Les corsets pour la scoliose idiopathique chez les adolescents

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves concernant l'effet des corsets sur les troubles pulmonaires (les maladies affectant les poumons), l'incapacité, les douleurs dorsales, la qualité de vie, et les difficultés psychologiques ou esthétiques chez les adolescents ayant une scoliose idiopathique. Nous avons trouvé sept études. Nous avons examiné les essais contrôlés randomisés (ECR) et les études de cohortes prospectives contrôlées (ECC).

Contexte

La scoliose est une affection caractérisée par la courbure en trois dimensions de la colonne vertébrale (la colonne semble alors avoir la forme d'un "s" lorsque la personne est observée de dos et le torse est déformé). Cette affection est souvent idiopathique, ce qui signifie que la cause est inconnue. Le type le plus fréquent de scoliose est généralement découvert autour des 10 ans ou plus, et est défini comme étant une courbure de la colonne égale ou supérieure à 10° (on appelle cela l'angle de Cobb et celui-ci est mesuré au moyen de radiographies). Parce que sa cause n'est pas connue et en raison de l'âge à partir duquel le diagnostic est établi, on parle de scoliose idiopathique de l'adolescent (SIA).

Bien qu'il n'y ait généralement pas de symptômes, l'apparition d'une SIA a fréquemment un impact négatif sur les adolescents. Une augmentation de la courbure de la colonne vertébrale peut mener à des risques de santé à l'âge adulte et chez les personnes âgées. Les corsets sont une intervention ayant le potentiel d'arrêter la progression de la courbure. Ceux-ci doivent généralement être portées à plein temps, et le traitement dure jusqu'à la fin de la croissance (le plus fréquemment, la durée est de deux à quatre/cinq ans). Cependant, le port d'un corset pour cette affection est encore controversé, et des questions persistent concernant son efficacité.

Caractéristiques de l'étude

Cette revue a inclus sept études, comprenant un total de 662 adolescents des deux sexes. Les SIA aux courbures allant de 15° à plus de 45° ont été prises en compte. Des corsets élastiques, rigides (polyéthylène), et très rigides (polycarbonate) ont été étudiés. Les preuves sont à jour jusqu'en octobre 2013. Les sources de financement n'ont pas été rapportées ou les études avaient été financées par des agences gouvernementales externes ou des agences scientifiques.

Principaux résultats

Nous n'avons pas trouvé de résultats concernant les troubles pulmonaires et l'invalidité. La qualité de vie n'était pas affectée durant le traitement au moyen d'un corset (preuves de très faible qualité) ; la qualité de vie, les douleurs dorsales et les difficultés psychologiques ou esthétiques n'étaient pas modifiées sur le long terme (preuves de très faible qualité). Les corsets rigides semblent efficaces pour les courbures allant de 20° à 40° (preuves de faible qualité), les corsets élastiques pour les courbures allant de 15° à 30° (preuves de faible qualité), et les corsets très rigides pour les courbures supérieures à 45° (preuves de très faible qualité) ; les corsets rigides étaient plus efficaces que les corsets élastiques (preuves de faible qualité), et un système de contrôle de la pression n'a pas amélioré les résultats (preuves de très faible qualité). Aucun préjudice spécifique n'a été rapporté.

Les principaux résultats d'intérêt tels que les troubles pulmonaires, l'incapacité, les douleurs dorsales, les difficultés psychologiques ou esthétiques et la qualité de vie devraient être mieux évalués à l'avenir. Les effets secondaires, ainsi que l'utilité des exercices et d'autres traitements associés à l'utilisation des corsets devraient être également étudiés.

Qualité des preuves

Les preuves étaient de qualité modérée à très faible. La qualité a été rétrogradée en raison du faible nombre d'essais randomisés, du faible nombre de participants et des nombreux participants perdus de vue lors du suivi ou en raison de la conception observationnelle des études. L'un des problèmes dans le domaine de la SIA est que de nombreuses études randomisées sont infructueuses car les parents veulent choisir avec les médecins le traitement pour leurs enfants. Par conséquent, il est difficile d'obtenir des preuves de haute qualité dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

