Le positionnement latéral pour les patients adultes gravement malades

Nous avons examiné les données sur les effets obtenus quand on retourne latéralement les adultes gravement malades en position allongée sur un lit d'hôpital. Nous avons trouvé 24 études.

Contexte

Les infirmiers changent la position des patients gravement malades parfois toutes les deux heures pour prévenir les plaies de lit et d'autres complications associées à l'immobilité. Retourner latéralement pourrait également aider à détacher et drainer les sécrétions accumulées dans les poumons. Le repositionnement latérale de routine est une pratique standard relativement sûre. Toutefois, si la pression artérielle du patient ou le niveau d'oxygène chute à un niveau de lecture dangereusement faible au cours du changement de position, des soins médicaux urgents sont nécessaires. La plupart des effets disparaissent rapidement, mais pour certains patients ils peuvent être longs à disparaître et sont potentiellement mortels. Nous voulions découvrir si le repositionnement latéral systématique est plus efficace que d'autres stratégies de positionnement, y compris le retournement moins fréquent, et si une position latérale pourrait entraîner davantage d'effets indésirables.

Date de la recherche

Les preuves sont à jour en mai 2015.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus des études randomisées portant sur des adultes gravement malades recevant un traitement en unité de soins intensifs et dans d'autres zones de soins intensifs. Nous avons sélectionné les études qui incluaient le positionnement latéral après retournement unique ou suivant plusieurs retournements. La durée de chaque position était de 10 minutes ou plus. Les comparaisons incluaient l'autre position latérale (côté opposé), ainsi que sur le dos (position allongée sur le dos), semi horizontale (allongée sur le dos avec le torse sur une élévation à 45-degrés) et la position allongée sur le ventre.

Les résultats

Nous avons trouvé 24 études éligibles. Aucune étude n'avait rendu compte de la mortalité. Deux études ont fourni des données sur la morbidité pulmonaire suite à une chirurgie cardiaque, mais les données disponibles étaient insuffisantes pour l'analyse. Les autres études rapportaient des mesures que nous avons inclus afin d'identifier les événements cliniques indésirables. La plupart de ces études n'a pas rapporté de résultats pouvant être combinés pour la revue de preuves, et la conception des essais était souvent dissemblable. Nous avons comparé deux études portant sur des adultes gravement malades souffrant de maladie pulmonaire unilatérale (un «mauvais» poumon et un « bon » poumon). Le niveau d'oxygène dans le sang était plus faible pour les « mauvais » poumons bas (allongée sur le côté avec le « mauvais » poumon plus bas). Cependant, l'échantillon était de petite taille, les deux études étaient de mauvaise qualité et le très faible taux d'oxygène dans le sang n'était pas systématiquement observé entre les études. Par conséquent, les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Conclusion

Nous n'avons trouvé aucune preuve claire sur l'efficacité du repositionnement latérale systématique ou les effets d'un seul retournement pour les patients gravement malades. Des études de bonne qualité sont nécessaires pour déterminer si l'utilisation du repositionnement latéral systématique reste recommandée pour la plupart des patients gravement malades, et si une position du corps est à éviter pour certains.

Conclusions des auteurs: 

