Induction du travail en milieu hospitalier ou en ambulatoire

Jusqu' à un quart des femmes enceintes peuvent avoir besoin d'un déclenchement artificiel du travail, par des médicaments ou par d'autres moyens. Avec la plupart des méthodes de déclenchement, il faut du temps avant que le travail commence. Cela signifie qu' il pourrait être plus pratique pour les femmes, et plus économique pour les prestataires de services de santé, d'être prises en charge en milieu ambulatoire, par exemple au domicile. Les femmes qui présentent un faible risque au plan obstétrique ou médical pourraient être examinées à l'hôpital, y recevoir l'agent d'induction, puis retourner chez elles avec des instructions claires. Le déclenchement du travail en ambulatoire vise à mesurer les améliorations possibles en termes de satisfaction de la mère, l'aspect pratique, la durée réduite de séjour à l'hôpital et la réduction des coûts, tout en garantissant la sécurité de la mère et de l'enfant.

Quatre essais contrôlés randomisés, 1439 femmes au total, ont évalué les effets du déclenchement du travail chez des femmes prises en charge en ambulatoire comparés à celles hospitalisées. Sur un total de quatre études, les agents de déclenchement différaient dans deux études, tandis que les deux autres études évaluaient les mêmes agents d'induction (PGE2 vaginale). Les données limitées de ces essais n'indiquaient pas un meilleur taux de réussite pour le déclenchement dans les 24 heures, ne diminuent pas la durée d'hospitalisation et il n'y avaient pas de différences quant à la nécessité d'un second déclenchement ou au mode d'accouchement. Les données disponibles étaient limitées et par conséquent il n'est pas encore possible de déterminer si le déclenchement du travail est efficace et sans risque lorsqu' il est pratiqué en ambulatoire.

Conclusions des auteurs: 

Les données disponibles permettant d'évaluer l'efficacité ou les risques potentiels du déclenchement en ambulatoire sont limitées. Par conséquent, il n'est pas encore possible de déterminer si le déclenchement du travail est efficace et sans risque lorsqu' il est pratiqué en ambulatoire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Dans certains pays, le travail est déclenché pour plus de 20% des femmes. Les différentes méthodes utilisées pour déclencher le travail ont fait l'objet de revues antérieures, mais le cadre dans lequel le déclenchement se fait (hôpital vs ambulatoire) peut avoir des conséquences en termes de satisfaction de la mère et de coûts. On ne sait pas si certaines méthodes de déclenchement, qui sont efficaces et sûres en milieu hospitalier, sont adaptées en ambulatoire.

Objectifs: 

Évaluer les effets sur les résultats cliniques de la mère et de l'enfant du déclenchement du travail, chez les femmes en hospitalisation ou en ambulatoire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 juin 2013).

Critères de sélection: 

Essais randomisés et quasi-randomisés, publiés et non-publiés, dans lesquels ont été comparées des méthodes de maturation cervicale et de déclenchement du travail en ambulatoire et en milieu hospitalier.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué les rapports des essais à l'inclusion de façon indépendante. Deux auteurs de la revue ont entrepris l'extraction des données et l'évaluation du risque de biais, de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Quatre essais ont été inclus dans la revue, soit un total de 1439 femmes; chaque essai a examiné une méthode différente de déclenchement du travail et il nous a été impossible de grouper les résultats des essais.

1. La PGE2 vaginale (deux études incluant 1028 femmes). Pour la plupart des résultats cliniques de la revue, il n'y avait aucune différence entre les patientes prises en charge en ambulatoire ou en milieu hospitalier. Il n'y avait aucune preuve d'une différence entre la probabilité de nécessiter un accouchement instrumental dans n'importe quel contexte (risque relatif (RR) 1,29; intervalle de confiance (IC) à 95% 0,79 à 2,13). La durée globale d'hospitalisation était similaire dans les deux groupes.

2. PGE2 10 mg à libération contrôlée (une étude avec 300 femmes). Aucune différence n'a été mise en évidence entre les groupes pour la plupart des résultats cliniques de la revue, y compris le succès du déclenchement. Pendant la période du déclenchement lui-même, le niveau de satisfaction des soins était plus élevé pour les femmes en ambulatoire (note de 7 ou plus sur une échelle de satisfaction à 9 points, RR 1,42; IC à 95%, de 1,11 à 1,81), mais les scores de satisfaction post-natale étaient similaires dans les deux groupes.

3. Le cathéter de Foley (une étude avec 111 femmes). Aucune différence n'a été mise en évidence entre les groupes en termes de taux de césariennes, de durée totale du déclenchement et du nombre de bébés admis en soins intensifs néonataux.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.