Apport énergétique accru chez les nouveau-nés prématurés présentant (ou développant) une dysplasie broncho-pulmonaire/maladie pulmonaire chronique

La maladie pulmonaire chronique (MPC) ou dysplasie broncho-pulmonaire (DBP) est une maladie des bébés prématurés qui ont reçu une assistance respiratoire et de l'oxygène supplémentaire de manière prolongée. Ces bébés présentent un risque élevé de développer de nombreux problèmes de respiration, de croissance et de développement à court et long termes, y compris un décès pendant la petite enfance ou l'enfance. Des études ont montré que ces bébés avaient des besoins énergétiques supérieurs et un apport énergétique inférieur à ceux des bébés non atteints de MPC/DBP. L'augmentation de l'apport énergétique de ces bébés au-delà des niveaux standard pourrait donc être bénéfique. Néanmoins, il pourrait être difficile d'atteindre des apports énergétiques élevés chez ces bébés. De plus, les méthodes qui permettent d'accroître l'apport énergétique, telles que l'augmentation du volume ou de la concentration du lait ou l'administration d'une nutrition intraveineuse, pourraient entraîner des complications supplémentaires. Notre intention était d'examiner si l'augmentation de l'apport énergétique chez ces bébés améliorait leur statut respiratoire, leur croissance et leur développement, et réduisait le risque de décès sans produire de complications significatives. Nous n'avons identifié aucune étude pertinente de nature à répondre à ces questions et ne sommes donc pas en mesure d'apporter de preuves concernant les éventuels effets bénéfiques globaux associés à l'augmentation de l'apport énergétique des bébés présentant (ou développant) une MPC/DBP.

Conclusions des auteurs: 

À ce jour, aucun essai contrôlé randomisé n'a comparé une augmentation de l'apport énergétique à un apport énergétique standard chez des nouveau-nés prématurés présentant (ou développant) une MPC/DBP. Les recherches devraient s'attacher à évaluer les effets de différents niveaux d'apport énergétique sur des critères de jugement cliniquement importants tels que la mortalité, le statut respiratoire, la croissance et le développement neurologique chez ce groupe de nouveau-nés. Les effets bénéfiques et délétères des différentes méthodes d'augmentation de l'apport énergétique, y compris l'augmentation de la densité énergétique de l'alimentation au lait et/ou du volume des fluides (un volume cible réaliste d'un point de vue clinique devrait être défini), la nutrition parentérale et l'utilisation de diverses substances énergétiques telles que les glucides, les protéines et les matières grasses, devraient également être évalués.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les nouveau-nés prématurés atteints de dysplasie broncho-pulmonaire (DBP)/maladie pulmonaire chronique (MPC) présentent des carences nutritionnelles qui pourraient contribuer à la morbidité et la mortalité à court et long termes. L'augmentation de l'apport énergétique quotidien de ces nourrissons pourrait améliorer leurs résultats respiratoires, leur croissance et leur développement neurologique.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'augmentation de l'apport énergétique sur la mortalité, le statut respiratoire, la croissance et le développement neurologique des nouveau-nés prématurés présentant (ou développant) une MPC/DBP. Cette revue se propose également d'examiner tout effet indésirable associé à l'augmentation de l'apport énergétique.

La stratégie de recherche documentaire: 

La stratégie de recherche documentaire standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie a été utilisée. Cela inclut notamment des recherches dans le registre Cochrane central des essais contrôlés et MEDLINE (via Ovid), ainsi les références bibliographiques citées dans les précédentes revues Cochrane et dans d'autres études, articles de revue, ouvrages et manuels de médecine néonatale pertinents. Les résultats des recherches manuelles du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie ont également été évalués. Les recherches ont été mises à jour en décembre 2010.

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés et quasi-randomisés comparant les résultats des nouveau-nés prématurés présentant (ou développant) une MPC/DBP et recevant un apport énergétique supplémentaire (> 135 kcal/kg/jour) ou standard (98 à 135 kcal/kg/jour). L'apport énergétique supplémentaire pouvait être administré par voie entérale et/ou parentérale ; par voie entérale en augmentant le contenu énergétique du lait, en augmentant le volume alimentaire ou en administrant une supplémentation nutritionnelle contenant des protéines, des glucides ou des matières grasses. Les critères de jugement principaux étaient le développement d'une MPC et la mortalité néonatale ; les critères de jugement secondaires incluaient les morbidités respiratoires, la croissance, le statut du développement neurologique et les éventuelles complications associées à l'augmentation de l'apport énergétique.

Recueil et analyse des données: 

Notre intention était d'extraire les données en utilisant les méthodes standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie. La qualité méthodologique des essais pertinents aurait été examinée par les auteurs de revue de manière indépendante afin de déterminer leur éligibilité. Les données des essais inclus auraient été exprimées sous forme de risque relatif, de différence de risques, de NST et de différence moyenne pondérée, selon le cas, à l'aide d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux: 

Aucun essai éligible n'a été identifié. Quatorze études qui semblaient pertinentes ont été exclues car aucune ne comparait directement une augmentation de l'apport énergétique à un apport énergétique standard chez des nourrissons atteints de MPC/DBP. Néanmoins, deux essais exclus apportaient quelques informations dans ce domaine. Une étude montrait que les nourrissons atteints de MPC/DBP recevant du lait maternisé enrichi en protéines et minéraux présentaient une amélioration des paramètres de croissance jusqu'à l'arrêt de l'intervention, à un âge corrigé de trois mois. L'autre étude comparait du lait maternisé présentant différentes densités énergétiques et un apport énergétique similaire en assignant différents volumes alimentaires aux deux groupes. Cette étude montrait qu'aucun des groupes ne parvenait à atteindre les volumes alimentaires prédéfinis et qu'il n'existait aucune différence en termes de croissance, de résultats respiratoires, d'œdème et de recours à des diurétiques.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.