthopédique. Quatre essais ont été réalisés aux États-Unis, trois en Turquie, un en Iran, et un en Espagne. Cinq essais étaient à risque élevé de biais de sélection parce que l'assignation n'était pas dissimulée et tous les essais étaient à risque élevé de biais de détection en raison de l'absence de mise en aveugle des évaluateurs.

Huit essais comparaient l'hyperpronation avec la supination-flexion. Nous avons trouvé des preuves de faible qualité démontrant que l'hyperpronation entraînait moins d'échec à la première tentative que la supination-flexion (9,2 % contre 26,4 %, risque relatif (RR) 0,35 ; intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,25 à 0,50 ; 811 participants, 8 études). Pour 1000 enfants traités à l'aide de la supination-flexion, le risque serait de 268 échecs lors de la première tentative, alors que le nombre d'échecs baisserait de 174 pour 1000 enfants traités à l'aide de l'hyperpronation (IC à 95 % de 134 à 201 en moins). Sur la base de données des différences de risque, nous avons également estimé un nombre de sujets à traiter de 6 (IC à 95 % 5 à 8) ; cela signifie que six enfants devraient être traités avec la méthode de l'hyperpronation plutôt qu'avec la méthode de la supination-flexion, afin d'éviter un nouvel échec de la première tentative.

Les preuves de très faible qualité (quatre études) concernant la douleur pendant ou après la manipulation signifient qu'il n'est pas certain qu'il y ait une différence entre la pronation et la supination-flexion. Il y avait des preuves de très faible qualité issues de six études montrant que la répétition de la pronation pourrait être plus efficace que la nouvelle supination-flexion pour la deuxième tentative après l'échec initial. Les autres critères de jugement n'étaient pas rapportés (effets indésirables, récurrence) ou impropres à la combinaison (échec ultime). L'échec ultime, rapporté pour l'ensemble de la population uniquement (en raison des différences dans les protocoles d'étude en ce qui concerne la démarche à adopter après la première tentative échouée) variait de aucun échec ultime dans deux études à six échecs ultimes (4,1 % d'échecs de 148 épisodes) dans une étude.

Un essai comparait la supination-extension avec la supination-flexion. Elle a fourni des preuves de très faible qualité (abaissée de trois niveaux en raison de risque de biais très graves et de graves imprécisions) concernant l'absence de différence claire dans l'échec à la première tentative entre les deux méthodes.

Notes de traduction: 

Post-édition : Yann Sarrabere (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.