Méthotrexate pour le traitement de la spondylarthrite ankylosante

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Ce résumé d’une revue Cochrane présente les connaissances actuelles issues des études concernant l’effet du méthotrexate sur la spondylarthrite ankylosante. Cette revue indique que :

Des preuves de niveau « argent » (www.cochranemsk.org) indiquent que, chez les personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante, le méthotrexate n'améliorerait pas l'activité globale de la maladie, les capacités physiques, la douleur globale, la douleur, la sensibilité et le gonflement des ligaments des articulations, la mobilité de la colonne vertébrale, la raideur et le bien-être général. Il ne semblait pas responsable d'effets secondaires graves. Les preuves sont cependant insuffisantes pour établir avec certitude les bénéfices et les effets indésirables du méthotrexate dans la spondylarthrite ankylosante et des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Qu'est-ce que la spondylarthrite ankylosante et quels sont les médicaments utilisés pour la traiter ?
La spondylarthrite ankylosante (SA) est un type d'arthrite qui affecte généralement les articulations et les ligaments de la colonne vertébrale. Elle peut également affecter les épaules, les hanches ou d'autres articulations. Elle produit des douleurs et une raideur et limite les mouvements du dos et des autres articulations affectées.

Des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) sont généralement utilisés pour soulager la douleur et la raideur. Lorsque les AINS ne sont pas suffisamment efficaces, des traitements de fond de la maladie, tels que le méthotrexate, sont parfois prescrits. On ignore si le méthotrexate contrôle la douleur et la raideur associées à la SA, ralentit la progression de la SA ou peut empêcher les dommages articulaires.

Quels sont les résultats de cette revue ?
Bénéfices du méthotrexate
 : Chez les personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante, à 6-12 mois, le méthotrexate

n'améliorerait pas l'activité globale de la maladie, les capacités physiques, la douleur générale, la douleur, la sensibilité ou le gonflement des ligaments des articulations, le mouvement de la colonne vertébrale, la raideur et le bien-être général. Les preuves sont cependant insuffisantes pour établir ces résultats avec certitude.


Les lésions de la colonne vertébrale observables à la radiographie n'étaient pas mesurées, ce qui ne permet pas d'évaluer la capacité du méthotrexate à ralentir les dommages structuraux.

Effets indésirables du méthotrexate
 : Chez les personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante, à 6-12 mois, le méthotrexate ne causerait pas d'effets secondaires graves. Les preuves sont cependant insuffisantes pour établir ces résultats avec certitude. Les effets secondaires peuvent inclure des nausées, des maux d'estomac, des vomissements, une diarrhée légère, des céphalées légères, des plaies buccales, des changements de la fonction du foie, une perte de cheveux ou des infections légères.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour établir un quelconque bénéfice du MTX dans le traitement de la SA. Des essais contrôlés randomisés de haute qualité de durée et d’effectifs plus importants sont nécessaires pour clarifier l'/les effet(s) du MTX dans la SA.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La spondylarthrite ankylosante (SA) est une maladie inflammatoire chronique d'origine inconnue qui se caractérise par une sacro-iliite et une spondylite. Le traitement se limite généralement à soulager les symptômes au moyen d'anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS). Récemment, des traitements de fond de la maladie ont été utilisés chez des patients pour lesquels les AINS n'étaient pas efficaces. Le méthotrexate (MTX), un traitement de fond couramment utilisé, est efficace pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et pourrait également fonctionner pour la SA.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la toxicité du MTX dans le traitement de la SA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont été menées sans restrictions de langue dans : CENTRAL (Bibliothèque Cochrane, Numéro 4, 2005) ; MEDLINE (de 1966 au 20 novembre 2005) ; EMBASE (de 1980 au 20 novembre 2005) ; CINAHL (de 1982 au 20 novembre 2005), ainsi que dans les références des articles identifiés.

Critères de sélection: 

Des essais randomisés et quasi-randomisés étudiant l'efficacité du MTX par rapport à un placebo, un autre médicament ou aucun médicament pour le traitement de la SA.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné de manière indépendante les essais en vue de leur inclusion, et ont évalué leur qualité méthodologique et saisi leurs données dans RevMan 4.2 à l'aide de la fonction de double entrée. Les divergences ont été résolues par un troisième auteur. En l'absence d'hétérogénéité significative, les résultats des données continues ont été combinés au moyen de la différence moyenne pondérée ou de la différence moyenne standardisée. Le risque relatif a été utilisé pour les données dichotomiques.

Résultats principaux: 

Trois essais portant sur 116 patients ont été inclus. Un essai de 12 mois comparait le naproxène associé au MTX au naproxène seul. Deux essais de 24 semaines comparaient différentes doses de MTX à un placebo. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée pour les mesures des critères d’évaluation principaux de capacité fonctionnelle, de douleur, de mobilité rachidienne, de douleurs articulaires périphériques/enthèses, de gonflement et de la sensibilité, de modifications radiographiques rachidienne et d'évaluation globale du patient et du médecin. Dans un seul essai, le taux de réponse montrait un bénéfice statistiquement significatif de 36 % dans le groupe du MTX par rapport au groupe du placebo (RR de 3,18, IC à 95 %, entre 1,03 et 9,79). Ce taux de réponse était un indice composite qui incluait des évaluations du dérouillage matinal, du bien-être physique, de l'indice BASDAI (indice d'activité de la spondylarthrite ankylosante), de l'indice BASFI (indice fonctionnel de la spondylarthrite ankylosante), du score HAQ-S (« health assessment  questionnaire » - spondylarthropathies) ainsi que l'évaluation globale du médecin et du patient. Cependant, aucun de ces critères pris individuellement ne montrait de différence statistiquement significative entre le groupe du MTX et le groupe du placebo. Ce bénéfice du MTX est donc contestable. Aucun effet secondaire grave n'a été rapporté pendant ces essais.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.