L'aromathérapie pour traiter nausées et vomissements postopératoires

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les nausées et les vomissements postopératoires (NVPO) constituent un effet secondaire courant et désagréable de la chirurgie, 20 % à 30 % des patients souffrent de nausées et de vomissements modérés à sévères, suite à une anesthésie générale effectuée au moyen d'agents volatils (anesthésie par inhalation). La nausée est une gêne ou un malaise abdominal qui peut être accompagné par des vomissements (l'expulsion forcée du contenu gastrique par la bouche). Les traitements médicamenteux actuels ne sont pas toujours efficaces ou peuvent avoir des effets indésirables désagréables. L'aromathérapie est parfois recommandée pour le traitement des nausées et des vomissements, bien qu'il n'y ait pas actuellement suffisamment de preuves qu'elle soit efficace. L'aromathérapie consiste en l'inhalation de vapeurs d'huiles essentielles ou d'autres substances pour traiter ou soulager des symptômes physiques et émotionnels. Nous avons examiné neuf études sur l'aromathérapie pour les NVPO, impliquant un total de 402 participants. Six études sur l'inhalation brève de vapeurs d'alcool isopropylique ont montré un certain effet de réduction des nausées et vomissements postopératoires, mais cela semble être moins efficace que les traitements médicamenteux usuels. Il y avait un risque modéré de biais dû à la conception de certaines des études. L'alcool isopropylique est également connu sous le nom d'alcool à friction et se trouve communément dans les produits utilisés pour nettoyer la peau avant une injection. Il n'existe actuellement aucune preuve fiable permettant d'étayer l'utilisation d'autres aromathérapies, telle que l'huile de menthe poivrée, pour traiter les nausées et les vomissements postopératoires. Aucune étude incluse n'avait fait état d'effets indésirables liés aux aromathérapies utilisées.

Conclusions des auteurs : 

L'alcool isopropylique s'est avéré plus efficace que le placebo salin pour réduire les nausées et vomissements postopératoires, mais moins efficace que les médicaments antiémétiques usuels. Il n'existe actuellement aucune preuve fiable étayant l'utilisation de l'huile de menthe poivrée.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

Les nausées et vomissements postopératoires sont un phénomène courant et désagréable et les thérapies actuelles ne sont pas toujours efficaces pour tous les patients. L'aromathérapie a été proposée comme complément possible aux stratégies de traitement existantes.

Objectifs : 

Cette revue visait à déterminer l'effet de l'aromathérapie sur la gravité et la durée des nausées et vomissements post-opératoires établis, et si la sécurité et l'efficacité clinique de l'aromathérapie étaient comparables à celles des traitements pharmacologiques usuels.

Stratégie de recherche documentaire : 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 3), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, CAM sur PubMed, Meditext, LILACS et ISI Web of Science, ainsi que dans des sources de littérature grise et les références bibliographiques d'articles trouvés. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données jusqu'à août 2011.

Critères de sélection : 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) et les essais cliniques contrôlés (ECC) dans lesquels l'aromathérapie était utilisée pour traiter les nausées et les vomissements postopératoires. Les interventions consistaient en tous types d'aromathérapie. L'aromathérapie a été définie comme l'inhalation de vapeurs de toute substance aux fins d'un bénéfice thérapeutique. Les principaux critères de jugement étaient la gravité et la durée des nausées et des vomissements postopératoires. Les critères de jugement secondaires étaient les effets indésirables, l'utilisation d'antiémétiques de secours et la satisfaction du patient vis-à-vis du traitement.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué le risque de biais des études incluses et extrait les données. Tous les résultats analysés étant dichotomiques, nous avons utilisé un modèle à effet fixe et calculé le risque relatif (RR) avec intervalle de confiance associé à 95 % (IC à 95 %).

Résultats principaux : 

Les neuf études incluses se composaient de six ECR et de trois ECC totalisant 402 participants. L'âge moyen et l'intervalle des données pour tous les participants n'étaient pas rapportés pour toutes les études. La méthode de randomisation était explicitée dans quatre des six ECR inclus et était tout à fait convenable. Le compte-rendu incomplet des données a affecté l'exhaustivité de l'analyse. Comparativement au placebo, l'inhalation de vapeur d'alcool isopropylique s'est avérée efficace à réduire la proportion de participants nécessitant des antiémétiques de secours (RR 0,30 ; IC à 95 % 0,09 à 1,00 ; P = 0,05). Toutefois, en comparaison avec le traitement antiémétique standard, l'alcool isopropylique ne permettait pas de réduire la proportion de participants nécessitant des antiémétiques de secours (RR = 0,66 ; IC à 95 % 0,39 à 1,13 ; P = 0,13), sauf lorsqu'ont été incluses les données d'une étude possiblement confuse (RR = 0,66 ; IC à 95 % 0,45 à 0,98, P = 0,04). Lorsque les études rendaient compte de données sur la satisfaction des patients vis-à-vis de l'aromathérapie, il n'y avait pas de différences statistiquement significatives entre les groupes (RR 1,12 ; IC à 95 % 0,62 à 2,03 ; P = 0,71).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.