Le contrôle renforcé de la glycémie pour la prévention et le traitement de la neuropathie diabétique

Le diabète est défini par un niveau élevé de sucre dans le sang. Il existe deux formes de la maladie. Dans le diabète de type 1, le corps ne produit pas suffisamment d'insuline. Dans le diabète de type 2, le corps devient moins sensible à l'insuline. Quel que soit le type de diabète, de nombreuses personnes développent une neuropathie invalidante. La neuropathie est une affection qui se traduit par de l'engourdissement, des picotements, des douleurs ou une faiblesse qui commence généralement au niveau des pieds et progresse en remontant le long des jambes. On dit souvent que la distribution suit le schéma bas-gant car les pieds sont touchés en premier, suivis par les jambes et les doigts. Le traitement le plus courant pour le diabète est le contrôle de la glycémie afin de prévenir les nombreuses complications, notamment la neuropathie. Cette revue a identifié 17 études randomisées qui s'étaient penchées sur la question de savoir si les tentatives plus agressives d'abaisser la glycémie permettaient d'éviter de développer une neuropathie. Sept de ces études avaient été menées sur des diabétiques de type 1, huit sur des diabétiques de type 2 et deux sur les deux types. Toutefois, seules deux études sur le diabète de type 1 comprenant 1 228 participants et quatre études sur le diabète de type 2 comprenant 6 669 participants s'étaient intéressées à notre principal critère de jugement. Pour les diabètes de type 1, les traitements plus agressifs avaient un effet significatif de prévention de la neuropathie en comparaison avec le traitement standard. Pour les diabètes de type 2, la thérapie plus agressive avait également été bénéfique dans la prévention des symptômes et des signes de neuropathie clinique mais le résultat, tel que mesuré par la principale méthode choisie pour cette revue, n'était pas statistiquement significatif. Il y avait cependant un effet positif significatif sur la quantité de lésions nerveuses mesurée à l'aide de tests de conduction nerveuse et d'une machine spéciale mesurant le seuil de détection de vibration dans les deux types de diabète. Dans l'ensemble, les résultats indiquent que les traitements plus agressifs de la glycémie retardent l'apparition de la neuropathie dans les deux types de diabète. Aucun autre traitement ne s'est avéré efficace à ce jour. Cependant, l'effet bénéfique doit être mis en balance avec l'augmentation significative du risque de niveaux dangereusement faibles de sucre sanguin qui peuvent survenir dans les deux types de diabète et qui risquent d'entrainer, entre autres, des lésions cérébrales.

Conclusions des auteurs: 

Des données de bonne qualité indiquent que le contrôle renforcé de la glycémie prévient de manière significative le développement de la neuropathie clinique et réduit les anomalies de conduction nerveuse et de seuil de vibration dans le diabète sucré de type 1. Dans le diabète sucré de type 2, le contrôle renforcé de la glycémie réduit l'incidence de la neuropathie clinique, même si cela n'était pas formellement significatif du point de vue statistique (P = 0,06). Toutefois, le contrôle renforcé de la glycémie ne réduit pas significativement les anomalies de conduction nerveuse et de seuil de vibration. Surtout, le contrôle renforcé de la glycémie augmente significativement le risque de graves épisodes d'hypoglycémie, ce qui doit être pris en compte pour l'évaluation de son rapport risque / bénéfice.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il y a deux types de diabète. Le diabète de type 1 affecte les personnes jeunes et doit être traité par des injections d'insuline. Le diabète de type 2 affecte des personnes plus âgées et peut généralement être traité au moyen d'un régime alimentaire et de médicaments oraux. La neuropathie diabétique affecte, au moment du diagnostic, 10 % des patients atteints de diabète sucré et 40 % à 50 % 10 ans plus tard. Le contrôle renforcé de la glycémie est l'intervention pour la prévention de cette affection invalidante la mieux étudiée, mais il n'y avait jamais eu de revue systématique des données disponibles.

Objectifs: 

Examiner les données sur le contrôle renforcé de la glycémie pour la prévention de la polyneuropathie symétrique distale chez les personnes souffrant de diabètes de type 1 et de type 2.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (30 janvier 2012), ainsi que dans CENTRAL (2012, numéro 1), MEDLINE (de 1966 à janvier 2012) et EMBASE (de 1980 à janvier 2012) afin de trouver des essais contrôlés randomisés sur le contrôle amélioré de la glycémie dans le diabète sucré.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toutes les études contrôlées randomisées portant sur le contrôle glycémique renforcé qui rendaient compte de critères de neuropathie après au moins un an d'intervention. Notre principal critère de jugement était le développement annuel d'une neuropathie clinique définie par une échelle clinique. Les critères de jugement secondaires incluaient la vitesse de conduction nerveuse motrice et le test de vibration quantitatif.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, indépendamment, examiné pour inclusion tous les titres et résumés identifiés par les recherches dans des bases de données. Deux auteurs ont extrait les données de toutes les études incluses à l'aide d'un formulaire standardisé. Un troisième auteur a résolu les conflits. Nous avons analysé la présence de neuropathie clinique au moyen des différences de risque (DR) annualisées et les mesures de vitesse de conduction et de vitesse quantitative par les différences moyennes par an.

Résultats principaux: 

Cette revue a identifié 17 études randomisées s'étant intéressées à la question de savoir si le contrôle renforcé du glucose prévient le développement de la neuropathie. Sept de ces études avaient été menées sur des diabétiques de type 1, huit sur des diabétiques de type 2 et deux sur les deux types. Une méta-analyse des deux études qui avaient rendu compte du principal critère de jugement (l'incidence de la neuropathie clinique) avec un total de 1 228 participants diabétiques de type 1 a mis en lumière une réduction significative du risque de développer une neuropathie clinique chez les personnes avec contrôle renforcé de la glycémie, avec une DR annualisée de - 1,84 % (intervalle de confiance (IC) à 95 % -1,11 à -2,56). Dans une analyse similaire de quatre études qui rendaient compte du principal critère de jugement et impliquaient 6 669 participants atteints de diabète de type 2, la DR annualisée de développer une neuropathie clinique était -0,58 % (IC à 95 % 0,01 à -1,17). La plupart des critères secondaires étaient significativement en faveur du traitement intensif dans les deux populations. Toutefois, les deux types de participants diabétiques avaient également subi une augmentation significative des effets indésirables graves, notamment les événements d'hypoglycémie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.