Interventions pour réduire l'hémorragie au cours de la myomectomie des fibromes utérins

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Certaines femmes présentent des tumeurs non cancéreuses de l'utérus appelées fibromes utérins. Dans un tiers des cas, les fibromes utérins produisent des symptômes, tels que des saignements vaginaux, qui justifient un traitement. L'ablation chirurgicale des fibromes utérins, appelée myomectomie, est l'une des options thérapeutiques pour les fibromes utérins. Elle peut être réalisée soit par laparotomie (par une incision dans l'abdomen) ou laparoscopie (chirurgie coelioscopique). La procédure est associée à des saignements abondants. De nombreuses interventions ont été utilisées pour réduire les saignements au cours de l'opération d'ablation des fibromes utérins, mais les auteurs n'ont trouvé que quelques études évaluant leur efficacité. La quantité limitée de données disponibles suggèrent que certains de ces médicaments, tels que la dissection chimique (ablation des fibromes utérins à l'aide d'une substance chimique qui décompose les tissus), le misoprostol (un médicament qui arrête les saignements en provoquant une contraction des muscles de l'utérus), la matrice de gélatine-thrombine (une substance qui active le processus de coagulation et arrête les saignements) et l'acide tranexamique (un médicament qui prévient les saignements en inhibant la dissociation des caillots de sang) sont efficaces pour réduire les saignements au cours de la myomectomie.

Conclusions des auteurs: 

Il existe un nombre limité de preuves démontrant que le misoprostol, la vasopressine, la bupivacaïne plus épinéphrine, l'acide tranexamique, la matrice gélatine-thrombine, le tourniquet péri-cervical et le mesna pourraient réduire les saignements au cours de la myomectomie. La bupivacaïne plus épinéphrine présente une importance clinique limitée comparée à d'autres interventions, car l'impact clinique a été faible. Il n'existe pas de preuves démontrant que l'ocytocine et la morcellation réduisent la perte de sang. D'autres études bien conçues doivent être menées pour établir l'efficacité, l'innocuité et le coût de différentes interventions visant à réduire la perte de sang au cours de la myomectomie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les myomes utérins (fibromes utérins) sont des tumeurs bénignes de l'utérus. La myomectomie, l'ablation chirurgicale des myomes, peut être associée à des saignements menaçant le pronostic vital et à un séjour postopératoire prolongé. La connaissance de l'efficacité des interventions pour réduire les saignements au cours de la myomectomie est essentielle pour permettre la prise de décisions cliniques fondées. Ceci est une mise à jour de la revue publiée dans The Cochrane Library Numéro 3, 2009.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité, l'innocuité, la tolérabilité et le coût des interventions pour réduire la perte de sang au cours de la myomectomie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques ont été effectuées dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Numéro 3), MEDLINE (1950 à février 2011), EMBASE (1980 à février 2011), CINAHL (1982 à février 2011) et PsycINFO (1801 à février 2011).

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient l'utilisation d'interventions pour réduire la perte de sang au cours de la myomectomie à un placebo ou à une absence de traitement ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont indépendamment sélectionné les ECR à inclure, évalué la qualité méthodologique des essais et extrait les données. Nous avons exprimé les résultats de l'étude sous la forme de différences de moyennes (MD) pour les données continues et de rapports des cotes (odds ratio) pour les données dichotomiques, avec des intervalles de confiance (IC) à 95%.

Résultats principaux: 

Douze ECR avec 674 patients ont satisfait nos critères d'inclusion. Les interventions étaient de la vasopressine intramyométriale (deux ECR), de l'ocytocine intraveineuse (deux ECR), un tourniquet péri-cervical (deux ECR) et à chaque fois un ECR pour le misoprostol vaginal, la matrice de gélatine-thrombine, la dissection chimique au 2-mercaptoéthane sulfonate de sodium (mesna), la bupivacaïne intramyométriale plus épinéphrine, l'acide tranexamique et l'énucléation de myomes par morcellation. Nous avons constaté des réductions significatives de la perte de sang avec le misoprostol (DM -149,00 ml, IC à 95% -229,24 à -68,76), la vasopressine (DM -298,72 ml, IC à 95% -593,10 à -4,34 ; I2 = 99%), la bupivacaïne plus épinéphrine (DM -68,60 ml, IC à 95% -93,69 à - 43,51), l'acide tranexamique (DM -243 ml, IC à 95% -460 à -25,98), le tourniquet péri-cervical (DM -289,44, IC à 95% -406,55 à -172,32 ; I2 = 95%), et la matrice de gélatine-thrombine (DM -545,00 ml, IC à 95% -593,26 à -496,74). Aucune preuve n'a été établie quant à un effet sur la perte de sang avec l'ocytocine ou la morcellation. Aucune des interventions n'a augmenté significativement les complications associées à la myomectomie. Les essais n'ont pas évalué le coût des différentes interventions.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.