Une grande partie des dépenses médicales est consacrée aux médicaments, et ces chiffres sont croissants. Dépenser plus pour les médicaments pourrait signifier qu'il y aurait moins d'argent pour les hôpitaux, les médecins et également pour les services par

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Cette revue a trouvé 11 études ayant évalué deux manières utilisées par les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les compagnies d'assurance médicale pour tenter de contrôler les coûts. Dix études ont évalué le prix de référence et une étude a évalué le prix indicatif. La revue n'a pas trouvé d'études rigoureuses ayant évalué d'autres politiques de stabilisation des prix, telles que le contrôle direct des prix, les prix maximaux et la négociation des prix, bien que ces politiques soient couramment appliquées.

Lorsque la politique du prix de référence est utilisée, un 'médicament de référence' est choisi pour un groupe de médicaments également efficaces et sûrs. Le prix du médicament de référence est couvert, mais si les usagers ont besoin d’un médicament plus cher de ce groupe, ils doivent payer la différence de prix. Cette revue a constaté que la politique du prix de référence résultait en une moindre utilisation des médicaments plus coûteux et une plus grande utilisation des médicaments de référence. Cela aboutissait généralement à une diminution des sommes consacrées aux médicaments par les tiers payeurs (tels que les régimes gouvernementaux d'assurance-médicaments). Aucun effet indésirable sur la santé n'a pu être attribué à la politique du prix de référence. Elle n'a pas augmenté l'utilisation des services médicaux, à l'exception possible d'une augmentation du nombre de consultations lors de la mise en place du prix de référence, quand les patients veulent passer d'un médicament plus coûteux à un médicament de référence. La plupart des études étaient bien conçues. Cependant, la plupart des études concernaient des personnes âgées en Colombie-Britannique et on n'est pas certain de ce que serait l'effet du prix de référence dans d'autres contextes ou pour d'autres médicaments.

Lorsque la tarification indicative est utilisée, un 'prix indicatif' est fixé pour un groupe de médicaments similaires. Ce prix indicatif est le montant que perçoit une pharmacie de la part du gouvernement ou de la société d'assurance lorsqu'elle sert un médicament du groupe. Si elles choisissent des médicaments moins chers que le prix indicatif, les pharmacies peuvent conserver la différence. Cela devrait conduire à une plus grande distribution des médicaments les moins chers. Cela peut également conduire les sociétés pharmaceutiques à baisser leurs prix afin que les pharmacies choisissent leurs médicaments. Une étude effectuée en Norvège a constaté que les prix indicatifs conduisaient à une légère baisse des prix des médicaments.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé peu d'études sur les politiques de fixation des prix. La majorité des études portaient sur la politique du prix de référence. Elles étaient accompagnées de quelques limites méthodologiques. Les données rassemblées dans cette revue, provenant pour la plupart de personnes âgées en Colombie-Britannique, Canada, permettent de dire que la tarification par médicament de référence peut réduire les dépenses en médicaments assumées par des tiers en induisant une plus grande utilisation des médicaments de bas prix. Nous n'avons trouvé aucune preuve d'effets indésirables sur la santé, ni de preuve claire d'une utilisation élevée de soins médicaux. L'analyse et le compte-rendu des effets sur les dépenses en médicaments assurées par les patients sont limitées dans les études incluses et les coûts liés à l'administration n'ont pas été rapportés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les produits pharmaceutiques peuvent être importants pour la santé des populations. Par ailleurs, les médicaments constituent une composante majeure des coûts médicaux. Des politiques de tarification et d'achat sont utilisées dans le domaine pharmaceutique pour déterminer ou influer sur les prix au détail des médicaments. Nous pouvons citer par exemple les politiques de contrôle des prix, de prix plafond, de négociation des prix, de prix de référence, de prix indicatifs et de tarification dépendant du volume. L'idée du prix de référence est l'instauration d'un niveau maximum de remboursement pour un groupe de médicaments supposés être thérapeutiquement équivalents.

Objectifs: 

Déterminer les effets des politiques d'achat et de stabilisation des prix dans le domaine pharmaceutique sur ​​l'utilisation de médicaments, la délivrance des soins médicaux, la santé publique et les coûts (dépenses).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données et les sites Web suivants : le registre du groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (date de la dernière recherche : 22/08/03), le registre Cochrane des essais contrôlés (15/10/03), MEDLINE (07/09/05), EMBASE (07/09/05), ISI Web of Science (08/09/05), CSA Worldwide Political Science Abstracts (21/10/03), EconLit (23/10/03), SIGLE (12/11/03), INRUD (21/11/03), PAIS International (23/03/04), International Political Science Abstracts (09/01/04), NHS EED (20/02/04), PubMed (25/02/04), NTIS (03/03/04), IPA (22/04/04), OECD Publications & Documents (30/08/05), SourceOECD (30/08/05), World Bank Documents & Reports (30/08/05), World Bank e-Library (04/05/05), JOLIS (22/08/05), Global Jolis (22/08/05 et 23/08/05) et WHOLIS (29/08/05).

Critères de sélection: 

Dans cette revue, on entend part 'politiques' des lois, des règles, des ordonnances financières et administratives prises par des gouvernements, des organisations non gouvernementales ou des assureurs privés. Pour être retenue, une étude devait inclure une mesure objective d'au moins un des critères de jugement suivants : l'utilisation des médicaments, l'utilisation de soins médicaux, la santé publique et les coûts (dépenses) ; l'étude doit être un essai contrôlé randomisé, un essai contrôlé non-randomisé, une analyse de séries temporelles interrompues, une étude de mesures répétées ou une étude contrôlée avant-après portant sur une politique d'achat ou de stabilisation des prix dans le domaine pharmaceutique pour un territoire ou un système médical de taille importante.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données et évalué les limitations des études. Nous avons effectué une analyse quantitative des données de séries chronologiques pour les études disposant de données suffisantes, ainsi que des analyses qualitatives.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 études sur la politique du prix de référence et une étude sur la tarification indicative. La plupart des études sur la politique du prix de référence concernaient des personnes âgées en Colombie-Britannique, Canada. L'utilisation (distribution) des médicaments de référence avait augmenté dans cinq études, entre 60 % et 196 %, immédiatement après l'introduction de la tarification par médicament de référence, tandis que la consommation de médicaments à coût partagé avait baissé de 19 % à 42 % dans quatre études. Dans trois études, les dépenses pour le groupe du médicament de référence ont diminué (entre 19 % et 50 %), tandis que dans la quatrième étude les dépenses ont augmenté à court terme de 5 %. Les résultats après six mois de politique du prix de référence ne montrent pas de tendance claire en relation avec les effets immédiats. Nous n'avons trouvé aucune preuve d'effets indésirables sur la santé, ni de preuve claire d'une consommation accrue de soins médicaux. Les données étaient beaucoup plus limitées pour la politique du prix indicatif que pour la tarification par médicament de référence. Une légère réduction du prix des médicaments a été constatée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.