Prostaglandine E1 pour prévenir l'évolution de la maladie rénale diabétique

L'albuminurie continue (protéines dans l'urine) est une des manifestations principales de la maladie rénale diabétique (MRD) ; elle est considérée une des causes principales du décès et de la mauvaise santé chez les patients atteints de diabète de type 2 qui conduit à la maladie rénale terminale. Bien que les médicaments pour traiter la pression artérielle (tels que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA), les bloqueurs de canaux calciques et les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (BRA)) aient été employés/recommandés pour réduire l'albuminurie et prévenir l'évolution de la MRD, l'incidence de la MRD est toujours en hausse dans les pays développés et en développement. On estime que la prostaglandine E1 (PGE1) est un agent vasodilatateur qui contribue à soulager la pression intraglomérulaire, à augmenter la circulation sanguine dans le rein et à réduire l'albuminurie. Cette revue a identifié six études (271 participants) qui ont comparé la PGE1 avec ou sans IECA/BRA avec IECA/BRA, aucun traitement ou avec le Xueshuantong (une plante médicinale chinoise). Les résultats indiquent la PGE1 peut avoir un effet bénéfique sur la MRD car elle réduit le taux d'excrétion de l'albumine urinaire (TEAU), la microalbuminurie et la protéinurie. Aucun événement indésirable grave ou de réactions allergiques n’ont été rapportés. Toutes les études étaient méthodologiquement défectueuses et il n'existe pas de preuves solides permettant de recommander la PGE1 pour prévenir l'évolution de la MRD comme mesure thérapeutique de routine. Davantage de recherches de haute qualité sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

La PGE1 peut avoir des effets positifs sur la MRD en réduisant le TEAU, l'albuminurie et en atténuant la protéinurie sans causer d'événements indésirables graves apparents. Cependant, en raison des limitations attribuables à une qualité méthodologique déficiente des études incluses et du nombre insuffisant de participants, les preuves dont nous disposons actuellement pour déterminer si la PGE1 peut être utilisée pour prévenir l'évolution de la MRD sont insuffisantes. Des études de grande envergure, convenablement randomisées, avec contrôle du placebo et en double aveugle sont absolument nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie rénale diabétique (MRD) est une des principales complications microvasculaires chroniques du diabète de type 2 et peut évoluer et se transformer en maladie rénale terminale (MRT). Il n'existe pas d'approches définitivement efficaces pour prévenir, retarder ou traiter la MRD: Des études de petite envergure ont indiqué que la prostaglandine E1 (PGE1) peut améliorer la circulation sanguine dans le rein et diminuer la protéinurie et l'albuminurie.

Objectifs: 

Évaluer les bénéfices et inconvénients de la PGE1 pour prévenir le déclenchement de la MRD.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, la base de données chinoise de biomédecine (CBM) et les listes de référence des articles ont été consultés sans restrictions de langues.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR qui comparent tout agent de PGE1 utilisé pour prévenir l'évolution de la MRD, indépendamment du dosage utilisé, du mode d'administration, de l'ajout de co-interventions ou de la durée du traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité de l'étude et les données extraites. En ce qui concerne les résultats dichotomiques (mortalité toutes causes, MRT), les résultats ont été exprimés sous la forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les résultats continus (microalbuminurie, protéinurie, albuminurie, doublement de la créatinine sérique, créatinine sérique) ont été exprimés comme différence moyenne (DM) avec un IC à 95%.

Résultats principaux: 

Six études (271 patients) ont été incluses. Cinq études ont comparé la PGE1 avec ou sans fosinopril/losartan avec le fosinopril/losartan ou aucun traitement et une d'elles a comparé la PGE1 avec le Xueshuantong (une plante médicinale chinoise). Une diminution significative du taux d'excrétion d'albumine urinaire (TEAU) a été observée chez les patients traités avec la PGE1 (DM de -48,28 µg/min, IC à 95% entre -75,29 et -21,28) ; d'autres résultats ont présenté une diminution significative chez les patients traités avec la PGE1 (albuminurie : DM -143,66 mg/24 h, IC à 95% entre -221,48 et - 65,84 ; protéinurie : DM 300 g/24 h, IC à 95% entre -518,34 et 81,66). la PGE1 a eu un effet positif sur l'albuminurie (DM de -660 mg/24 h, IC à 95% entre -867,07 et -452,93) dans la MRD clinique (NDC, stade III de la ND) par rapport au Xueshuantong. Il n'existe pas de données sur l'incidence de la MRT, la mortalité toutes causes ou la qualité de vie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.