Antibiotiques intraventriculaires contre la méningite bactérienne chez les nouveau-nés

L'infection des membranes et du liquide entourant le cerveau (méningite), ainsi que des espaces remplis de liquide dans le cerveau (ventriculite) peut être provoquée par des bactéries, en particulier des bactéries Gram négatif. Ce type d'infection est difficile à éradiquer au moyen de doses sûres d'antibiotiques administrées dans le flux sanguin. En théorie, l'administration intraventriculaire d'antibiotiques (administration d'antibiotiques dans les espaces remplis de liquide au centre du cerveau) produirait des concentrations plus élevées d'antibiotiques dans le liquide au centre du cerveau qu'une administration intraveineuse seule et éliminerait les bactéries plus rapidement. Cependant, les injections dans les espaces remplis de liquide pourraient provoquer des dommages, car l'aiguille doit pénétrer le tissu cérébral. Un seul essai a été identifié. Dans cet essai portant sur des nourrissons atteints de méningite Gram négatif et de ventriculite, l'utilisation d'antibiotiques intraventriculaires en plus des antibiotiques intraveineux a entraîné un risque de mortalité multiplié par trois par rapport au traitement standard avec des antibiotiques intraveineux seuls. Au regard de ce résultat, les antibiotiques intraventriculaires doivent être évités. Des essais supplémentaires comparant ces interventions ne sont pas justifiés chez les nouveau-nés.

Conclusions des auteurs: 

Dans un essai qui portait sur des nourrissons atteints de méningite Gram négatif et de ventriculite, l'utilisation d'antibiotiques intraventriculaires en plus des antibiotiques intraveineux a entraîné un RR de mortalité multiplié par trois par rapport au traitement standard avec des antibiotiques intraveineux seuls. Au regard de ce résultat, les antibiotiques intraventriculaires tels qu'ils ont été testés dans cet essai doivent être évités. Des essais supplémentaires comparant ces interventions ne sont pas justifiés dans cette population.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La méningite néonatale peut être provoquée par des bactéries, en particulier des bactéries Gram négatif, qui sont difficiles à éradiquer du liquide céphalo-rachidien (LCR) en utilisant des doses sûres d'antibiotiques. En théorie, l'administration intraventriculaire d'antibiotiques produirait des concentrations plus élevées d'antibiotiques dans le LCR qu'une administration intraveineuse seule et éliminerait les bactéries plus rapidement. Cependant, les injections ventriculaires peuvent provoquer des dommages.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des antibiotiques intraventriculaires (avec ou sans antibiotiques intraveineux) chez les nouveau-nés atteints de méningite (avec ou sans ventriculite) comparé au traitement avec des antibiotiques intraveineux seuls.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans The Cochrane Library, numéro 2, 2007 ; MEDLINE ; EMBASE ; CINAHL et Science Citation Index en juin 2007. Nous avons effectué une recherche dans The Oxford Database of Perinatal Trials en juin 2004. Nous avons effectué une recherche dans Pediatric Research (résumés d'actes de conférence) (de 1990 à avril 2007), ainsi que dans les bibliographies des essais identifiés et dans les fichiers personnels. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Cette recherche a été mise à jour en mai 2011.

Critères de sélection: 

Les critères de sélection pour l'inclusion des études étaient les suivants : les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés dans lesquels les antibiotiques intraventriculaires avec ou sans antibiotiques intraveineux étaient comparés aux antibiotiques intraveineux seuls chez des nouveau-nés (< 28 jours) atteints de méningite. L'un des critères de jugement suivants devait obligatoirement être indiqué : la mortalité au cours de l'hospitalisation initiale ; la mortalité des nouveau-nés ou des nourrissons ou les deux ; le développement neurologique ; la durée d'hospitalisation ; la durée de positivité de la culture de LCR et les effets secondaires.

Recueil et analyse des données: 

Tous les auteurs de la revue ont extrait des informations pour les critères de jugement indiqués et un auteur de la revue a vérifié l'existence de désaccords et a saisi les données dans RevMan 5.1. Le risque relatif (RR), la différence de risque (DR), le nombre de sujets à traiter pour un résultat bénéfique supplémentaire (NSTb) ou le nombre nécessaire pour nuire (NNN) et la différence moyenne (DM), en utilisant le modèle à effet fixe, sont indiqués avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

La recherche mise à jour en juin 2011 n’a identifié aucun nouvel essai. Une étude a été incluse dans la revue. Cette étude évaluait l'effet de la gentamicine intraventiculaire chez une population mixte de nouveau-nés (69 %) et de nourrissons plus âgés (31 %) atteints de méningite Gram négatif et de ventriculite. La mortalité était significativement plus élevée dans le groupe qui recevait la gentamicine intraventriculaire en plus des antibiotiques intraveineux comparé au groupe recevant des antibiotiques intraveineux seuls (RR 3,43 ; IC à 95 % 1,09 à 10,74 ; DR 0,30 ; IC à 95 % 0,08 à 0,53) ; NNN 3 ; IC à 95 % 2 à 13). La durée de positivité de la culture de LCR n'était pas significativement différente (DM -1,20 jours ; IC à 95 % -2,67 à 0,27).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.