L'Hydroxyethylamidon (HEA) comparé à d'autres thérapies par fluides : Effets sur la fonction rénale

Les Hydroxyethylamidons (HEA) sont des produits liquides couramment utilisés en pratique clinique, mais ils ont été associés à des effets négatifs sur la fonction rénale. Cette revue a examiné les effets des HEA sur la fonction rénale par rapport à d'autres thérapies par fluides chez les patients gravement malades. Quarante-deux essais cliniques randomisés (11,399 patients) comparant des HEA à d'autres thérapies avec liquides ont été retenus pour cette revue. Dans l'ensemble, l'utilisation de produits HEA était associé à un risque accru de 59 % d'insuffisance rénale, et 32 % de risque accru de dialyse. Aucune différence significative n'a été observée selon la population de patients étudiés, le type de solution HEA, ou de la dose utilisée. En raison des risques potentiels associés à des produits HEA, d'autres thérapies par fluides devraient être utilisés.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuelles suggèrent que les produits HEA augmentent le risque d'IRA et TRS dans toutes les populations de patients et un volume de sécurité d'une solution HEA n'a pas encore être déterminé. Dans la plupart des situations cliniques il est probable que ces risques l'emportent sur les bénéfices et des thérapies de remplacement alternatives devraient être utilisées à la place des produits HEA.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les hydroxyethylamidon (HEA) sont des colloïdes synthétiques qui sont couramment utilisés en réanimation par fluides pour remplacer le volume intravasculaire, mais ils ont été de plus en plus associés à des effets indésirables sur la fonction rénale. Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2010.

Objectifs: 

Examiner les effets des HEA sur la fonction rénale par rapport à d'autres thérapies de réanimation par fluides dans différentes populations de patients.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du group Rénal Cochrane, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, dans la Bibliothèque Cochrane ), MEDLINE, EMBASE, MetaRegister et les références bibliographiques des articles. La recherche la plus récente a été complétée le 19 de novembre 2012.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR dans lesquels les HEA ont été comparés à une thérapie par fluides alternative pour la prévention ou le traitement d'une déplétion volémique intravasculaire efficace. Le premier indicateur de résultats était la thérapie rénale substitutive (TRS), l'insuffisance rénale définie par l’auteur et les lésions rénales aiguës (IRA), telles que définies par le critère RIFLE.

Recueil et analyse des données: 

Le dépistage, sélection, l'extraction des données et la qualité de chaque article sélectionné ont été effectuées par deux auteurs à l'aide de formulaires standardisés. Tous les critères ont été analysés en utilisant le risque relatif (RR) et des intervalles de confiance (IC à 95 %). Les auteurs ont été contactés lorsque les données publiées étaient incomplètes. La sensibilité attendue et des analyses de sous-groupe ont été réalisées après l’analyse des données avec un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Cette revue a inclus 42 études (11,399 patients) dont 19 études de la revue d'origine (2010), ainsi que de 23 nouvelles études. Quinze études ont été exclues de la revue d'origine (neuf retirés de publication en raison de doutes sur l'intégrité des données et six qui n'avaient pas de données individuelles de créatinine pour le calcul du critère RIFLE). Dans l'ensemble, il y avait une augmentation significative du besoin de TRS pour les individus traités avec HEA par rapport aux individus traités avec d'autres thérapies par fluides (RR 1,31, 95 % d'IC, de 1,16 à 1,49 ; 19 études, 9857 patients) et le nombre d'insuffisance rénale définie par l'auteur (RR 1,59, 95 % d'IC, de 1,26 à 2,00 ; 15 études, 1 361 patients). Le RR d'IRA basée sur RIFLE-I (insuffisance) a également montré un risque accru d'IRA chez les individus traités avec des produits HEA (RR 1,14, IC à 95 %, de 1,01 à 1,30 ; 15 études, 8402 participants). Le risque d'avoir émissions d'urines et des critères RIFLE-R(risque) basés sur la créatinine pour les IRA était en revanche, en faveur des traitements par HEA (RR 0.95, IC à 95 % 0,91 à 0,99 ; 20 études, 8769 patients). Cependant, lorsque la production d'urine sur la base des critères RIFLE-R a été exclue comme indicateur de résultats du protocole de l'étude, le sens du risque d'IRA était de nouveau en faveur d'autre type de liquides, avec un RR non significative d'IRA pour les patients traités avec HEA (RR 1,05, IC à 95 %, 0,97 à 1,14 ; 8445 patients). Un effet plus solide a été observée pour le critère RIFLE-L (lésion), avec un RR d'IRA de 1,22 (IC à 95 %, 1,08 à 1,37 ; 8338 patients). Aucune différence entre les sous-groupes pour la TRS et RIFLE-I sur la base des critères d'inclusion de résultats n'a été observée entre les patients septiques et les patients non-septiques, un poids moléculaire élevé (PM) et le degré de substitution (DS) versus un faible PM et le degré de substitution avec solutions HEA (>200 kDa et > 0,4 DS contre 130 kDa et 0,4 DS), ou élevée versus faible dose de traitements (c. par ex. > 2 L versus < 2 L). Il y avait des différences identifiées entre les sous-groupes septiques versus non-septiques sur la base des critères d'indicateurs de résultats RIFLE-R et RIFLE-I, ce qui pourrait refléter les différentes réponses rénales dans la réanimation liquidienne des IRA pre-rénales et des IRA septiques. Dans l'ensemble, la qualité méthodologique des études était bonne.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.