L'analgésie péridurale offre un meilleur soulagement de la douleur et réduit l'utilisation du tube trachéal après une chirurgie de l'aorte abdominale comparé aux médicaments opiacés systémiques

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La chirurgie de l'aorte abdominale (la principale artère des jambes) nécessite une prise en charge agressive de la douleur postopératoire. La prise en charge de la douleur la plus couramment utilisée est l'analgésie péridurale. Celle-ci implique l'injection de médicaments analgésiques par un cathéter (tube étroit) qui est placé dans l'espace péridural (la partie la plus externe de l'espace rachidien) ou d'opiacés systémiques (médicaments morphinomimétiques injectés dans le flux sanguin). L'effet de ces deux méthodes de soulagement de la douleur sur les complications postopératoires et les décès après une chirurgie de l'aorte abdominale n'a pas été clarifié auparavant. Nous avons inclus 15 essais randomisés qui portaient sur 1 297 patients (633 patients recevaient une analgésie péridurale et 664 recevaient une analgésie aux opiacés systémiques) dans cette revue. Nous avons découvert que l'analgésie péridurale réduisait la durée de l'intubation trachéale postopératoire (un tube flexible en plastique ou en caoutchouc qui est placé directement dans la trachée) d'environ la moitié et offrait une meilleure prise en charge de la douleur jusqu'à trois jours après l'opération quels que soient le site de positionnement du cathéter péridural et les médicaments périduraux utilisés. Nous avons également découvert que l'analgésie péridurale réduisait le taux d'attaque cardiaque (infarctus du myocarde) postopératoire ; prolongeait la ventilation mécanique, l'utilisation d'une machine afin d'améliorer l'échange d'air entre les poumons et l'atmosphère ; réduisait les complications digestives (gastro-intestinales) et rénales. Cependant, nous avons découvert que la mortalité restait inchangée. La plupart des patients recevant une analgésie péridurale avaient également reçu une anesthésie péridurale pour la procédure chirurgicale.

Conclusions des auteurs: 

L'analgésie péridurale offre un meilleur soulagement de la douleur (en particulier lors des mouvements) jusqu'à trois jours après l'opération. Elle réduit la durée d'intubation postopératoire d'approximativement la moitié. La présence d'une ventilation mécanique postopératoire prolongée, d'un infarctus du myocarde, de complications gastriques et de complications rénales a été réduite par l'analgésie péridurale. Cependant, les preuves actuelles ne confirment pas l'effet bénéfique de l'analgésie péridurale sur la mortalité postopératoire et les autres types de complications.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'analgésie péridurale apporte un plus grand soulagement de la douleur comparé aux médicaments opiacés systémiques, mais son effet sur la morbidité et la mortalité reste inconnu. Cette revue a été publiée à l'origine en 2006 et a été mise à jour en 2011.

Objectifs: 

Evaluer les bénéfices et les dangers de l'analgésie péridurale postopératoire comparé au soulagement de la douleur à l'aide d'opiacés systémiques après l'opération pour les patients adultes ayant subi une chirurgie élective de l'aorte abdominale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, numéro 11) via Ovid ; Ovid MEDLINE (des origines à la 1ère semaine de novembre 2010) ; et EMBASE (des origines à la 1ère semaine de novembre 2010). La recherche originale a été réalisée en 2004. Nous avons évalué des articles non anglophones et avons contacté des chercheurs dans ce domaine. Nous n'avons pas recherché de données non publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant l'analgésie péridurale postopératoire et l'analgésie postopératoire par opiacés systémiques pour les patients adultes ayant subi une chirurgie élective ouverte de l'aorte abdominale.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données. Nous avons contacté des auteurs d'études pour obtenir des informations et des données supplémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 15 essais qui portaient sur 1 297 patients (633 patients recevaient une analgésie péridurale et 664 recevaient une analgésie aux opiacés systémiques) dans cette revue. Cela comprenait un essai que nous avons trouvé dans notre recherche mise à jour et un essai provenant de notre revue originale qui était en attente de traduction. Le groupe de l'analgésie péridurale a démontré des scores d'échelle visuelle analogique significativement plus faibles pour la douleur lors des mouvements (jusqu'à trois jours après l'opération), quels qu'aient été le site du cathéter péridural et la formulation péridurale. La durée postopératoire de l'intubation et de la ventilation mécanique a été significativement plus courte, d'environ 48 % dans le groupe de l'analgésie péridurale. Les taux d'événements globaux concernant l'infarctus du myocarde, l'insuffisance respiratoire aiguë (définie comme un besoin prolongé de ventilation mécanique), les complications gastro-intestinales et les complications rénales, ont été significativement plus faibles dans le groupe de l'analgésie péridurale.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.