La réserpine, un ancien médicament antihypertenseur presque oublié, diminue la pression artérielle

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La réserpine, un extrait de racine de la plante végétale Rauwolfia serpentina, était auparavant utilisée comme traitement de première ligne pour diminuer la pression artérielle. À l'heure actuelle, elle est principalement utilisée comme agent de deuxième ligne. La présente revue, dont l'objectif était de trouver et de récapituler des preuves existantes issues d'essais contrôlés, a conclu que la réserpine était efficace comme agent de première ligne à diminuer la pression artérielle systolique. Le degré de cet effet était léger à modéré. Étant donné que les quatre études incluses n'examinaient pas un large éventail de doses, aucune donnée n'était disponible pour déduire que la réponse de la pression artérielle était liée à la dose. Les données étaient insuffisantes pour évaluer les effets indésirables d'un traitement par réserpine.

Conclusions des auteurs: 

La réserpine est efficace à diminuer la PAS à un niveau globalement équivalent à celui des autres médicaments antihypertenseurs de première ligne. Toutefois, nous n'avons pas pu émettre de conclusion définitive concernant le profil dose - réponse en raison du nombre réduit d'essais inclus. D'autres ECR devront être réalisés afin d'évaluer les effets de la réserpine sur la pression artérielle et de déterminer le profil d'innocuité lié à la dose avant que le rôle de ce médicament dans le traitement de l'hypertension primaire ne puisse être établi.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

À l'heure actuelle, il existe de nombreux agents antihypertenseurs pour le traitement de l'hypertension primaire (pression artérielle systolique ≥ 140 mmHg et/ou pression artérielle diastolique ≥ 90 mmHg). Des essais contrôlés randomisés ont été réalisés pour rechercher des preuves concernant ces agents. Par exemple, il existe des preuves probantes issues d'ECR selon lesquelles les thiazidiques réduisent la mortalité et la morbidité. La réserpine a été utilisée comme traitement de deuxième ligne dans certains de ces essais. Toutefois, le niveau de diminution de la pression artérielle liée à la dose avec cet agent est inconnu.

Objectifs: 

Examiner les effets de la réserpine liés à la dose sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque et les arrêts prématurés en raison d'événements indésirables.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données CENTRAL, EMBASE et MEDLINE ont fait l'objet de recherches. Nous avons également consulté les références dans les sections bibliographiques des études extraites.

Critères de sélection: 

Les études incluses étaient des essais réellement contrôlés randomisés comparant une monothérapie par réserpine à un placebo ou à l'absence de traitement chez des patients souffrant d'hypertension primaire.

Recueil et analyse des données: 

Les méthodes de randomisation et d'assignation secrète ont été évaluées. Les données concernant la diminution de la pression artérielle, la fréquence cardiaque et les arrêts prématurés en raison d'effets indésirables ont été extraites et analysées.

Résultats principaux: 

Quatre ECR (N = 237) répondant aux critères d'inclusion ont été trouvés. L'effet groupé global démontre une diminution statistiquement significative de la pression artérielle systolique (PAS) chez les patients prenant de la réserpine par rapport à un placebo (DMP - 7,92, IC à 95 % - 14,05, - 1,78). En raison d'une hétérogénéité significative entre les essais, aucun effet significatif au niveau de la pression artérielle diastolique (PAD), de la pression artérielle moyenne (PAM) et de la fréquence cardiaque (FC) n'a été trouvé. Des effets au niveau de la PAS ont été obtenus avec une dose de 0,5 mg/jour ou supérieure. Toutefois, le profil dose - réponse n'a pas pu être déterminé en raison d'un nombre d'essais réduit. Les données issues de l'essai comparant le Rauwiloid à un placebo n'étaient pas combinées aux données concernant la réserpine issues des trois essais restants. Ceci est dû au fait que le Rauwiloid est un extrait alcalin différent de la plante Rauwolfia serpentina et que la dose utilisée n'est pas comparable à la réserpine. Aucun des essais inclus ne signalait des arrêts prématurés en raison d'effets indésirables.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.