Cholécystectomie laparoscopique précoce versus retardée pour la colique biliaire simple

Le foie produit de la bile qui a de nombreuses fonctions, dont celle d'aider à l'élimination des déchets traités par le foie et à la digestion des graisses. La bile est temporairement stockée dans la vésicule biliaire (un organe situé sous le foie) avant d'atteindre l'intestin grêle. Les concrétions dans la vésicule biliaire sont appelées des calculs biliaires. Les calculs touchent environ 5 % à 25 % de la population adulte occidentale. Entre 2 % et 4 % deviennent symptomatiques en l'espace d'un an. Les symptômes comprennent une douleur liée à la vésicule biliaire (colique biliaire simple), l'inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite), l'obstruction de l'écoulement de la bile depuis le foie et la vésicule biliaire dans l'intestin grêle, entraînant une jaunisse (décoloration jaunâtre du corps, généralement très prononcée dans le blanc de l'œil, qui devient jaune), l'infection biliaire (cholangite) et l'inflammation du pancréas, un organe qui sécrète des sucs digestifs et renferme les cellules sécrétant l'insuline qui maintient le taux de sucre dans le sang (pancréatite). L'ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est actuellement considérée comme la meilleure option de traitement pour les personnes ayant des calculs biliaires symptomatiques. Elle est généralement réalisée par une opération cœlioscopique (cholécystectomie laparoscopique). La douleur liée à la vésicule biliaire est l'une des indications d'une cholécystectomie laparoscopique et peut survenir soudainement avec des symptômes de douleur intense dans la partie supérieure droite du ventre, qui peuvent ou non être associés à d'autres symptômes, tels que des brûlures d'estomac. C'est ce que l'on appelle une colique biliaire. En raison des ressources limitées disponibles dans un système de santé financé par l'état, les personnes atteintes d'une colique biliaire sont ajoutées sur une liste d'attente et opérées de manière élective. Cependant, le fait de retarder l'opération expose les personnes au risque de complications liées aux calculs biliaires. Les auteurs de la revue ont cherché à déterminer s'il était préférable de réaliser une cholécystectomie laparoscopique de façon précoce (dans les deux semaines suivant la consultation chez le médecin des personnes présentant des symptômes) ou une cholécystectomie laparoscopique retardée (plus de deux semaines après la consultation chez le médecin des personnes présentant des symptômes). Une recherche systématique dans la littérature médicale a été effectuée afin d'identifier des études fournissant des informations sur la question ci-dessus. Les auteurs ont obtenu des informations à partir d'essais randomisés uniquement, car ce type d'essais fournissent les meilleures informations s'ils sont bien réalisés. Deux auteurs ont identifié les essais et recueilli les informations de manière indépendante.

Seul un essai portant sur 75 participants (âge moyen : 43 ans ; femmes : 65 % des participants) a fourni des informations pour cette revue. Dans cet essai, 35 participants ont subi une cholécystectomie laparoscopique précoce (moins de 24 heures après le diagnostic) et 40 participants ont subi une cholécystectomie laparoscopique retardée après une période d'attente moyenne d'environ quatre mois. Le traitement que les participants ont subi a été déterminé par une méthode semblable à pile ou face. Cet essai présentait un risque de biais élevé (erreurs systématiques ou erreurs dans le plan d'étude qui peuvent influer sur les conclusions). Il n'y a eu aucun décès dans le groupe précoce (0 sur 35) et on a constaté un décès (1 sur 40) (2,5 %) dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique retardée. Cette différence entre les groupes n'était pas significative. Il n'y a eu de complications graves liées à l'opération dans aucun des deux groupes. Durant la période d'attente, 9 participants sur 40 (22,5 %) ont développé de graves complications liées à la vésicule biliaire. Cinq participants dans le groupe retardé se sont de nouveau rendus à l'hôpital en raison d'une douleur récurrente liée à la vésicule biliaire. Au total, 14 participants ont dû être hospitalisés en raison des symptômes ci-dessus. Tous appartenaient au groupe retardé. Tous les participants du groupe précoce ont été opérés sous 24 heures. La proportion de participants ayant développé des complications graves a été significativement inférieure dans le groupe précoce par rapport à la proportion de participants dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique retardée. La qualité de vie et le retour au travail n'ont pas été rapportés dans cet essai. Il n'y a eu aucune différence significative en termes de proportion de participants ayant nécessité un passage à une ablation ouverte de la vésicule biliaire. L'hospitalisation a été significativement plus courte (d'environ un jour) dans le groupe précoce par rapport au groupe retardé. La durée de l'opération a été significativement plus courte (d'environ 15 minutes) dans le groupe précoce par rapport au groupe retardé.

D'après les preuves issues d'un seul essai présentant un risque de biais important, il semble que la cholécystectomie laparoscopique précoce réalisée dans les 24 heures suivant le diagnostic de la colique biliaire réduise les complications graves et le temps d'opération comparé à la cholécystectomie laparoscopique retardée d'un temps d'attente moyen de quatre mois. De nouveaux essais cliniques randomisés bien conçus sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats.

