Chez les patients victimes d'une crise cardiaque due à une obstruction des artères du cœur, l'insertion de tubes métalliques fins (endoprothèses) était plus efficace que l'utilisation de petits ballonnets pour rouvrir les artères

Les dépôts de lipides, de cholestérol et d'autres substances peuvent obstruer et rétrécir les artères. Cette situation, que l'on appelle athérosclérose, peut entraîner une crise cardiaque. Les deux méthodes permettant d'ouvrir les artères rétrécies ou obstruées chez les patients ayant été récemment victimes d'une crise cardiaque consistent à insérer un petit ballonnet dégonflé dans l'artère puis à le gonfler pour ouvrir le vaisseau (angioplastie par ballonnet) ou à insérer un tube ou un manchon métallique fin (endoprothèse) dans l'artère pour la maintenir ouverte. Cette revue a comparé ces traitements et a observé que les deux méthodes étaient aussi efficaces l'une que l'autre pour prévenir les décès, mais que les endoprothèses étaient plus efficaces que l'angioplastie par ballonnet car moins d'artères avaient besoin d'être de nouveau désobstruées, et qu’elles prévenaient davantage de crises cardiaques que l'angioplastie par ballonnet.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve ne suggère que l'implantation primaire d'une endoprothèse vasculaire réduit la mortalité par rapport à l'angioplastie par ballonnet. L'implantation d'endoprothèse vasculaire semble associée à une réduction du risque de nouvel infarctus et de revascularisation du vaisseau cible, mais une confusion potentielle due à un déséquilibre des traitements antithrombotiques/anticoagulants post-intervention ne peut pas être exclue sur la base de cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'angioplastie par ballonnet après un infarctus du myocarde (IM) réduit les décès, les IM non mortels et les accidents vasculaires cérébraux par rapport à la reperfusion par thrombolyse. Néanmoins, jusqu' à 50% des patients présentent une resténose et 3 à 5% souffrent d'un infarctus du myocarde récurrent. L'implantation primaire d'endoprothèse vasculaire pourrait donc apporter des bénéfices supplémentaires par rapport à l'angioplastie par ballonnet chez les patients atteints d'infarctus aigu du myocarde.

Objectifs: 

Déterminer si l'implantation primaire d'endoprothèse vasculaire améliore les résultats cliniques des patients victimes d'un infarctus aigu du myocarde par rapport à l'angioplastie par ballonnet.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté MEDLINE, EMBASE, Pascal, Index medicus et le registre Cochrane des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane) de 1979 à mars 2002.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés portant sur l'implantation primaire d'une endoprothèse vasculaire ou une angioplastie par ballonnet avant la procédure invasive; intervention sur les artères coronaires natives dans les 24 heures suivant l'apparition des symptômes d'infarctus du myocarde; notification des décès ou des infarctus subséquents; et un suivi d'au moins 1 mois. Les essais ont été exclus lorsque la randomisation se produisait après une procédure invasive et lorsqu' ils portaient exclusivement sur des patients en état de choc cardiogénique.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les essais et extrait les données de manière indépendante. Les critères de jugement incluaient la mortalité, les nouveaux infarctus, le pontage aortocoronarien, la revascularisation du vaisseau cible et le recours à une réparation vasculaire ou à une transfusion sanguine. Les rapports des cotes de Peto ont été calculés. Plusieurs analyses de sensibilité ont été effectuées afin d'étudier la stabilité de l'effet thérapeutique global.

Résultats principaux: 

Neuf essais portant sur 4 433 participants ont été inclus. Les rapports des cotes de la mortalité après l'implantation d'une endoprothèse vasculaire par rapport à l'angioplastie à 30 jours, 6 mois et 12 mois étaient respectivement de 1,16 (IC à 95%, entre 0,78 et 1,73), 1,27 (IC à 95%, entre 0,89 et 1,83) et 1,06 (IC à 95%, entre 0,77 et 1,45). À 30 jours, 6 et 12 mois, les rapports des cotes pour les nouveaux infarctus après l'implantation d'une endoprothèse vasculaire par rapport à l'angioplastie par ballonnet était de 0,52 (IC à 95% 0,31 à 0,87), 0,67 (IC à 95% 0,45 à 1,00), et 0,67 (IC à 95% 0.45-0.98) et le rapport des cotes pour la revascularisation du vaisseau cible après l'implantation d'une endoprothèse vasculaire par rapport à l'angioplastie par ballonnet étaient 0,45 (IC à 95% 0,34 à 0,60), de 0,42 (IC à 95% 0,35 à 0,51), et 0,47 (IC à 95% 0,38 à 0,57). Le rapport des cotes des complications hémorragiques post-intervention après l'implantation d'une endoprothèse vasculaire par rapport à l'angioplastie par ballonnet était de 1,34 (IC à 95%, entre 0,95 et 1,88; test d'hétérogénéité p > 0,1).

Notes de traduction: 

Cette revue n'est plus mise à jour , la comparaison de l'angioplastie par ballonnet n'est plus valide, les endoprothèses étant désormais l'intervention standard.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.