Budésonide oral pour le traitement de la colite ulcéreuse

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La maladie inflammatoire de l'intestin se divise en deux grandes sous-catégories : la colite ulcéreuse (CU) et la maladie de Crohn (MC). La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire chronique récurrente-rémittente qui affecte le gros intestin. Des corticostéroïdes traditionnels sont souvent utilisés dans le traitement de la CU active modérée à sévère. Néanmoins, ces corticostéroïdes traditionnels sont associés à de nombreux effets secondaires. Le budésonide est un stéroïde, mais il est rapidement métabolisé par l'organisme et présente donc moins d'effets secondaires que les corticostéroïdes traditionnels. On sait que le budésonide oral a un rôle à jouer dans le traitement de certains patients atteints de MC, et ses effets bénéfiques ont également été démontrés lorsqu'il est administré en lavement dans la CU affectant uniquement le côlon distal. L'objectif de cette revue était d'examiner l'efficacité du budésonide oral dans le traitement de la CU. Nous avons identifié trois études éligibles dans cette revue. Bien que le budésonide présente un meilleur profil d'effets secondaires que la prednisolone, aucune preuve ne permet de recommander l'utilisation de budésonide oral dans la CU active. Deux grands essais en cours devraient apporter des informations supplémentaires concernant l'efficacité potentielle du budésonide oral dans le traitement de la CU active. L'une des études incluses comparait du budésonide à de la mésalamine (un 5-ASA). Cette étude apporte des preuves de haute qualité indiquant que la mésalamine est supérieure au budésonide dans le traitement de la colite ulcéreuse active.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, aucune preuve ne permet de recommander l'utilisation clinique de budésonide oral pour l'induction d'une rémission dans la colite ulcéreuse active. La mésalamine est supérieure au budésonide dans le traitement de la colite ulcéreuse active.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les corticostéroïdes demeurent l'une des options thérapeutiques les plus populaires pour l'induction d'une rémission dans la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. Bien que les corticostéroïdes puissent améliorer les symptômes, ils n'entraînent pas toujours une guérison de la muqueuse et sont associés à des effets indésirables significatifs. Les stéroïdes à action topique pourraient être préférables car ils présentent moins d'effets secondaires systémiques. Le budésonide oral, un corticostéroïde à action topique associé à un important métabolisme de premier passage hépatique, est efficace dans la maladie de Crohn et en lavement dans la colite ulcéreuse affectant le côté gauche. Les données sont limitées concernant le rôle du budésonide oral dans la colite ulcéreuse.

Objectifs: 

Effectuer une revue systématique de l'innocuité et de l'efficacité du budésonide oral pour l'induction d'une rémission dans la colite ulcéreuse.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques ont été effectuées dans les bases de données MEDLINE et EMBASE. Deux auteurs ont examiné tous les titres et résumés identifiés de manière indépendante. Toutes les études potentiellement pertinentes ont été obtenues dans leur intégralité. Les références bibliographiques des articles de revue ont été examinées afin d'identifier des études supplémentaires. Les actes des principales conférences scientifiques de gastro-entérologie des trois dernières années ont fait l'objet d'une recherche manuelle. Le site Web ClinicalTrials.gov ainsi que le registre Cochrane des essais contrôlés ont été consultés afin d'identifier tout essai en cours. Des contacts directs ont été établis avec des sociétés pharmaceutiques afin d'identifier toute étude en cours ou non publiée.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés en parallèle ou croisés examinant du budésonide oral pour l'induction d'une rémission dans la colite ulcéreuse étaient éligibles dans la revue. Aucune restriction n'a été appliquée sur la base de l'âge des patients ou du type, de la dose ou de la durée du traitement au budésonide. Le critère de jugement principal était l'induction d'une rémission clinique dans la colite ulcéreuse. Les critères de jugement secondaires comprenaient l'amélioration clinique, histologique et endoscopique, la guérison endoscopique de la muqueuse, le changement des scores de l'indice d'activité de la maladie, les événements indésirables et les arrêts prématurés.

Recueil et analyse des données: 

L'éligibilité des études a été examinée, les données ont été extraites et la qualité a été évaluée par deux investigateurs indépendants. Il n'a pas été possible de réaliser de méta-analyse des études incluses en raison d'une hétérogénéité significative, car chaque étude comparait du budésonide à un médicament de contrôle différent.

Résultats principaux: 

Trois études remplissaient les critères d'inclusion. Le budésonide oral était significativement moins susceptible d'induire une rémission clinique que la mésalamine orale au bout de 8 semaines de traitement (RR de 0,72, IC à 95 %, entre 0,57 et 0,91). Le budésonide oral ne conférait aucun bénéfice significatif par rapport au placebo en termes d'induction d'une rémission clinique au bout de 4 semaines de traitement (RR de 1,41, IC à 95 %, entre 0,59 et 3,39). Une petite étude pilote ne rapportait aucune différence statistiquement significative entre le budésonide et la prednisolone en termes de rémission endoscopique (RR de 0,75, IC à 95 %, entre 0,23 et 2,42). Cette étude était de petite taille et présentait une puissance statistique insuffisante pour évaluer l'impact du budésonide sur la rémission clinique. La suppression du cortisol plasmatique était significativement plus courante chez les patients recevant de la prednisolone (RR de 0,02, IC à 95 %, entre 0,0 et 0,33). Deux études multicentriques sont en cours.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.