Rifabutine pour le traitement de la tuberculose pulmonaire

Les défis actuels en matière de traitement de la tuberculose consistent à réduire la durée du traitement à moins de six mois et à trouver le moyen de combiner en toute innocuité les médicaments antituberculeux et ceux utilisés dans le traitement de l'infection par le VIH. La rifabutine est un médicament qui pourrait potentiellement permettre d'atteindre ce résultat en remplacement de la rifampicine, qui constitue actuellement le pilier du traitement. Cette revue a identifié cinq essais portant sur 924 participants, mais aucun n'était de haute qualité. La revue n'a observé aucune différence significative entre des traitements à base de rifabutine et de rifampicine en termes de guérison de la tuberculose et de prévention des rechutes, mais des doses élevées de rifabutine pourraient être associées à une augmentation des effets indésirables, et aucune preuve n'indiquait qu'elle entraînait une réduction de la durée du traitement. Néanmoins, ces essais recrutaient très peu de patients atteints de VIH et de tuberculose, qui sont les plus susceptibles de bénéficier de l'utilisation de rifabutine en raison de son absence d'interaction avec les antirétroviraux. Des essais cliniques de meilleure qualité sont nécessaires afin de comprendre le rôle de la rifabutine dans le traitement des patients atteints de tuberculose, en particulier chez ceux qui sont également séropositifs pour le VIH.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuellement disponibles ne permettent pas de recommander le remplacement de la rifampicine par de la rifabutine dans le traitement de première intention de la tuberculose. Les patients séropositifs pour le VIH et atteints de tuberculose, qui sont les plus susceptibles de bénéficier de l'utilisation de rifabutine, sont actuellement sous-représentés dans les essais, et d'autres essais seraient utiles chez ce groupe de patients.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les rifamycines sont un composant essentiel des schémas thérapeutiques courts actuellement utilisés dans le traitement de la tuberculose. La rifabutine présente des propriétés pharmacocinétiques et pharmacodynamiques favorables et est moins susceptible que la rifampicine de produire des interactions médicamenteuses. Elle pourrait contribuer à raccourcir ou à simplifier le traitement chez les patients séropositifs pour le VIH qui exigent également des antirétroviraux.

Objectifs: 

Comparer des schémas thérapeutiques combinés contenant de la rifabutine versus rifampicine dans le traitement de la tuberculose pulmonaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses (juillet 2009), CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2009, numéro 3), MEDLINE (1966 à juillet 2009), EMBASE (1974 à juillet 2009) et LILACS (1982 à juillet 2009). Nous avons également consulté la revue Indian Journal of Tuberculosis (1983 à 2006), les actes de conférence, les références bibliographiques et les données non publiées des archives de Pfizer Inc.

Critères de sélection: 

Les essais randomisés et quasi-randomisés portant sur des participants atteints de tuberculose confirmée par examen et/ou culture des expectorations et comparant un schéma thérapeutique contenant de la rifabutine à un schéma identique contenant de la rifampicine.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des études, et extrait les données de manière indépendante. Les données dichotomiques ont été analysées et combinées à l'aide des risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % au moyen d'un modèle à effets fixes. Des analyses en sous-groupe ont été effectuées en fonction de la dose de rifabutine.

Résultats principaux: 

Cinq essais portant sur un total de 924 participants remplissaient les critères d’inclusion ; 5 % des participants étaient séropositifs pour le VIH. Un seul petit essai utilisait une méthodologie adéquate. Les deux essais à plus grande échelle (818 participants) présentaient une assignation secrète peu claire et incluaient moins de 90 % des participants randomisés dans l'analyse. Aucune différence statistiquement significative n'était observée entre les schémas thérapeutiques en termes de guérison (RR de 1,00, IC à 95 %, entre 0,96 et 1,04 ; 553 participants, 2 essais) ou de rechute (RR de 1,23, IC à 95 %, entre 0,45 et 3,35 ; 448 participants, 2 essais). Le nombre d'événements indésirables ne présentait pas de différence significative (RR de 1,42, IC à 95 %, entre 0,88 et 2,31 ; 714 participants, 3 essais), mais le RR augmentait avec des doses de rifabutine de 150 mg (RR de 0,98, IC à 95 %, entre 0,45 et 2,12 ; 264 participants, 2 essais) ; et 300 mg (RR de 1,78, IC à 95 %, entre 0,94 et 3,34 ; 450 participants, 2 essais). Néanmoins, la dose n'était pas ajustée en fonction du poids dans les essais concernés, ce qui complique l'interprétation de ce résultat.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.