PEP chez des nouveau-nés prématurés bénéficiant d'une ventilation mécanique conventionnelle en cas de syndrome de détresse respiratoire ou de dysplasie broncho-pulmonaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les échanges gazeux adéquats s'effectuent correctement chez les nourrissons nés à terme présentant un développement pulmonaire normal. En revanche, les nouveau-nés prématurés atteints du syndrome de détresse respiratoire (SDR) ou de dysplasie broncho-pulmonaire (DBP) exigent généralement une assistance médicale pour effectuer les échanges gazeux. Une ventilation mécanique conventionnelle (VMC) est un traitement couramment utilisé à cette fin.

La VMC permet à l'air oxygéné de circuler dans les poumons d'un nouveau-né à partir d'un ventilateur et par l'intermédiaire d'une canule placée dans la trachée. Les échanges gazeux sont facilités grâce à un ensemble de pressions appliquées lors d'un cycle respiratoire assuré ou maintenu par ce ventilateur. L'une de ces pressions porte le nom de pression expiratoire positive (PEP) et peut être considérée comme une pression continue appliquée tout au long du cycle respiratoire. Elle joue un rôle important afin de maintenir les poumons ouverts et éviter un collapsus en sollicitant toutes les zones pulmonaires dans les échanges gazeux.

Bien qu'il soit généralement reconnu qu'un certain niveau de PEP est important et nécessaire à l'accomplissement d'échanges gazeux adéquats, le niveau de PEP reste à déterminer afin d'obtenir des effets bénéfiques optimaux. Bien qu'il soit probable qu'une PEP insuffisante ne permette pas des échanges gazeux adéquats, une PEP trop importante pourrait entraîner une dilatation des poumons et provoquer des lésions.

Cette revue avait pour objectif d'évaluer le niveau optimal de la PEP chez des nouveau-nés prématurés exigeant une VMC en cas de SDR ou de DBP. Elle a également cherché des preuves relatives aux stratégies qui se sont révélées efficaces pour déterminer le meilleur niveau de PEP chez ces nouveau-nés sur une base individuelle au cas par cas.

Les résultats de cette revue révèlent que les recherches étaient majoritairement de mauvaise qualité et se présentaient sous la forme d'essais contrôlés randomisés évaluant les effets de différents niveaux de PEP. Une seule étude, réalisée auprès de nouveau-nés bénéficiant d'une VMC en cas de SDR, répondait à nos critères d'inclusion. Cette étude était réalisée à petite échelle et les résultats étaient insuffisants pour aboutir à des recommandations concernant le meilleur niveau de PEP pour les nouveau-nés atteints du SDR. Aucune étude ne répondait aux critères d'inclusion de la revue sur la DBP ou les stratégies essayant d'identifier un niveau de PEP individualisé. Cette revue attire l'attention sur la nécessité de réaliser davantage d'essais contrôlés randomisés répondant à ces questions.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour orienter les choix de niveaux de PEP adéquats en cas de SDR ou la VMC. Des essais cliniques correctement conçus et évaluant l'application optimale de cette intervention majeure et couramment pratiquée doivent être effectués.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La ventilation mécanique conventionnelle (VMC) des nouveau-nés est utilisée comme traitement de l'insuffisance respiratoire depuis plus de 30 ans. Bien que la VMC facilite les échanges gazeux, elle peut également endommager les poumons. La pression expiratoire positive (PEP) a été délaissée au profit d'autres paramètres de ventilation lors de l'évaluation de ses effets bénéfiques et de ses dangers éventuels. Bien qu'un niveau adéquat de PEP puisse avoir des effets bénéfiques importants sur la ventilation, des niveaux faibles ou élevés inadaptés peuvent entraîner des lésions. Un niveau correct de PEP pour des nouveau-nés peut également être optimisé en adoptant une approche individualisée.

Objectifs: 

1. Comparer les effets de différents niveaux de PEP chez des nouveau-nés prématurés exigeant une VMC en cas de syndrome de détresse respiratoire (SDR).

2. Comparer les effets de différents niveaux de PEP chez des nouveau-nés prématurés exigeant une VMC en cas de dysplasie broncho-pulmonaire (DBP).

3. Comparer les effets de différentes méthodes pour l'individualisation de la PEP à un niveau optimal chez des nouveau-nés prématurés exigeant une VMC en cas de SDR.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les recherches ont été réalisées conformément à la stratégie de recherche standard du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie. Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), Ovid MEDLINE, EMBASE, les bibliographies des études et des experts ont été consultés pour l'identification des études.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur les nouveau-nés prématurés (âge gestationnel inférieur à 37 semaines) exigeant une VMC avec une intubation endotrachéale et randomisés à des niveaux de PEP variables (SDR ou DBP) ou à deux méthodes alternatives, voire plus, d'individualisation des niveaux de PEP (SDR uniquement) étaient inclus. Des essais croisés étaient également inclus, mais nous avons restreint les découvertes à celles réalisées lors de la première période croisée.

Recueil et analyse des données: 

La collecte et l'analyse des données ont été effectuées conformément aux recommandations du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux: 

Une évaluation initiale a identifié 10 articles éligibles. Au final, une seule étude a répondu aux critères d'inclusion. Cette étude examinait les effets de différents niveaux de PEP chez des nouveau-nés prématurés exigeant une VMC en cas de SDR. Seules des mesures physiologiques à court terme ont été signalées. Tous les résultats étaient limités à une taille d'échantillon réduite sans pouvoir statistique significatif. Aucun essai portant sur les effets de la PEP chez des nouveau-nés atteints de DBP ou des stratégies de gestion de la PEP n'a été identifié.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.