Dose unique de lumiracoxib (Prexige®) par voie orale pour soulager la douleur postopératoire aiguë chez l'adulte

La douleur postopératoire est souvent mal gérée. Les analgésiques inhibiteurs de la cyclo-oxygénase-2 (COX-2) ont été développés pour réduire les effets secondaires gastro-intestinaux des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS). Le lumiracoxib 400 mg permettait un soulagement rapide, efficace et durable de la douleur postopératoire dans quatre études portant sur une chirurgie dentaire et orthopédique. Sur 366 participants traités au lumiracoxib 400 mg, la moitié présentait un soulagement important de la douleur (soulagement d'au moins 50 % pendant 6 heures), contre 8 % chez les participants ayant reçu un placebo. La durée de l'analgésie était relativement longue (9 heures) et moins de participants avaient besoin d'utiliser un médicament de secours avec le lumiracoxib qu'avec le placebo. Les événements indésirables n'étaient pas systématiquement rapportés mais aucun événement indésirable grave n'a été observé chez les patients traités au lumiracoxib dans le cadre de ces études.

Conclusions des auteurs: 

Le lumiracoxib 400 mg administré en dose unique par voie orale est un analgésique efficace pour soulager la douleur postopératoire aiguë et présente une durée d'action relativement longue. Les événements indésirables associés au lumiracoxib étaient les mêmes que pour le placebo.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le lumiracoxib est un inhibiteur sélectif de la cyclo-oxygénase-2 (COX-2). Les inhibiteurs de la COX-2 ont été développés pour éviter les problèmes gastro-intestinaux (GI) associés à la COX-1 tout en conservant l'activité analgésique et anti-inflammatoire des anti-inflammatoires non-stéroïdiens traditionnels (AINS).

Objectifs: 

Étudier l'efficacité analgésique, la durée de l'analgésie et les effets indésirables d'une dose unique de lumiracoxib par voie orale pour la douleur postopératoire modérée à sévère chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté CENTRAL, MEDLINE et EMBASE jusqu'en février 2010.

Critères de sélection: 

Essais randomisés en double aveugle et contrôlés par placebo portant sur une dose unique de lumiracoxib par voie orale pour soulager la douleur postopératoire modérée à sévère établie chez l'adulte.

Recueil et analyse des données: 

La qualité méthodologique des études a été évaluée et les données ont été extraites par deux auteurs de revue de manière indépendante. Le soulagement total de la douleur pendant six heures (TOTPAR 6) a été utilisé pour calculer le nombre de participants atteignant un soulagement de la douleur d'au moins 50 %. Les résultats obtenus ont été utilisés pour calculer, avec des intervalles de confiance de 95 %, le bénéfice relatif par rapport à un placebo et le nombre de sujets à traiter (NST) pour qu'un participant ressente un soulagement de la douleur d'au moins 50 % pendant six heures. Le nombre de participants utilisant des médicaments de secours ainsi que le délai avant usage d'un tel médicament ont été identifiés comme mesures supplémentaires de l'efficacité. Des informations sur les événements indésirables et les arrêts prématurés ont été recueillies.

Résultats principaux: 

Dans le cadre de cette revue mise à jour, quatre études étaient conformes aux critères d'inclusion. Au total, 366 participants étaient traités au lumiracoxib 400 mg, 51 au lumiracoxib 100 mg et 212 au placebo. Les comparateurs actifs étaient le naproxène 500 mg, le rofécoxib 50 mg, le célécoxib 200 mg, le célécoxib 400 mg et l'ibuprofène 400 mg. Avec le lumiracoxib 400 mg, 50 % des participants ressentaient un soulagement de la douleur d'au moins 50 % pendant six heures, contre 8 % avec le placebo ; BR de 6,9 (IC à 95 %, entre 4,1 et 12), NST de 2,4 (entre 2,1 et 2,8).

Le délai médian d'apparition de l'analgésie était plus court avec le lumiracoxib 400 mg (de 0,6 à 1,5 heure) qu'avec le placebo (> 12 heures). Moins de participants avaient besoin d'un médicament de secours avec le lumiracoxib (64 %) qu'avec le placebo (91 %) pendant 12 à 24 heures ; NST pour prévenir la prise d'une nouvelle dose de 3,7 (entre 2,9 et 5,0). Le délai médian pondéré d'utilisation du médicament de secours était de 9,4 heures pour le lumiracoxib 400 mg et de 1,7 heure pour le placebo.

Les événements indésirables présentaient généralement une gravité légère à modérée, avec un événement grave rapporté chez un patient traité au placebo.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.