En raison des différences cliniques importantes entre les études, il n'a pas été possible de réaliser une méta-analyse. Deux études ont montré que les corsets n'ont pas modifié la QdV pendant le traitement (faible qualité), et la qualité de vie, les douleurs dorsales et les difficultés psychologiques ou esthétiques sur le long terme (16 ans) (très faible qualité). Tous les articles inclus ont montré systématiquement que les corsets prévenaient la progression des courbures (critère de jugement secondaire). Cependant, en raison de la robustesse limitée des preuves (allant d'une qualité faible à très faible), d'autres recherches sont très susceptibles d'avoir un impact sur notre confiance dans les estimations de l'effet. Le taux élevé d'échec des ECR démontre les énormes difficultés à réaliser des ECR dans un domaine où les parents refusent la randomisation de leurs enfants. Ces difficultés pourraient nous empêcher d'observer une amélioration de la qualité des preuves au fil du temps. D'autres plans d'étude doivent être mis en œuvre et inclus dans les futures revues, y compris les essais contrôlés prospectifs "expertise-based", les études de cohorte, les études prospectives réalisées conformément à des critères prédéfinis, tels que ceux établis par la Scoliosis Research Society (SRS) et se fiant aux critères de l'international Society on Scoliosis Orthopedic and Rehabilitation Treatment (SOSORT). Les futures études devraient se concentrer sur les résultats au niveau des participants, les effets indésirables, les méthodes visant à accroître l'observance, et l'utilité des exercices spécifiques de physiothérapie pour la scoliose associés aux corsets.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La scoliose idiopathique est une déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale. La forme la plus courante est diagnostiquée dans l'adolescence. Bien que la scoliose idiopathique de l'adolescent (SIA) puisse se développer au cours de la croissance et entrainer une déformation de surface, celle-ci n'est généralement pas symptomatique. Cependant, à l'âge adulte, si la courbure rachidienne finale dépasse un certain seuil critique, le risque de problèmes de santé et de progression de la courbe est augmenté.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des corsets pour les adolescents ayant une SIA par rapport à l'absence de traitement ou à d'autres traitements, sur la qualité de vie, l'incapacité, les troubles pulmonaires, la progression de la courbure et les difficultés psychologiques ou esthétiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, dans cinq autres bases de données, et dans deux registres d'essais cliniques jusqu'à février 2015 pour trouver des essais cliniques. Nous avons également examiné les références bibliographiques des articles pertinents et nous avons réalisé une vaste recherche manuelle dans la littérature grise.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et les études de cohortes prospectives contrôlées comparant les corsets à l'absence de traitement, à un autre traitement, à une opération chirurgicale, ainsi qu'à différents types de corsets pour les adolescents ayant une SIA.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept études (662 participants). Cinq avaient été prévues en tant qu'ECR et deux en tant qu'essais contrôlés prospectifs. Un ECR a échoué complètement et un autre a été poursuivi en tant qu'étude observationnelle, tout en rapportant les résultats des participants ayant été randomisés.

Il y avait des preuves de très faible qualité issues d'un ECR de petite taille (111 participants) indiquant que la qualité de vie (QdV) pendant le traitement ne différait pas significativement entre les corsets rigides et l'observation (différence moyenne (DM) -2,10, intervalle de confiance à 95 % (IC) -7,69 à 3,49). Il y avait des preuves de très faible qualité issues d'un sous-groupe de 77 adolescents provenant d'une étude de cohorte prospective montrant que la QdV, les douleurs dorsales et les difficultés psychologiques ou esthétiques ne différaient pas significativement entre les corsets rigides et l'observation à long terme (16 ans).

Les résultats des critères de jugement secondaires ont montré qu'il y avait des preuves de faible qualité indiquant que les corsets rigides avaient augmenté le taux de réussite par rapport à l'observation en cas de courbures allant de 20° à 40° à deux ans de suivi (un ECR, 116 participants ; risque relatif (RR) 1,79, IC à 95 % 1,29 à 2,50). Il y avait des preuves de faible qualité indiquant que les corsets élastiques avaient augmenté le taux de réussite en cas de courbures allant de 15° à 30° au bout de trois ans de suivi (un ECR, 47 participants ; RR 1,88, IC à 95 % 1,11 à 3,20).

Il existe des preuves de très faible qualité issues de deux études de cohortes prospectives comprenant un groupe témoin indiquant que les corsets rigides augmentent le taux de réussite (les courbures n'évoluant pas vers 50° ou plus) à deux ans de suivi (une étude, 242 participants ; RR 1,50, IC à 95 % 1,19 à 1,89) et au bout de trois ans de suivi (une étude, 240 participants ; RR 1,75, IC à 95 % 1,42 à 2,16). Il y avait des preuves de très faible qualité issues d'une étude de cohorte prospective (57 participants) indiquant que les corsets très rigides avaient augmenté le taux de réussite (absence de progression de 5° ou plus, de fusion, ou de placement sur une liste d'attente pour une fusion) chez les adolescents ayant des courbures importantes (plus de 45°) (une étude, 57 adolescents ; RR 1,79, IC à 95 % 1,04 à 3,07 dans l'analyse en intention de traiter (ITT)).

Il y avait des preuves de faible qualité issues d'un ECR indiquant qu'un corset rigide était plus efficace qu'un corset élastique pour limiter la progression de la courbure mesurée en degrés Cobb chez les personnes ayant des courbures de faible degré (de 20° à 30°), et aucune différence significative entre les deux groupes dans la perception subjective des difficultés quotidiennes liées au port des corsets (43 filles ; risque de succès à quatre ans de suivi : RR 1,40, de 1,03 à 1,89). Enfin, il y avait des preuves de très faible qualité issues d'un ECR (12 participants) indiquant qu'un corset rigide avec un système de contrôle de la pression n'était pas plus efficace qu'un corset standard pour réduire le risque de progression.

Seule une étude de cohorte prospective (236 participants) a évalué les événements indésirables : ni le pourcentage d'adolescents ayant présenté un quelconque événement indésirable (RR 1,27, IC à 95 % 0,96 à 1,67), ni le pourcentage d'adolescents rapportant des douleurs dorsales, l'événement indésirable le plus courant, n'étaient différents entre les groupes (RR 0,72, IC à 95 % 0,47 à 1,10).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.