Effets des agents anesthésiques sur la cartographie corticale au cours des procédures de neurochirurgie impliquant des aires incriminées du cerveau

Il y a de petites aires dans le cerveau qui sont responsables des fonctions de sensation (sensorielles), de contrôle du mouvement (motrices) et du langage. Chez les patients qui présentent des lésions pouvant être retirées par chirurgie et impliquant ou étant adjacentes à ces aires, il est important de réaliser une résection quasi-complète sans endommager les aires fonctionnelles (tissus cérébraux normaux). Les propriétés électriques des cellules cérébrales sont souvent enregistrées au cours de ces procédures chirurgicales pour identifier avec précision les aires fonctionnelles. Cette technique est appelée la cartographie électrophysiologique. Les agents anesthésiques sont connus pour affecter les techniques de cartographie. Les auteurs de cette revue ont cherché à 'identifier et 'évaluer des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'effet d'agents anesthésiques sur la cartographie électrophysiologique de ces aires fonctionnelles du cerveau. Nous n'avons pu trouver d’ECR. En l'absence de preuves de bonne qualité, des ECR bien conçus doivent être menés pour déterminer les effets des agents anesthésiques sur la cartographie électrophysiologique dans cette population chirurgicale spécifique.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue souligne la nécessité d'essais contrôlés randomisés bien conçus pour évaluer l'effet d'agents anesthésiques sur la cartographie corticale au cours de procédures de neurochirurgie impliquant des aires incriminées du cerveau.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Chez les patients se présentant pour une résection chirurgicale de lésions impliquant ou étant adjacentes à des aires corticales éloquentes, importantes au plan fonctionnel, il est essentiel de réaliser une résection complète ou quasi-complète de la pathologie sans endommager les tissus sains environnants. Les aires incriminées qui préoccupent les chirurgiens sont le cortex moteur primaire, le cortex prémoteur, le cortex moteur supplémentaire et les aires de la parole. Si les lésions se situent dans ces régions, les chirurgiens pourraient faire une biopsie ou procéder à une décompression intracapsulaire sans endommager les aires mentionnées afin d'éviter un dysfonctionnement post-opératoire. Si les lésions étaient adjacentes aux aires mentionnées ci-dessus, l'anatomie normale serait déformée. Cependant, une identification correcte des aires mentionnées ci-dessus permettrait au chirurgien d'éliminer radicalement les tumeurs. Une cartographie peropératoire du cortex avec des électrodes de stimulation et d'enregistrement est appelée cartographie électrophysiologique (CE). La cartographie CE du cortex moteur, du cortex sensoriel et du cortex du langage est largement utilisée dans la résection des lésions impliquant ou étant adjacentes aux aires incriminées. Les agents administrés par intraveineuse et inhalation sont connus pour affecter ces techniques de cartographie EP.

Objectifs: 

Le but de cette revue était d'évaluer l'effet d'agents anesthésiques sur la cartographie CE peropératoire chez des patients subissant des procédures de neurochirurgie impliquant ou étant adjacentes aux aires fonctionnelles du cortex sous anesthésie générale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (7 mars 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL Numéro 1 sur 4, The Cochrane Library 2011), MEDLINE (Ovid, de 1948 à février 2011, semaine 4), PsycINFO (EBSCOhost, 7 mars 2011) et le National Research Register Archive and UK Clinical Research Network (7 mars 2011). Nous avons également contacté d'autres chercheurs dans le domaine dans le but d'évaluer des études non publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons prévu d’inclure les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés, indépendamment de l'aveugle, chez des patients de tous âges et des deux sexes, subissant une neurochirurgie sous anesthésie générale, où une cartographie corticale avait été tentée pour identifier les aires incriminées en utilisant les potentiels évoqués somesthésiques (PES) ou les potentiels évoqués moteurs (PEM) déclenchés par stimulation corticale directe (SCD), ou les deux. 

Nous avons exclu les patients d'essais dans lesquels les effets anesthésiques étaient évalués au cours d'une chirurgie spinale ou dans lesquels les PEM étaient enregistrés par des modes autres que la stimulation corticale directe, tels que la stimulation électrique transcrânienne (PEM SET), des électrodes épidurales (ondes D) et une stimulation magnétique, et d'essais impliquant des craniotomies en état vigile ou la technique de sommeil-veille-sommeil au cours de la cartographie corticale.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue prévoyaient d'appliquer les critères d'inclusion et d'extraire les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Aucun ECR n'a été trouvé pour cette population d'étude.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.