Interventions visant à réduire les difficultés de déglutition chez les personnes atteintes d'un cancer de l'œsophage

Question de la revue

Il est fortement souhaitable, dans la plupart des cas, d'apporter aux patients atteints d'un cancer de l'œsophage non résécable ou inopérable un bénéfice clinique par les soins palliatifs. Aucune technique palliative n'a cependant été identifiée comme optimale pour corriger la dysphagie et améliorer la qualité de vie.

Contexte

La dysphagie (difficulté à avaler ou gêne lors de la déglutition) est fréquente chez les patients atteints d'un cancer de l'œsophage non résécable ou inopérable. Il y a cinq niveaux de dysphagie, allant de la capacité de s'alimenter normalement à celle d'absorber des aliments solides, semi-solides ou liquides, jusqu'à la dysphagie totale.

Caractéristiques des études

Cette revue inclut des études randomisées et contrôlées comparant l'utilisation des différentes interventions pour améliorer la dysphagie chez les patients atteints de cancer de l'œsophage primaire inopérable ou non résécable. Afin de trouver de nouvelles études pour cette revue actualisée, nous avons effectué une recherche en janvier 2014, suivant le modèle du groupe Cochrane pour les maladies des organes digestifs supérieurs et du pancréas, dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane), MEDLINE, EMBASE et CINAHL, ainsi que dans les actes des grandes conférences (jusqu'à janvier 2014).

Principaux résultats

Cette revue actualise la version précédente, mais ne fait toujours pas ressortir de supériorité évidente d'une technique sur une autre parmi les différents types d'interventions. Les stents auto-expansibles métalliques sont un moyen de soulager la dysphagie plus sûr et efficace que les stents en plastique rigide. D'autres techniques, comme la radiothérapie ou la curiethérapie, conviennent également et pourraient améliorer la qualité de vie et prolonger la survie. Les différences individuelles doivent être soulignées lorsque le type d'intervention a été déterminé.

Qualité des preuves

La moitié des études incluses dans cette revue étaient de bonne qualité. La plupart des études n'indiquaient pas les méthodes utilisées pour déterminer et rapporter les critères d'évaluation de la qualité de vie ni les effets indésirables.

Conclusions des auteurs: 

L'insertion d'un stent métallique auto-expansible est sûre, efficace et plus rapide pour pallier la dysphagie que d'autres modalités. Cependant, la curiethérapie intraluminale à haute dose est une alternative appropriée et pourrait apporter un bénéfice supplémentaire pour la survie, avec une meilleure qualité de vie. Certains stents anti-reflux et stents de conception récente apportent une survie plus longue et causent moins de complications que les stents conventionnels. Les combinaisons de la curiethérapie avec la pose d'un stent auto-expansible métallique ou avec la radiothérapie sont préférables parce qu'elles nécessitent moins de réinterventions. L'intubation avec une sonde en plastique rigide, la dilatation seule ou combinée à d'autres modalités et la chimiothérapie seule ne sont pas recommandées pour les soins palliatifs de la dysphagie en raison d'une incidence élevée des complications tardives et de la récidive de la dysphagie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La plupart des patients atteints de cancer de l’œsophage ou gastro-œsophagien sont diagnostiqués à un stade avancé et nécessitent une intervention palliative. Bien qu'il existe de nombreux types d'interventions, la solution optimale pour le traitement palliatif de la dysphagie n'est pas encore identifiée. Cette revue est une mise à jour de la précédente version publiée en 2009.

Objectifs: 

Le but de cette revue était d'analyser systématiquement et résumer l'efficacité des différentes interventions utilisées dans le traitement palliatif de la dysphagie dans le carcinome primaire de l'œsophage et gastro-œsophagien.

La stratégie de recherche documentaire: 

Afin de trouver de nouvelles études pour cette revue mise à jour, nous avons effectué une recherche en janvier 2014, suivant le modèle du groupe Cochrane pour les maladies de organes digestifs supérieurs et du pancréas, dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane), MEDLINE, EMBASE et CINAHL, ainsi que dans les actes de conférences majeures (jusqu'à janvier 2014).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus seulement les essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels des patients atteints de cancer de l'œsophage primaire inopérable ou non résécable ont bénéficié d'un traitement palliatif. Différentes interventions ont été incluses : intubation avec sonde en plastique rigide, insertion d'un stent auto-expansible métallique, curiethérapie, radiothérapie externe, chimiothérapie, bypass œsophagien chirurgical, ablation chimique ou thermique, comparées directement ou en combinaison. Le critère d'évaluation principal était l'amélioration de la dysphagie. Les critères secondaires incluaient la récidive de la dysphagie, la réussite technique, la mortalité liée à l'intervention, la mortalité à 30 jours, les effets indésirables et la qualité de vie.

Recueil et analyse des données: 

La collecte et l'analyse des données ont été effectuées conformément aux méthodes du groupe thématique Cochrane sur les affections des organes digestifs supérieurs et du pancréas.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 3 684 patients provenant de 53 études. L'insertion d'un stent auto-expansible métallique était plus sûre et plus efficace que celle d'une sonde en plastique. Le traitement d'ablation thermique et chimique a apporté une palliation comparable de la dysphagie, mais a nécessité plus de réinterventions et a occasionné davantage d'effets indésirables. Les stents anti-reflux ont apporté une palliation de la dysphagie comparable aux stents métalliques classiques. Certains stents anti-reflux ont peut-être réduit le reflux gastro-œsophagien et les complications. Les nouveaux stents en nitinol (Niti-S) à double couche se sont avérés préférables aux stents Niti-S simples, en raison de durées de survie plus longues et de taux de complications plus bas. La curiethérapie pourrait être une alternative appropriée aux stents auto-expansibles métalliques en cela qu'elle apporte un bénéfice pour la survie et peut-être une meilleure qualité de vie, et pourrait donner de meilleurs résultats lorsqu'elle est combinée avec la coagulation par faisceau argon ou une radiothérapie externe.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.