Les auteurs de la revue n'ont pu fournir aucune recommandation pratique clinique basée sur les résultats des études incluses. Les recherches disponibles ne pouvaient pas supprimer l'incertitude autour des bénéfices et / ou des risques associés à un positionnement latéral chez les patients adultes gravement malades. Les lacunes concernant la recherche comprennent l'efficacité du positionnement latéral comparé au positionnement semi horizontal pour les patients ventilés mécaniquement, le positionnement latéral en comparaison avec le positionnement couché sur le ventre pour le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) et les changements moins fréquents de la position du corps. Nous recommandons que des recherches futures soient réalisées afin d'étudier si la pratique de routine du repositionnement latéral des patients bénéficie à tous, à certains ou à quelques patients gravement malades.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients gravement malades nécessitent des changements de position réguliers pour minimiser les effets indésirables de l'alitement, l'inactivité et l'immobilisation. Cependant, il existe une incertitude autour de l'efficacité du positionnement latéral pour améliorer l'échange gazeux pulmonaire, faciliter le drainage de sécrétions trachéobronchique et prévenir la morbidité. En outre, il n'est pas clair si le risque perçu résultant de l'instabilité hémodynamique et respiratoire lors du retournement des patients gravement malades surpasse les bénéfices respiratoires de la rotation côté-à-côté. Par conséquent, le manque de certitude pourrait contribuer à une variation dans la pratique de positionnement et des résultats équivoques des patients.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la position latérale par rapport à d'autres positions sur les résultats des patients (la mortalité, la morbidité et événements cliniques indésirables) chez les patients adultes gravement malades. (Les événements indésirables cliniques comprennent l'hypoxémie, l'hypotension, le faible apport en oxygène et les indicateurs globaux d'oxygénation des tissus défaillante). Nous avons examiné l'utilisation unique de la position latérale (c'est-à-dire sur le côté gauche ou droite) et l'utilisation répétée de la position latérale (c'est-à-dire le positionnement latéral) dans le cadre d'un planning de positionnement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2015, numéro 5), MEDLINE (de 1950 au 23 mai 2015), la base de données Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL) (de 1937 au 23 mai 2015), la base de données Allied and Complementary Medicine (AMED) (de 1984 au 23 mai 2015), la base de données Latin American and Caribbean Health Sciences Literature (LILACS) (de 1901 au 23 mai 2015), le Web of Science (de 1945 au 23 mai 2015), Index des Theses en Grande-Bretagne et en Irlande (de 1950 au 23 mai 2015), Trove (de 2009 au 23 mai 2015 ; précédemment Australasian Digital Theses Program (de 1997 à décembre 2008) et Proquest Dissertations and Theses (de 2009 au 23 mai 2015 ; précédemment Proquest Digital Dissertations (de 1980 au 23 mai 2015). Nous avons effectué une recherche manuelle dans les références bibliographiques des rapports potentiellement pertinents et deux revues de soins infirmiers.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais randomisés et quasi-randomisés étudiant les effets du positionnement latéral chez les adultes gravement malades. Nous avons inclus les rotations manuelles ou automatisées mais avons limité l'éligibilité aux études qui portaient sur la durée de la position du corps de 10 minutes ou plus. Nous avons examiné chaque position latérale versus au moins un comparateur (position latérale opposée et / ou une autre position du corps) pour des effets thérapeutiques uniques, et la planification du positionnement latéral (rotation latérale répétée) par rapport à d'autres positionnement planifiés pour les effets de la thérapie répétitive.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons pré-cité des méthodes à utiliser pour le recueil des données, l'évaluation du risque de biais et de l'analyse. Deux auteurs de la revue indépendants ont réalisé chaque stade de la sélection et l'extraction des données et résolu les différences d'opinion par consensus, ou par adjudication de tiers lorsque les divergences demeuraient non résolues. Nous avons prévu l'analyse des couples de comparaison sous des intervalles de temps composites dans le but d'envisager des recommandations fondées sur les méta-analyses des études à faible risque de biais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 24 études portant sur des adultes gravement malades. Aucune étude n'avait rendu compte de la mortalité en tant que critère de jugement d'intérêt. Deux essais contrôlés randomisés (ECR) ont examiné le positionnement latéral pour les résultats de morbidité pulmonaire, mais n'ont pas fourni suffisamment d'informations pour la méta-analyse. Un total de 22 essais randomisés ont examiné les effets de la position latérale (quatre en groupes parallèles et 18 études croisées) en mesurant les résultats de données continues couramment utilisées pour détecter des événements cardio-pulmonaires indésirables dans le domaine des soins intensifs. Cependant, les études en groupes parallèles n'étaient pas comparables et les études croisées ont fourni des données limitées en raison d'erreurs de l'unité d'analyse. Huit études ont fourni des données ; la plupart de ces essais étaient des études uniques avec des petits effets qui étaient imprécis. Nous avons regroupé la pression partielle de l'oxygène dans le sang (PaO2) comme mesure pour détecter l'hypoxémie de deux petites études portant sur des participants atteints d'une maladie pulmonaire unilatérale (n = 19). La différence moyenne (DM) entre les positions latérales (mauvais poumon bas par rapport à un bon poumon bas) était d'environ 50 mmHg (DM de -49,26 mmHg, intervalle de confiance à 95 % (IC) -67,33 à -31,18 ; P = < 0,00001). Malgré une baisse moyenne de la PaO2 pour le mauvais poumon bas, l'hypoxémie (PaO2 moyenne de < 60 mmHg) n'était pas systématiquement rapportée. En outre, les données combinées présentaient des lacunes méthodologiques avec un risque de biais incertain. Nous avons émis des réserves quant à la validité interne pour d'autres études incluses dans la revue.

Notes de traduction: 

Post-édition : Soraya Chandelier (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.