Conclusions des auteurs: 

D'après les preuves issues d'un seul essai présentant un risque de biais important, il semble que la cholécystectomie laparoscopique précoce (moins de 24 heures suivant le diagnostic de la colique biliaire) réduise la morbidité durant la période d'attente pour la cholécystectomie laparoscopique élective (temps d'attente moyen 4,2 mois), l'hospitalisation et la durée de l'opération. De nouveaux essais cliniques randomisés sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats et pour déterminer si la cholécystectomie laparoscopique précoce est plus efficace que la cholécystectomie laparoscopique retardée si le temps d'attente est réduit davantage.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La colique biliaire simple est l'une des indications les plus courantes pour une cholécystectomie laparoscopique. La cholécystectomie laparoscopique implique une attente de plusieurs mois si elle est réalisée de manière élective. Cependant, les personnes peuvent développer des complications menaçant le pronostic vital durant cette période d'attente.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices et les préjudices de la cholécystectomie laparoscopique précoce versus retardée pour les personnes atteintes d'une colique biliaire simple en raison de calculs biliaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés dans The Cochrane Library, ainsi que dans MEDLINE, EMBASE et Science Citation Index Expanded jusqu'à mars 2013.

Critères de sélection: 

Nous n'avons inclus que des essais cliniques randomisés indépendamment de la langue utilisée et du statut de publication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données de manière indépendante. Nous avons cherché à inclure des données sur la mortalité à court terme (mortalité à 30 jours ou mortalité à l'hôpital), les lésions du canal biliaire ou d'autres événements indésirables graves, la qualité de vie, le passage à la cholécystectomie ouverte, la durée de l'hospitalisation, le temps d'opération et le retour au travail. Nous avions prévu de calculer le risque relatif avec un intervalle de confiance (IC) à 95 % pour les variables dichotomiques et la différence moyenne (DM) avec IC à 95 % pour les données continues à l'aide du logiciel RevMan sur la base d'une analyse en intention de traiter lorsque les données étaient disponibles. Du fait qu'un seul essai a fourni des données pour cette revue, le test exact de Fisher a été utilisé pour les données binaires. Une valeur P de < 0,05 a été considérée comme statistiquement significative.

Résultats principaux: 

Seul un essai portant sur 75 participants (âge moyen : 43 ans ; femmes : 65 % des participants), randomisés pour recevoir une cholécystectomie laparoscopique précoce (moins de 24 heures après le diagnostic) (n = 35) ou une cholécystectomie laparoscopique retardée (période d'attente moyenne de 4,2 mois) (n = 40), a fourni des informations pour cette revue. L'essai présentait un risque élevé de biais. Les informations sur le critère de jugement de la mortalité ont été disponibles pour les 75 participants. Les informations sur les événements indésirables graves ont été disponibles pour 68 participants (28 personnes dans le groupe précoce et 40 personnes dans le groupe retardé). Les autres résultats ont été disponibles pour 28 participants dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique précoce et pour 35 participants dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique retardée. Aucun décès n'a été constaté dans le groupe précoce (0/35) (0 %) versus 1/40 (2,5 %) dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique retardée (P > 0,9999). Il n'y a eu de lésions du canal biliaire dans aucun des deux groupes. Il n'y a eu d'événements indésirables graves liés à l'opération dans aucun des deux groupes. Durant la période d'attente, des complications se sont développées dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique retardée. Les complications subies par les participants comprenaient une pancréatite (n = 1), un empyème de la vésicule biliaire (n = 1), une perforation de la vésicule biliaire (n = 1), une cholécystite aiguë (n = 2), une cholangite (n = 2), une jaunisse obstructive (n = 2) et une colique biliaire récurrente (nécessitant des consultations à l'hôpital) (n = 5). Au total, 14 participants ont dû être hospitalisés en raison des symptômes ci-dessus. Toutes ces admissions sont intervenues dans le groupe retardé, car tous les participants ont été opérés sous 24 heures dans le groupe précoce. La proportion de personnes ayant développé des événements indésirables graves a été de 0/28 (0 %) dans le groupe précoce, ce qui a été significativement plus faible que dans le groupe de la cholécystectomie laparoscopique 9/40 (22,5 %) (P = 0,0082). Cet essai n'a pas rapporté la qualité de vie ou le retour au travail. Il n'y a pas eu de différence significative dans la proportion de personnes ayant nécessité un passage à la cholécystectomie oucholécystectomie laparoscopiquerte dans le groupe précoce 0/28 (0 %) comparé au groupe retardé (6/35 ou 17,1 %) (P = 0,0743). On a constaté une durée d'hospitalisation inférieure de façon statistiquement significative dans le groupe précoce par rapport au groupe retardé (DM -1,25 jours, IC à 95 % -2,05 à -0,45). On a constaté une durée d'opération inférieure de façon statistiquement significative dans le groupe précoce par rapport au groupe retardé (DM -14,80 minutes, IC à 95 % -18,02 à -11,58).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.