Les combinaisons de médicaments anticancéreux pour traiter les cancers à haut risque provenant du placenta, connus sous le nom de tumeur trophoblastique gestationnelle à haut risque (TTG)

La TTG est un cancer qui se développe le plus souvent après une grossesse môlaire mais peut survenir après un type quelconque de grossesse. Les grossesses môlaires surviennent en raison d'une croissance anormale du tissu placentaire habituellement bénigne et traitée par l'évacuation de l'utérus . Cependant, au Royaume Uni, dans moins de 10 % des cas la grossesse môlaire continue à croître après l'évacuation utérine et se cancérise (TTG) ce qui nécessite un traitement avec des médicaments anticancéreux (chimiothérapie). La TTG Peut être à haut risque ou à faible risque. Les médicaments anticancéreux sont très efficaces, surtout dans la TTG à faible risque, qui est généralement guérie par une monothérapie. Cependant, les TTG à haut risque doivent être traités avec des combinaisons de médicaments anticancéreux pour l'efficacité la meilleure. Ces médicaments peuvent produire des effets indésirables toxiques qui sont plus susceptibles d'apparaître lorsqu'ils sont utilisés en association. La combinaison de médicaments la plus couramment administrée, est désignée par l'abréviation EMA/CO pour Etoposide, Methotrexate, Actinomycine D, Cyclophosphamide et Oncovin® (vincristine), mais plusieurs autres combinaisons sont également utilisées.

Nous avons entrepris cette revue afin de tenter de déterminer quelle combinaison de médicaments est la plus efficace pour le traitement médicamenteux de première ligne de la TTG à haut risque, et avec le moins d'effets secondaires. Nous n'avons trouvé qu'une seule petite étude, ancienne qui comparaient une combinaison de médicaments abrégée sous le nom de CHAMOCA avec une autre appelée MAC. Le schéma thérapeutique CHAMOCA, n'est plus recommandé dans le traitement de la TTG, à cause de ses effets extrêmement toxiques pour le sang et la moelle osseuse, et à l'absence d'une plus grande efficacité contre le cancer que le schéma thérapeutique MAC. sur la base des preuves disponibles, il n'est actuellement pas possible de déterminer si l'EMA/CO est la plus efficace et la moins toxiques des combinaison de médicaments car aucune étude de grande qualité n'a été menée comparant cette combinaison avec d'autres combinaisons. La TTG est un cancer rare et donc les études dans ce domaine sont difficiles à réaliser, par conséquent, les chercheurs doivent collaborer afin de produire les nécessaires preuves de qualité élevée.

Conclusions des auteurs: 

Le schéma thérapeutique CHAMOCA n'est pas recommandé pour le traitement des TTG, car il est plus toxique et pas plus efficace que le schéma thérapeutique MAC. EMA/CO est actuellement la chimiothérapie combinée de première intention la plus couramment utilisée pour les TTG à haut risque, bien que ce traitement n'a pas été rigoureusement comparé à d'autres combinaisons comme MAC ou FAV dans des ECR. D'autres traitements peuvent être associés présentant moins de toxicité aiguë qu'EMA/CO ; cependant, une évaluation adéquate de ces combinaisons dans des ECR de bonne qualité incluant une surveillance à long terme pour détecter les cancers secondaires est nécessaire. Nous reconnaissons que, étant donné la faible incidence des TTG, des ECR dans ce domaine sont difficiles à réaliser, d'où la nécessité d'une collaboration multicentrique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une mise à jour de la revue originale qui a été publié dans The Cochrane Database of Systematic Reviews, 2009, Numéro 2. Les tumeurs trophoblastiques gestationnelles (TTG) sont des affections malignes du placenta, qui incluent le mole hydatidiforme invasif, la tumeur trophoblastique du site d'implantation placentaire ( TTSI) et la tumeur trophoblastique épithélioïde( TTE). Le choriocarcinome et le mole hydatidiforme invasif répondent bien à la chimiothérapie : Les tumeurs à faible risque sont traitées par monochimiothérapie (par ex. méthotrexate ou actinomycine D), tandis que les tumeurs à haut risque sont traitées par une combinaison de chimiothérapie. (par ex. EMA/CO (étoposide, méthotrexate, actinomycine D, cyclophosphamide et vincristine)). Diverses combinaisons de médicaments peuvent être utilisées pour les tumeurs à haut risque ; cependant, l'efficacité et l'innocuité comparatives de ces traitements ne sont pas claires.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la polychimiothérapie dans le traitement de la TTG à haut risque.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour la revue initiale, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 2, 2008), MEDLINE, EMBASE et CBM jusqu'en mai 2008. Pour cette mise à jour de la revue, nous avons effectué des recherches dans Cochrane Group Specialised Register , CENTRAL, MEDLINE et EMBASE jusqu'à septembre 2012. En outre, nous avons consulté les registres d'essais cliniques en ligne pour les essais en cours.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR comparant des interventions de chimiothérapie combinée de première intention chez les femmes présentant une TTG à haut risque.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment recueilli les données en utilisant un formulaire d'extraction de données. Une méta-analyse n'a pas pu être réalisée car nous n'avons inclus qu' une seule étude.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un ECR de 42 femmes présentant une TTG à haut risque, qui étaient randomisées pour pour les schémas thérapeutiques ou MAC (méthotrexate, actinomycine D et chlorambucil) ou CHAMOCA modifié ( cyclophosphamide, hydroxyurée, actinomycine D, méthotrexate, doxorubicine, melphalan et vincristine). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative en termes d'efficacité des deux schémas thérapeutiques ; cependant, les femmes dans le groupe MAC ont subi significativement moins de toxicité globale et moins de toxicité hématologique que les femmes du groupe thérapeutique CHAMOCA. Pendant la période d'étude, six femmes dans le groupe thérapeutique CHAMOCA sont décédées et une dans le groupe MAC. Cette étude a été arrêtée prématurément en raison de taux inacceptables de toxicité dans le groupe thérapeutique CHAMOCA. Nous n'avons identifié aucun ECR comparant EMA/CO avec MAC ou d'autres schémas de chimiothérapie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.